›  Opinion 

Élections en Inde : penser de façon « bottom-up », surtout en temps d’effervescence

Manish Shah, Analyste/Gérant de portefeuille pour la stratégie Inde de Comgest, commente l’impact de la politique de l’actuel Premier ministre Modi sur l’économie ainsi que les prochaines élections. Tout en reconnaissant l’importance que revêt un gouvernement indien fort, Manish souligne qu’une sélection de titres judicieuse...

Se tenant dans l’un des pays les plus peuplés au monde, les élections indiennes ne sont pas une mince affaire, car elles impliquent 36 États et territoires de l’Union, dont la population vote dans 1,04 millions de bureaux de vote. La saison électorale de cette année se déroule en sept phases et dure jusqu’au 19 mai. Manish Shah, Analyste/Gérant de portefeuille pour la stratégie Inde de Comgest, commente l’impact de la politique de l’actuel Premier ministre Modi sur l’économie ainsi que les prochaines élections. Tout en reconnaissant l’importance que revêt un gouvernement indien fort, Manish souligne qu’une sélection de titres judicieuse dans un contexte politique en pleine effervescence exige plus que jamais de se concentrer sur les fondamentaux « bottom-up » dans un pays tel que l’Inde, lequel offre une palette d’excellentes entreprises pour les investisseurs dans des valeurs de croissance de qualité.

La plus grande réussite du Premier ministre Narendra Modi à ce jour a été l’introduction d’une taxe unique sur les biens et les services à l’échelle du pays, réduisant la multitude de taxes au niveau des États et au niveau central. Ceci a éliminé la plupart des barrières commerciales interétatiques et réduit les coûts logistiques. Un autre résultat majeur concerne les investissements en infrastructures. Modi a également tenté de relancer le secteur de la construction et du logement, en introduisant une nouvelle règlementation et des subventions pour les logements à bas coûts, tout en déployant des efforts pour maîtriser l’inflation afin de faire baisser le coût des emprunts.

Depuis 2014, le bilan de Modi a été mitigé. D’une part, il a réussi à se bâtir une réputation de politicien fiable, en cherchant à éradiquer la corruption à un niveau central, par le biais d’une distribution ciblée de subventions, grâce au « projet d’identification unique ». En revanche, le projet de création d’emplois qu’il a promis s’est soldé par un échec, le taux de chômage ayant progressé au cours des cinq dernières années. La démonétisation a causé des perturbations et un ralentissement temporaire, mais elle a alimenté le secteur bancaire et la gestion de fonds en déplaçant l’épargne en espèces vers le secteur financier.

Alors que Modi a réorienté l’axe de son programme électoral vers la sécurité aux frontières, la lutte contre le terrorisme et un message destiné majoritairement aux hindous, son message orienté vers le développement économique et les mesures de réforme est essentiel pour la population indienne jeune et croissante, pour laquelle la création d’emplois reste déterminante. Le marché souhaite un gouvernement stable. Un tel gouvernement peut-il être offert par Modi et son parti – le Parti Bharatiya Janata (BJP) – c’est aux électeurs de le décider. Les sondages d’opinion indiquent une performance relativement meilleure du gouvernement en place par rapport aux estimations antérieures.

Du point de vue d’un investisseur en valeurs de croissance de qualité, le marché indien abrite de nombreuses sociétés de grande qualité, présentes dans un large éventail de secteurs. Bien que les prochaines élections fassent beaucoup de bruit, nous nous efforçons de nous isoler durant cette période pour nous concentrer sur les franchises capables de progresser en dépit des fluctuations liées au cycle économique ou à la gouvernance politique. Malgré le niveau de valorisation élevé du marché boursier et le ralentissement cyclique de l’économie, l’Inde recèle de nombreuses franchises solides présentant d’excellentes perspectives de croissance à long terme. Par exemple, au sein du secteur des infrastructures, nous avons observé des changements positifs, liés en partie au fait que le pays a basculé du développement énergétique au développement du transport. La société Container Corp. of India bénéficiera ainsi du « couloir dédié au fret », une ligne de voie ferrée séparée destinée aux conteneurs qui sera mise en service d’ici mars 2020. Un autre titre est à noter, il s’agit de HDFC. C’est l’établissement de prêts hypothécaires le plus important en Inde ; il a connu un taux de croissance annualisé de 17% et détient également une participation de 22% dans HDFC Bank, la banque du pays la plus importante en termes de capitalisation boursière.

Manish Shah , 14 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés