›  Opinion 

Définir une feuille de route

Après les nouvelles émissions record réalisées depuis le début de l’année sur les marchés de crédit développés, qui ont permis aux entreprises de renforcer leur trésorerie pour résister aux mois à venir, nous pensons que le niveau des émissions d’entreprises pourrait baisser d’ici la fin de l’année alors que les économies continuent sur la voie d’une réouverture progressive.

Des facteurs techniques de soutien et une amélioration marginale des fondamentaux continuent de compenser la persistance de signes inquiétants.

Le mois de juin a vu la poursuite de la hausse des marchés mondiaux du crédit qui a débuté en avril et mai. Les données macroéconomiques positives qui ont conduit à une reprise très attendue et le soutien apporté par la Réserve fédérale et la Banque Centrale Européenne continuent d’avoir l’effet escompté sur les marchés du crédit. Les prévisions restent remises en question par l’augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 aux États-Unis et dans certaines régions d’Europe. Toutefois, les nouveaux développements dans la recherche d’un vaccin sont encourageants.

Après les nouvelles émissions record réalisées depuis le début de l’année sur les marchés de crédit développés, qui ont permis aux entreprises de renforcer leur trésorerie pour résister aux mois à venir, nous pensons que le niveau des émissions d’entreprises pourrait baisser d’ici la fin de l’année alors que les économies continuent sur la voie d’une réouverture progressive.

En Europe, l’Allemagne a commencé son semestre en tant que président du Conseil de l’Union Européenne et la priorité de l’agenda est de parvenir à un accord sur la proposition de fonds de relance de l’UE. La Banque Centrale Européenne est prête à prendre du temps pour évaluer l’impact des mesures prises jusqu’à présent, mais reste prête à agir si nécessaire.

Selon nous, les tensions géopolitiques resteront au premier plan pendant la deuxième moitié de 2020. La prochaine élection présidentielle américaine, les conséquences politiques de l’évolution de la diffusion de la COVID-19, ainsi que des événements politiques tels que le regain de tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, les événements à Hong Kong et l’issue des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE peuvent créer une volatilité sur les marchés du crédit.

A l’avenir, nous pensons que l’environnement restera favorable aux facteurs techniques à mesure que les perspectives économiques s’amélioreront et que les acheteurs, y compris la Réserve fédérale et la Banque Centrale Européenne, se feront concurrence pour une offre limitée d’investissements.

Selon nous, l’amélioration marginale des fondamentaux et le nombre plus limité de nouvelles émissions rendent les valorisations actuelles encore attractives, de sorte que les spreads devraient se resserrer dans les prochains mois. Nous pensons que les taux d’intérêt resteront proches des planchers historiques et que le supplément de rendement offert par les marchés du crédit constituera donc potentiellement un avantage intéressant pour les bons du Trésor américain.

Nous espérons que les fondamentaux seront soutenus par d’autres actifs de la politique budgétaire et que les facteurs techniques seront soutenus par la confiance des investisseurs et les programmes d’achat en cours des Banques Centrales. Le consensus parmi nos professionnels de l’investissement en date du 2 juillet 2020 était qu’il y a encore un certain potentiel de performance à capter au cours du troisième trimestre et que les portefeuilles doivent être positionnés pour une perspective constructive.

Michael McEachern , 5 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés