›  Opinion 

Gérer le risque tout en saisissant l’opportunité du changement

En 2022, les investisseurs devront composer avec les risques, nouveaux et uniques, liés à l’économie de l’ère de la pandémie. L’approche de gestion de risque active de l’UBP permet aux investisseurs non seulement de réduire ces risques, mais aussi de saisir l’opportunité du changement et de tirer profit des transformations de long terme qui continueront d’apparaître dans l’ère post-pandémie.

Le cycle économique de l’ère de la pandémie se caractérise par des risques uniques, mais aussi par des opportunités sans précédent pour les investisseurs. Le cycle lui-même a débuté par la récession la plus courte et violente jamais enregistrée, suivie du rebond économique le plus rapide et le plus fort de l’histoire des marchés.

En 2022, alors que l’économie américaine suit la Chine et devrait être suivie par l’Europe dans la phase de mini-cycle de cette expansion, les investisseurs devront non seulement saisir l’opportunité du changement accompagnant l’évolution du cycle économique, mais aussi composer avec les nouveaux risques pointant à l’horizon.

Le mouvement observé dans le mini-cycle suggère des performances plus modestes pour les investisseurs en actions et en obligations, avec des corrections (« drawdowns ») et une volatilité nettement plus fortes que les niveaux enregistrés durant la phase de reprise qui vient de se terminer.

Notre approche de gestion de risque active permet aux investisseurs de tirer parti des thèmes de transformation de long terme.

Par ailleurs, si l’on remonte au début des années 1990, tous les mini-cycles se sont caractérisés par des événements de crédit localisés, avec notamment la crise au Mexique en 1994, les crises en Asie et en Russie en 1997-1998, et la crise de la dette souveraine en zone euro en 2011-2012. Ainsi, pour l’année à venir, il paraît prudent d’opter pour une approche de gestion de risque proactive sur le segment obligataire, impliquant des opportunités de revenu alternatives décorrélées de la volatilité des taux d’intérêt et des spreads de crédit.

Alors que la volatilité des actions a atteint des plus bas historiques en cette fin d’année 2021, les stratégies en options offrent à nouveau une protection attrayante, les responsables politiques à travers le monde cherchant à contenir les pressions inflationnistes et également à stimuler l’investissement en faveur d’une économie globale plus verte dans les décennies à venir.

Le réalignement des alliances géopolitiques à l’heure où la Chine s’emploie à transformer son économie domestique engendre de nouvelles incertitudes dans le paysage mondial. Depuis le tournant du siècle, le pays a soutenu la croissance globale. Cependant, avec la perspective d’un ralentissement séculaire dans les années à venir, ainsi que de nouvelles alliances indo-pacifiques potentielles visant à réfréner les ambitions mondiales de la Chine, le risque d’une erreur politique transpacifique entre les deux plus grandes puissances économiques est réapparu. En conséquence, notre approche de gestion de risque active, qui constitue le fondement de la philosophie d’investissement de l’UBP en matière de préservation et de croissance du patrimoine, permet aux investisseurs d’atténuer non seulement les risques cycliques typiques, mais aussi les risques uniques posés par cette nouvelle ère post-pandémie.

En réduisant ces risques, nous sommes davantage en mesure d’appréhender le changement et de tirer parti des opportunités émergeant en période de volatilité, et les clients peuvent ainsi se concentrer sur l’exploitation des thèmes de la transformation de long terme qui continuent à apparaître dans le monde post-pandémie.

Michaël Lok , Décembre 2021

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés