›  Opinion 

Good Doctor

Nous sommes déjà entrés dans le monde de 2054 que décrivait Philip K. Dick dans Minority Report : voitures autonomes, algorithmes prédictifs, interfaces hommes/machines…, les bouleversements s’enchaînent. Pour la première fois de l’histoire, la réalité technologique va plus vite que notre imagination.

Bienvenue dans l’ère de l’intelligence artificielle (IA), une révolution technologique exaltante qui cristallise autant d’espoirs que de craintes, mais ne laisse personne indifférent !

De la médecine à l’agriculture, de l’automobile à l’art, les algorithmes sont devenus incontournables. Les IA se sont même immiscées dans le monde créatif (une agence de communication japonaise a fait de son IA sa directrice artistique), composent des morceaux de musique et écrivent des scénarios... Les futurs possibles de l’IA sont infinis, et son irrésistible essor ne fait que commencer. Nous comptons bien continuer à participer à cette aventure extraordinaire, certes avec prudence, mais aussi une bonne dose d’optimisme.

Si certains redoutent que l’IA ne prenne le contrôle sur l’humanité, pour le moment, elle contribue à la soigner. Ainsi en est-il en Chine, notamment, où le médecin généraliste tel que nous le concevons n’existe pas. Les chinois se rendent donc directement aux urgences, de préférence celles des meilleurs hôpitaux, les "Classe III". Ils représentent près de 8% du nombre total d’hôpitaux mais traitent 50% des patients. Ces derniers doivent attendre en moyenne 3 heures une consultation qui ne dure guère plus de 8 minutes.

L’accès à la médecine serait un défi impossible à relever dans ce pays qui dispose de 4 800 médecins pour un million d’habitants (12 000 aux Etats-Unis)… sans l’aide de la technologie. La société chinoise PING AN HEALTHCARE & TECHNOLOGY a ainsi lancé une application de téléconsultation, Good Doctor. Sur cette plateforme de services médicaux, le patient est d’abord pris en charge par une IA qui recense toutes ses informations, de son identité à ses symptômes, pour identifier la pathologie avant de passer la main à un médecin en chair et en os. Avec les 500 000 consultations quotidiennes que la plateforme enregistre, l’IA peut désormais aller jusqu’à poser un diagnostic, ensuite validé par un praticien humain. L’ordonnance digitale délivrée peut être utilisée sur cette même plateforme pour commander en un clic des médicaments qui seront livrés dans la journée.

Chaque mois, plus de 265 millions d’utilisateurs ont recours à cette solution, qui s’intègre dans le développement d’un nouvel écosystème, l’objectif de PING AN GOOD DOCTOR étant de bâtir une offre intégrant assurance santé et offre de soins, pour toutes les situations médicales. La télémédecine (l’e-santé) n’est donc plus une fiction, mais une réalité dans ce pays qui est l’un de ceux qui investit le plus massivement dans l’IA, et qui regorge de ces aventures entrepreneuriales à l’origine des grands succès de demain.

Savoir les détecter est un exercice passionnant dans ce monde qui bouge à toute vitesse et dans lequel il est nécessaire d’avoir quelques coups de d’avance. Il s’agit d’identifier les entreprises capables de bâtir des stratégies qui permettent dès aujourd’hui de bénéficier de la croissance formidable de ces nouveaux marchés. C’est la feuille de route d’Echiquier Artificial Intelligence, dont l’équipe de gestion sillonne le monde à la recherche de projets novateurs. Avec une performance de 11,3% depuis sa création le 20 juin 2018 (6,7% pour son indice de référence, le MSCI WORLD NR EUR) et de 29,5% depuis le début de l’année (17,4% pour son indice) [1], il confirme sa vocation : pionnier et performant !

Olivier de Berranger , 12 juillet

Notes

[1] Données au 30.06.2019

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés