›  Note 

Enquête sur l’investissement en Chine : « Piloter les risques pour les actionnaires »

Janus Henderson Investors publie aujourd’hui le 3 ème volet de sa série éducative sur l’investissement en Chine, intitulée « Signaux et Ecrans de fumée ». Ce dernier volet, sous-titré « Opérations significatives entre parties liées », analyse la façon d’évaluer les structures locales et les actions des sociétés pour déterminer les intentions réelles des actionnaires majoritaires d’une société.

L’étude « Signaux et Ecrans de fumée » a analysé plus de 50 sociétés chinoises ayant réalisé des opérations significatives, et dans plus de la moitié des cas, elle constate que les actionnaires minoritaires ont été défavorisés – environ un tiers de ces opérations ont été effectuées entre membres apparentés.

Il existe des différences sensibles entre la façon dont les sociétés sont gérées en Chine, par rapport au reste du monde, et ce dernier volet de l’étude a pour objectif d’aider les investisseurs à mieux comprendre la culture d’entreprise chinoise et à se faire une idée des risques, en allant au-delà des chiffres.

Les points importants à retenir sont les suivants :

  • Le passage rapide de la Chine à un système hybride n’a pas permis le développement d’une politique de réglementation nationale pour atteindre le niveau des standards internationaux.
  • Le système de cotation national chinois est à la fois coûteux et complexe, aussi certaines sociétés chinoises ont choisi de se coter sur des bourses étrangères.
  • Bon nombre des sociétés étudiées manquent de transparence dans leur structure d’entreprise, ce qui accroit le risque d’utilisation abusive des fonds des actionnaires.
  • La culture commerciale chinoise est basée sur une confiance développée par l’intermédiaire de profondes relations commerciales interpersonnelles – ou « guanxi » - plutôt que sur des contrats négociés par écrit entre parties indépendantes.
  • Les facteurs culturels et réglementaires peuvent conduire à de plus faibles protections pour les actionnaires minoritaires.

Mike Kerley, Directeur Actions Pan-asiatiques ajoute : « Les transactions importantes entre parties liées font partie de la vie des sociétés en Chine et sont courantes dans les secteurs publics et privés. Il est impératif de bien comprendre la nature de ces transactions, la valeur qui les sous-tend, et si elles vont bien dans le sens des intérêts des actionnaires minoritaires afin de prendre des décisions d’investissement éclairées. »

Next Finance , 26 juillet

Voir en ligne : Investir en Chine, « Signaux et Ecrans de fumée »

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Note ETF et risques associés : l’AMF apporte un éclairage sur le marché français des fonds indiciels cotés

Selon l’étude de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les mécanismes de coupe-circuits en vigueur sur Euronext Paris permettent de contenir le risque d’écartement important entre le prix négocié de l’ETF et la valeur liquidative instantanée du panier (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés