›  Opinion 

L’accord européen

L’Union Européenne a convenu tôt ce mardi d’un budget commun de 1,8 trillions d’euros, dont 750 milliards d’euros d’aide, essentiellement pour les pays durement touchés par la pandémie de Covid 19. Il s’agit d’un moment historique dans l’histoire de l’Union Européenne en raison des sommes engagées...

L’Union Européenne a convenu tôt ce mardi d’un budget commun de 1,8 trillions d’euros, dont 750 milliards d’euros d’aide, essentiellement pour les pays durement touchés par la pandémie de Covid 19. Il s’agit d’un moment historique dans l’histoire de l’Union Européenne en raison des sommes engagées, de l’abnégation de certains pays qui n’ont pas cédé face aux pays dits "frugaux" qui souhaitaient réduire l’aide apportée, ainsi que des modalités de financement, grâce notamment à des obligations de l’Union Européenne.

La dette commune est sans précédent, obtenue grâce à des négociations et des compromis établis entre les différents pays. Le financement de cet aide par des subventions sera rendu possible avec des prêts de 110 milliards d’euros, contre les 500 milliards espérés initialement.

Une grande partie de cet emprunt sera financée par la dette de l’Union Européenne, au bénéfice des banques européennes en tant qu’émetteurs principaux. L’autre partie sera financée par des obligations vertes, à mesure que l’initiative pour lutter contre le réchauffement climatique se développera.

Sébastien Galy , 21 juillet

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés