›  Opinion 

Comment se comporte la gestion sous mandat indicielle en période de crise ?

Dans les esprits de beaucoup, seul un gérant actif est à même de piloter ses portefeuilles pour traverser au mieux les périodes de volatilité extrême. Or, la gestion indicielle sait se montrer très résiliente en période de crise pour affronter les retournements de marché.

Une gestion peu coûteuse

L’essentiel de la valeur ajoutée de la gestion indicielle se concentre sur une dimension très technique (voire technologique) reposant sur la capacité à répliquer au mieux des indices. Son développement historique est d’ailleurs très lié aux progrès dans le domaine des technologies de l’information. Une part importante des coûts pour les sociétés qui ont choisi la voie de la gestion active se concentre sur les ressources dédiées à la recherche financière (analystes, gérants, recherche externe…). Cette grande différence de coûts se retrouve logiquement dans les écarts de frais considérables entre les fonds des gestions actives et indicielles. Le succès de cette dernière en matière de progression des encours s’explique d’abord par leurs résultats. Ces performances doivent s’apprécier après prise en compte des frais, ce qui confère à la gestion indicielle un avantage initial incontestable.

Des performances au rendez-vous

Dans l’univers des fonds Actions US et sur une période de dix ans (se terminant au 30 /12/2019), seulement 8,1% des fonds gérés activement surperforment la gestion indicielle (source : Morningstar). Pour les fonds d’actions européennes grandes capitalisations, ce chiffre s’élève à 46,4% sur cette même période. Ces résultats se sont améliorés depuis les études de 2017 et de 2018. La sous-performance de la gestion active par rapport à la gestion passive est donc encore plus grande lorsqu’elle est mesurée sur une période qui couvre la crise de 2008. Contrairement à l’idée reçue, les gérants actifs ne “s’en tirent pas mieux” dans les périodes de krachs boursiers.

Selon SPIVA, la surperformance sur une période donnée ne garantit en rien une surperformance sur des périodes ultérieures. C’est même plutôt l’inverse. Sur les 571 fonds du premier quartile (les 25 % des produits les plus performants) au 30 mars 2014, seuls 0,2 % étaient encore dans le premier quartile trois ans plus tard, et encore 0,2 % quatre ans plus tard.

Les vues tactiques peuvent générer un surcroît de performance

La construction des vues tactiques s’appuie essentiellement sur l’analyse de l’environnement macroéconomique international, et, plus spécifiquement, sur deux variables clés : la croissance économique et l’inflation. Les perspectives de croissance économique à court terme nous permettent de définir des vues sur le caractère plus ou moins offensif des positions tactiques. Dans les phases de croissance économique satisfaisante ou en amélioration, nous augmentons le caractère agressif des portefeuilles en privilégiant les actifs les plus risqués et les thématiques les plus pro-cycliques.

À l’opposé, dans les phases de ralentissement ou de récession, nous mettons en place des positions tactiques défensives en ciblant les classes d’actifs les moins risquées (obligations gouvernementales en particulier), les secteurs boursiers les moins sensibles à la tenue de la conjoncture et, au sein de la classe d’actifs obligataire, les obligations les plus sûres.

Alexis Naacke , 3 avril

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés