›  Opinion 

DWS prévoit une forte croissance et une baisse de la pression inflationniste en 2022

L’inflation devrait diminuer, mais demeurer assez élevée. Les actions asiatiques pourraient connaître un nouvel élan au second semestre 2022. Les portefeuilles doivent être encore plus diversifiés : la diversification avec les obligations n’est pas suffisante.

« La crise du coronavirus nous livre quelques leçons qui joueront un rôle important dans l’année à venir et au-delà », a déclaré Stefan Kreuzkamp, Chief Investment Officer DWS, lors du DWS Market Outlook 2022, le 23 novembre. Prenons le cycle économique, par exemple : « contrairement à d’autres crises économiques, la pandémie de Covid-19 n’a entraîné qu’un ralentissement très bref de l’activité économique ».

Le sujet le plus controversé à l’heure actuelle concerne probablement l’évolution de l’inflation, a reconnu M. Kreuzkamp. Normalement, l’inflation est provoquée par une augmentation de la demande. Mais cette fois-ci, la situation est différente. Les contraintes liées à l’offre en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement ont déplacé la courbe d’offre vers la gauche. À cela s’ajoute une demande refoulée. Ces deux facteurs sont en grande partie responsables de la récente hausse étonnamment forte des chiffres de l’inflation. Pour l’année à venir, M. Kreuzkamp affiche néanmoins un optimisme prudent : « Les problèmes de la chaîne d’approvisionnement devraient progressivement s’atténuer en 2022, et avec eux l’inflation, même si elle devrait rester bien au-dessus du niveau observé avant la pandémie de Covid-19 ». Stefan Kreuzkamp prévoit une inflation de 2,8 % aux États-Unis, de 2,6 % dans la zone euro et de 2,2 % en Chine.

De bonnes perspectives de croissance pour 2022

Stefan Kreuzkamp évalue les perspectives de croissance pour l’année à venir comme étant bonnes, même si le rythme devrait ralentir. « Nous nous attendons à ce que l’économie de la zone euro connaisse une croissance de 4,6 % l’année prochaine, légèrement plus forte que celle des États-Unis (4 %) ». Pour la Chine, M. Kreuzkamp s’attend à un ralentissement de la croissance à 5,3 % en raison des réformes.

Pas de hausse des taux d’intérêt en vue dans la zone euro

La situation est également difficile pour les banques centrales, a-t-il dit, et la route pour sortir d’une politique monétaire extrêmement souple est longue. Aux États-Unis, la réduction des achats d’obligations devrait être achevée d’ici la fin du premier semestre 2022, prévoit le responsable des investissements de DWS. La première hausse des taux d’intérêt pourrait intervenir au quatrième trimestre. En Europe, en revanche, il n’y a toujours pas de hausse des taux d’intérêt en vue, ni l’année prochaine ni en 2023.

En ce qui concerne la réduction des émissions de CO2 à un niveau net zéro, beaucoup de choses se sont passées depuis le début de la pandémie de Covid-19. Entre-temps, les banques centrales se sont également penchées sur la question. Il n’y a pas d’autre solution que de s’attaquer à la question de la neutralité en CO2 en lui accordant la plus haute priorité, ce qui entraînera d’énormes investissements. Toutefois, le prix plus élevé du CO2 contribuera également à des taux d’inflation plus élevés à plus long terme.

M. Kreuzkamp voit la vague de mesures en Chine et l’agitation qui l’accompagne sur les marchés non pas comme une menace, mais comme une réforme dont le contexte est parfaitement plausible. En définitive, l’objectif est de généraliser la croissance, par exemple en rendant plus abordables des choses aussi essentielles que le logement, l’éducation et les soins de santé.

Perspectives positives à long terme pour la Chine, l’Inde en hausse

Pour les marchés d’actions asiatiques, Sean Taylor, Chief Investment Officer Asia Pacific, entrevoit un changement de cap pour l’année à venir. « Après une année 2021 très difficile, au cours de laquelle les marchés d’actions asiatiques n’ont pas réussi à suivre le rythme des marchés américains et européens, les choses s’annoncent bien meilleures pour 2022 », a déclaré Taylor. La faible performance de l’année en cours est due à quatre facteurs : le resserrement de la politique monétaire en Chine, de nouvelles réglementations gouvernementales, une politique de tolérance zéro à l’égard de la pandémie de Covid-19, et un soutien fiscal nettement plus faible, a-t-il expliqué. En 2022, les restrictions liées au Covid-19 devraient être progressivement levées, ce qui donnera un coup de pouce à l’économie, prévoit M. Taylor. Il considère l’Inde comme l’un des pays les plus intéressants de la région pour les investissements en Bourse. « Nous voyons l’Inde comme un vainqueur incontestable de la réouverture de l’Asie et l’un des marchés d’actions les plus intéressants d’Asie » Les réformes fiscales et du marché du travail notamment, sont susceptibles de stimuler la croissance. Le pays a un énorme potentiel, en particulier dans le secteur technologique, a-t-il dit. « Au cours de l’année actuelle, la création de startups indiennes s’est considérablement amplifiée, mobilisant 32 milliards de dollars, soit 66% de capitaux en plus qu’en 2020 », a indiqué M. Taylor.

Il est également positif à propos du Japon. L’économie japonaise, et la consommation des ménages en particulier, a longtemps été mise en sourdine en raison des restrictions du coronavirus, a-t-il déclaré. Cela pourrait changer en 2022. Pour les actions chinoises, dit-il, la patience est probablement de mise. Les mesures de confinement pourraient s’éterniser jusqu’à la fin du premier trimestre 2022. Les bénéfices des entreprises pourraient être encore revus à la baisse. À moyen terme, les perspectives sont bien meilleures, a-t-il dit. À l’avenir, la Chine mettra davantage l’accent sur la qualité de la croissance que sur la quantité.

Actions - décarbonation comme moteur de croissance

« Les actions continueront de figurer parmi les investissements les plus rentables l’année prochaine, mais le risque de variation des prix est nettement inférieur à celui de l’année en cours », a déclaré Marcus Poppe, gestionnaire de fonds pour les actions mondiales. DWS s’attend à des hausses de prix, a-t-il ajouté. « Les valorisations ont probablement atteint un sommet. L’évolution des cours dans l’année à venir dépendra probablement de l’évolution des bénéfices des entreprises », a déclaré M. Poppe. La question de la performance des actions européennes par rapport aux actions américaines, fréquemment abordée, se résume finalement à savoir si les actions de valeur ou de croissance ont de meilleures perspectives, a-t-il déclaré. L’Europe compte une proportion beaucoup plus élevée de valeurs de rendement, tandis que les États-Unis sont bien mieux positionnés sur le secteur technologique, a-t-il ajouté. « Je ne pense pas que la tendance des investisseurs à privilégier les actions de croissance va fondamentalement changer », a déclaré M. Poppe. Bien sûr, les actions européennes sont moins bien valorisées que les actions américaines, a-t-il ajouté. Mais cela ne signifie pas qu’elles ont un potentiel de hausse plus élevé. Tant que les rendements réels restent négatifs, les valeurs de croissance devraient continuer à surperformer. En revanche, si les taux d’intérêt augmentent plus fortement, les valeurs de rendement qui ne sont pas aussi sensibles aux taux d’intérêt, comme les valeurs industrielles ou automobiles, pourraient en profiter.

M. Poppe considère la décarbonation comme une tendance à fort potentiel qui s’étend bien au-delà de l’année à venir. Les technologies vertes sont tout aussi importantes pour les entreprises industrielles que pour les sociétés d’infrastructure et les secteurs technologiques.

Immobilier - accent mis sur les logements abordables et durables, et les futurs espaces de bureau de premier choix.

« L’immobilier est un bon moyen de se protéger contre la hausse de l’inflation », a déclaré Jessica Hardman, responsable de la gestion du portefeuille immobilier européen. De nombreux baux à long terme sont indexés sur l’inflation, a-t-elle ajouté. « L’immobilier en tant que classe d’actifs reste attractif dans un environnement de rendements réels proches ou inférieurs à zéro », a déclaré Mme Hardman. Deux tendances semblent particulièrement prometteuses : la tendance vers des logements abordables et durables sur le marché résidentiel ; et la tendance vers des bureaux modernes et écologiques qui répondent aux besoins de la prochaine génération (Next Gen Prime Office) sur le marché des bureaux. Un changement de modèle peut être observé dans l’immobilier de bureau, a-t-elle déclaré. D’une part, la demande a diminué en raison de la tendance accrue du télétravail. D’autre part, les exigences en matière de qualité de l’immobilier ont considérablement augmenté. Du point de vue du rendement, ces deux domaines sont extrêmement intéressants. Dans le domaine du logement durable et abordable, des taux de rendement de 5 à 6 % par an sont possibles. Cela représente 0,5 à 1,5 point de pourcentage de plus que les rendements moyens réalisables pour les propriétés résidentielles. Pour les immeubles de bureaux du segment Next Gen Prime Office, les perspectives sont encore un peu meilleures, avec des rendements attendus de 7 à 9 % par an, soit 3,5 à 5,5 points de pourcentage de plus que les rendements moyens réalisables dans l’ensemble du segment.

Multi-actifs - dans un environnement inflationniste, les investissements alternatifs offrent les meilleurs profils risque-rendement.

« Les investissements en taux d’intérêt perdent visiblement leur rôle d’outil de diversification des investissements en actions », a déclaré Björn Jesch, Global Head Multi Asset and Solutions. Leur rôle de régulateur en cas de repli du marché des actions s’est considérablement réduit, a-t-il ajouté. « Nous devons chercher d’autres classes d’actifs pour contrôler le risque dans un portefeuille et être prêts à faire face aux surprises ». Selon les performances de la croissance et de l’inflation, différentes classes d’actifs jouent sur leurs points forts, a-t-il dit. En règle générale, a déclaré M. Jesch, « en période de hausse de l’inflation, les actions de valeur et les sociétés d’infrastructure cotées en bourse ou les matières premières sont avantageuses car elles ont une forte corrélation avec l’inflation. En revanche, les actions de croissance et les actions immobilières cotées sont plus susceptibles de profiter d’une reprise de la croissance et d’une baisse de l’inflation. Les placements alternatifs liquides tels que les sociétés d’infrastructure cotées ou les matières premières sont particulièrement bien adaptés pour se prémunir contre une inflation étonnamment élevée ». L’expert multi-actifs conclut : « La palette de solutions doit être significativement étoffée afin de bien répondre aux défis que les marchés peuvent présenter pour les investisseurs ».

Next Finance , 25 novembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés