›  Opinion 

Covid-19 : le début d’une nouvelle vague

L’arrivée du nouveau variant du Covid-19, appelé Omicron et découvert à la fin du mois de novembre, a déclenché des opérations de couverture sur les marchés. L’indice Stoxx a chuté de 5,5% par rapport au niveau record qu’il avait atteint le 17 novembre dernier, faisant diminuer la performance du mois de novembre à 2,7% en territoire négatif.

La performance de l’indice américain S&P 500 a quant a elle été de 0  %. Un mouvement à la baisse relativement important a été observé dans les niveaux de rendement des taux d’intérêt à long terme. Ainsi, le rendement de l’obligation d’Etat allemande à 10 ans est passé de -0,09% à -0,35%.

Ce nouveau variant du Covid-19 semble plus infectieux que les précédents et l’on sait peu de choses sur ses caractéristiques. De nombreux pays ont imposé des restrictions sur les voyages dans les pays d’Afrique australe, mais le variant a néanmoins été rapidement observé dans le monde entier.

Le nouveau variant Omicron vient s’ajouter à la liste des problèmes auxquels fait actuellement face l’Europe. Le nombre de nouvelles d’infections au Covid-19 a augmenté en novembre de manière presque explosive, dépassant les niveaux du printemps et de l’automne derniers. En Autriche et en Allemagne, le nombre de personnes nécessitant des soins hospitaliers a augmenté rapidement et a entraîné de nouvelles restrictions. En revanche, le nombre de nouvelles infections étaient en baisse aux États-Unis.

Les perspectives économiques s’affaiblissent en Europe et s’améliorent aux Etats-Unis

L’augmentation du nombre d’infections et des difficultés liées à la logistique et aux chaînes de sous-traitance, ainsi que la hausse des prix de l’énergie, ont assombri les perspectives de l’industrie européenne. L’indice IFO, un indicateur sur la confiance des entreprises allemandes, est passé du « boom » au ralentissement. Le commerce de détail et la consommation souffrent également des mesures restrictives qui sont à nouveau entrées en vigueur.

Aux États-Unis, la croissance économique a en revanche offert de bonnes surprises. Les résultats sur l’emploi ont été positifs et les consommateurs ont dépensé leurs économies. L’industrie manufacturière a souffert des mêmes problèmes qu’en Europe, mais la baisse a été moins importante. L’indice ISM de l’industrie manufacturière américaine est de fait passé de 58,7 à 57,0 points.

Néanmoins, l’inflation a continué à s’accélérer tant aux États-Unis qu’en Europe. En novembre, les prix à la consommation ont augmenté de 6,2 % par an aux États-Unis et de 4,9 % dans la zone euro. Malgré le niveau élevé de l’inflation et des anticipations d’inflation, les banques centrales sont restées déterminées dans leurs politiques et leurs discours, soulignant la nature temporaire des pressions sur les prix et le préjudice potentiel qu’un resserrement de la politique monétaire pourrait infliger à l’offre. Toutefois, la Réserve fédérale américaine a annoncé qu’elle réduirait ses achats sur le marché à partir de décembre, comme cela était attendu.

Des progrès difficiles dans l’atténuation du changement climatique

La réunion de la COP26 à Glasgow a permis d’avancer à petits pas pour freiner les conséquences du changement climatique. Cependant, il y a eu de nombreuses déceptions sur plusieurs questions importantes et cruciales, car les objectifs fixés étaient au final peu ambitieux. Les marchés émergents n’ont pas obtenu les fonds qu’ils espéraient pour couvrir les coûts, et les objectifs de neutralité carbone de la Chine et de l’Inde sont restés fixés dans un avenir lointain.

Les quelques 200 pays participant à la réunion sont parvenus à un accord sur la nécessité de mettre fin à l’usage de centrales électriques au charbon. Les États-Unis ont également annoncé des mesures visant à réduire leurs émissions de méthane, et des progrès ont aussi été réalisés dans l’élaboration de mécanismes afin de lancer un marché des émissions.

Graphique : La flambée des prix de l’énergie se poursuit en Europe

Tomas Hildebrandt , Décembre 2021

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés