›  Note 

Etude et perspectives du marché mondial des infrastructures cotées

Les craintes que suscite l’Omicron et les préoccupations relatives au ralentissement de la croissance ont pesé sur la classe d’actifs à la fin du mois. Les services publics ont résisté, les investisseurs se tournant vers des actifs à faible bêta ;

Les craintes que suscite l’Omicron et les préoccupations relatives au ralentissement de la croissance ont pesé sur la classe d’actifs à la fin du mois. Les services publics ont résisté, les investisseurs se tournant vers des actifs à faible bêta ; les routes à péage se sont également relativement bien comportées. Les aéroports et les pipelines ont été jugés les plus vulnérables à ces évolutions.

Analyse de marché

En novembre, les infrastructures mondiales cotées en bourse ont perdu du terrain en raison de la découverte d’un variant du coronavirus potentiellement plus infectieux et des indications selon lesquelles la Réserve fédérale américaine pourrait commencer à réduire ses mesures de relance monétaire plus tôt que prévu, ce qui a pesé sur les marchés financiers. L’indice FTSE Global Core Infrastructure 50/50* a enregistré une performance de -2,2%, tandis que l’indice MSCI World* a terminé le mois en baisse de -1,6%.

Le secteur des infrastructures le plus performant a été celui de l’eau et des déchets (+1%), les investisseurs recherchant une exposition défensive. Les routes à péage (+1%) ont également bien résisté, les opérateurs d’Asie-Pacifique ayant tendance à surperformer leurs homologues européens.

Le secteur des infrastructures le moins performant a été celui des pipelines (-6 %), les investisseurs craignant que le variant du coronavirus Omicron puisse entraver la reprise économique mondiale et réduire la demande d’énergie. Les aéroports (-6 %) ont enregistré une contre-performance, le nombre élevé de passagers en octobre ayant été éclipsé par les perspectives incertaines de la mobilité mondiale, un certain nombre de pays ayant renforcé les restrictions sur les voyages.

La région où les infrastructures ont le mieux performé est le Royaume-Uni (+7 %), grâce aux gains réalisés par les actions des services publics. La région où les infrastructures ont le moins bien performé est le Canada (-5 %), en raison de la sous-performance de ses pipelines.

Au cours du mois, le président américain Joe Biden a signé la loi sur le plan d’infrastructure bipartisan de 1 200 milliards de dollars.

Perspectives

Nous pensons que certains opérateurs de routes à péage d’Europe, d’Asie-Pacifique et d’Amérique latine représentent une valeur exceptionnelle aux niveaux actuels, les volumes de trafic s’avérant nettement plus résistants que ceux d’autres actifs d’infrastructure de transport. Bien que les nouveaux variants du coronavirus aient assombri les perspectives à court terme, nous restons convaincus que les routes à péage connaîtront un retour à des niveaux de demande normaux avec la poursuite de la reprise de l’activité économique.

Dans le secteur des chemins de fer, les opérateurs ferroviaires de fret nord-américains sont des franchises uniques et précieuses. Leurs réseaux de voies ferrées en propriété exclusive sont des actifs d’infrastructure de haute qualité qui ne peuvent jamais être répliqués. Ils opèrent généralement dans des conditions de marché de duopole, avec un nombre important de clients captifs tels que les producteurs de céréales, de produits chimiques et d’automobiles, ce qui leur donne un fort pouvoir de fixation des prix sur les itinéraires à longue distance. L’amélioration de l’efficacité opérationnelle permet d’accroître les bénéfices.

Les entreprises d’électricité et de services publics multiples représentent un large segment de l’univers mondial des infrastructures cotées et constituent une bonne source de rendement et de défense, mais certaines d’entre elles se négocient à des niveaux où une mauvaise évaluation limitée est évidente.

Cela dit, nous apprécions les sociétés qui ont la possibilité de tirer une croissance régulière et peu risquée de leurs bénéfices grâce à des investissements dans la base tarifaire (remplacement des réseaux de distribution vieillissants, modernisation des sous-stations, extension des lignes de transmission) et au remplacement des vieilles centrales électriques au charbon par des parcs éoliens et de l’énergie solaire.

L’émergence du variant Omicron a mis en évidence la vulnérabilité des compagnies aériennes aux perturbations liées aux coronavirus. Nous apprécions les opérateurs européens de qualité supérieure, tels que l’espagnol AENA, dont la composition du trafic est orientée vers les voyageurs de loisirs et les VFR (visiting friends and relatives - visites à des amis ou à des parents). Ces catégories pourraient voir leurs chiffres rebondir fortement lorsque les restrictions de voyage seront levées.

Peter Meany , Décembre 2021

P.-S.

*Rendement total net couvert en dollars australiens

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note Replay conférence digitale du 27/01/2022 : Présentation de l’étude de l’Investissement Responsable de 2021

Cette 3ème édition met en lumière l’évolution de la connaissance et de l’appétence des épargnants français pour les produits d’épargne responsable et mesure en parallèle les convictions et l’appropriation du sujet par les conseillers (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés