›  Opinion 

Financement de la transition énergétique, quel impact du COVID-19 sur le secteur des EnR ?

RGREEN INVEST et ses équipes restent pleinement engagés dans le financement de la transition énergétique. A travers la voix de Nicolas Rochon, son Président, RGREEN INVEST revient sur la situation liée à l’épidémie de COVID-19 et son implication sur le secteur de l’énergie, la filière des énergies renouvelables et ses activités.

La crise actuelle, liée au COVID-19, est inédite. Bien qu’il soit impossible d’en connaître à ce stade toutes les conséquences, nous pensons qu’elle ne devrait pas bouleverser les fondamentaux de notre secteur d’intervention : des investissements long terme, dans des infrastructures vertueuses liées à la transition énergétique et climatique, qui devraient dans les années à venir, devenir un sujet stratégique pour les pays.

Néanmoins nous pouvons tenter d’anticiper quelques conséquences pour notre secteur. Cette crise sanitaire, le confinement imposé entraînent inévitablement une baisse brutale de l’activité économique. L’impact sera d’autant plus important que les systèmes économiques sont déjà significativement endettés.

1. Au niveau énergétique, l’effondrement des cours du pétrole et de ses dérivés carbonés sont sans doute annonciateurs d’un instant de Minsky. Il n’est pas certain que le capital revienne avec autant de vigueur vers le secteur carboné lorsque la crise sera derrière nous. Nous pensons que le déploiement général du capital vers l’industrie décarbonée devrait s’accélérer.

2. Au niveau des marchés de l’électricité, nous observons les tendances suivantes :
a. Depuis plusieurs mois, la baisse de la demande s’est logiquement traduite par une chute des prix spot dans tous les marchés européens ;
b. Les prix à la baisse du pétrole devraient mécaniquement, à terme, augmenter sensiblement l’attractivité des centrales thermiques. Celles-ci pourraient prendre une part de marché plus importante des nouvelles capacités de production, par rapport aux énergies renouvelables, mais aussi impacter sensiblement les prix du marché de l’électricité sur le long terme.

Le graphique suivant illustre nos propos sur les variations de prix spot électriques au niveau européen, à travers la sélection de trois pays sur lesquels certains investissements des fonds RGREEN INVEST sont exposés.

JPEG - 40.4 ko
(Sources : www.mercatoelettrico.org ; www.omie.es ; www.tge.pl)

Nous sommes amenés à penser que le niveau des prix spot d’électricité se redressera assez rapidement. Nous continuerons à assumer notre préférence pour les projets bénéficiant de contrat de vente d’électricité à prix fixes et garantis et à être vigilants quant à l’exposition de nos portefeuilles aux prix de marché.

3. Au niveau des acteurs du marché :
a. Les fabricants, les constructeurs et les exploitants vont souffrir de retard d’activité. Même si tous les acteurs de l’industrie devraient faire preuve de flexibilité, il se peut que certain, notamment les fabricants de turbines ou de panneaux solaires, soient consolidés. Le soutien des banques publiques à ces acteurs sera clef pour passer cette période délicate ;
b. Les développeurs vont faire face à une baisse d’activité de leurs sous-traitants avec pour conséquence des retards possibles dans le développement et la construction de certains de leurs projets.

Partenaire financier historique de ce secteur, nous continuerons à soutenir ses acteurs pendant cette période difficile. Nous serons également attentifs aux opportunités d’investissement susceptibles d’émerger à court terme, du fait du manque de liquidité anticipé.

4. Au niveau financier : nous observons la mise en place de mécanismes de maintien de liquidité avec des relances monétaires et budgétaires. Les taux directeurs risquent de rester à un niveau historiquement bas assez longtemps. On ne peut cependant exclure qu’une réduction des liquidités des banques commerciales entraîne une focalisation accrue sur leurs clients stratégiques et une augmentation des marges bancaires.

Nous serons vigilants sur l’évolution de notre portefeuille, continuerons à analyser les projets en profondeur et maintiendrons une grande sélectivité dans notre processus d’investissement. Nous demeurons persuadés que les bons projets seront financés. Des stratégies de couverture du risque de taux pour nos investissements seront toujours systématiquement privilégiées. Nous prévoyons de revoir nos prévisions d’inflation dans les prochains mois et il n’est pas impossible que dans ce nouveau marché nous puissions augmenter nos exigences de marges.

RGREEN INVEST gère aujourd’hui deux familles de fonds d’investissement, la famille INFRAGREEN qui finance les fonds propres des projets en equity et dette junior et la famille NOUVELLES ENERGIES qui apporte une solution de bridge financing de dette senior court terme. Tous nos investissements en portefeuille ont été passés en revue et nous vous confirmons, à ce stade, l’impact contenu de la fluctuation des marchés de l’électricité européen sur nos portefeuilles, mais aussi l’impact relatif du blocage actuel que nous observons. L’adaptation au changement climatique est, et devrait rester un enjeu majeur au-delà de cette crise, nous en sommes convaincus. Les équipes d’RGREEN INVEST sont pleinement mobilisées pour continuer à financer ce secteur, soutenir ses partenaires et saisir les opportunités de marché. En temps de choc de marché, la famille d’infrastructures vertes prouve et prouvera, nous l’espérons, sa robustesse et sa résilience.

Nicolas Rochon , 25 mars

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés