›  Opinion 

Fermez les écoutilles

Nous réduisons notre positionnement à neutre à l’égard des actions mondiales. En 2019, les bilans agrégés des grandes banques centrales se réduiront pour la première fois depuis longtemps. L’économie mondiale ralentit. Enfin, les tensions commerciales et le risque politique européen pourraient continuer de peser sur les valorisations.

Nous conservons une surpondération des actions émergentes et des obligations émergentes en devises locales. Les valorisations sont faibles. L’économie chinoise devrait répondre favorablement aux stimuli monétaires et budgétaires actuellement mis en place.

Il est peu probable que le dollar remonte fortement : il est très surévalué et l’économie américaine s’essouffle.

Les actions japonaises conservent notre préférence. La banque centrale du pays maintient une politique monétaire très accommodante. Les valorisations du marché nippon sont particulièrement attractives. L’emploi restant très vigoureux, la demande intérieure devrait rebondir.

Nous restons neutres à l’égard des actions européennes. Ces dernières restent très attractives en regard des obligations. Mais le Brexit et les négociations autour du budget italien et la nouvelle politique commerciale américaine pourraient peser sur le marché.

Nous restons prudents face aux actions américaines. Ce marché est cher en regard de ses concurrents. Les attentes bénéficiaires nous paraissent trop optimistes, compte tenu des pressions salariales et des hausses de taux.

Nous revenons à une position neutre sur les taux, avec une préférence pour les obligations américaines. Les obligations des Etats européens nous paraissent particulièrement chères.

Enfin, malgré la récente consolidation, les marchés du crédit européen nous semblent encore trop chers, et nous les sous-pondérons.

Frédéric Rollin , Décembre 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés