Allocation : surpondérer les actions nord-américaines et des marchés émergents !

Présentant encore une marge d’appréciation, les actifs dits « risqués » et les marchés émergents conservent tout leur attrait pour les investisseurs...

Après leur forte correction en début d’année, les marchés boursiers retrouvent leur meilleur niveau de 2009. La reprise économique globale initiée il y a maintenant plus d’un an, évolue désormais vers une nouvelle phase, celle de la normalisation. De ce point de vue, l’inflexion des politiques monétaires des banques centrales est toujours attendue, à la faveur d’un rehaussement des taux directeurs. Quand ce signal, synonyme du retour d’une économie véritablement auto-entretenue, surviendra t-il ? Probablement pas avant le dernier trimestre 2010. La recherche de performance passe par une sélection des classes d’actifs et des zones géographiques proposant les meilleurs potentiels de rendement. Présentant encore une marge d’appréciation, les actifs dits « risqués » et les marchés émergents conservent tout leur attrait pour les investisseurs.

Actions : un potentiel de rendement différencié

Dans la continuité du remarquable rattrapage opéré en 2009, les marchés actions évoluent positivement. Les résultats d’entreprise au premier trimestre sont attendus en hausse significative, stimulés par l’abandon des opérations de cost-cutting et par la recherche de bénéfices liés aux volumes. La première salve d’annonces venue des Etats-Unis en témoigne, dépassant les consensus des analystes : Intel publie un chiffre d’affaire trimestriel record à 10,3 milliards de $, réalisant un bénéfice net de 2, 4 milliards de dollars (soit 43 cents par action, contre 38 initialement attendu). JP Morgan présente un produit net bancaire à 27,67 milliards de $ et un bénéfice net en forte hausse, à 3,3 milliards de $ (soit 74 cents par action contre 64 attendu). Dans ce contexte, les dividendes continueront d’attirer les investisseurs. Autre atout pour leur progression à moyen terme, les marchés actions présentent des ratios de valorisation encore intéressants, au regard de la rémunération des emprunts d’Etats et des obligations privées les mieux notées.

Attention toutefois. Le potentiel de croissance des différentes zones géographiques reste disparate. Les marchés émergents surfent sur des taux de croissance records, au point de devoir limiter les risques d’inflation. Ils bénéficient de la sous-évaluation de certaines devises, à commencer par le yuan, de l’essor progressif des échanges commerciaux Sud-Sud et de perspectives prometteuses quant à leurs marchés domestiques, avec l’émergence des classes moyennes. Aux Etats-Unis, le marché se stabilise, avec le retour de la consommation des ménages et la normalisation des conditions de financement des entreprises. Bref, un momentum de marché aujourd’hui favorable aux actions américaines...

A l’opposé, l’Union Européenne voit son taux de croissance plafonner (0,8% pour la zone euro, estimation de la BCE pour 2010). Surtout, la reprise y a été freinée par la crise budgétaire grecque, l’absence d’amélioration significative sur les fronts de l’emploi, de l’épargne et de la consommation. A long terme, les économies occidentales semblent vouées à une croissance modérée.

Allocation : surpondérer les marchés émergents et les actions américaines, les secteurs de la santé, des technologies de l’information et des matières premières. Sous-pondérer les actions européennes, les valeurs bancaires et industrielles.

Emprunts d’Etat : une évolution modérée des taux

La normalisation économique attendue devra passer par un resserrement des politiques monétaires des Banques Centrales. Sur les marchés occidentaux, les stratégies de sortie semblent engagées, en témoigne la hausse du taux d’escompte de la Fed de 0, 50 à 0,75% en mars. Pour autant, le mouvement reste graduel et les taux directeurs des principales zones monétaires ne devraient pas augmenter avant la fin de l’année de 2010... Une politique qui reste accommodante, donc. Globalement, le rendement des emprunts d’Etat évoluera modérément dans les prochains mois, exception faite du coupon grec à 10 ans qui se tend à 7,3 %. Malgré le plan de soutien établi conjointement par l’UE te le FMI, l’endettement grec altère la confiance sur les marchés de la zone euro.

Sur les marchés émergents en revanche, le resserrement monétaire est bien plus avancé : pour faire face aux risques de bulles inflationnistes, l’Inde et la Malaisie ont déjà augmenté leurs taux d’intérêt, le Brésil devrait suivre prochainement et la Chine a relevé par deux fois en trois mois, le niveau des réserves obligataires des banques.

Allocation : sous-pondérer les obligations d’Etat

Crédit : le taux de défaut des entreprise se réduit fortement

Le rally historique constaté sur les marchés de crédit en 2009 est davantage le fruit d’un rattrapage technique, après plusieurs mois d’une purge excessive, que le signe d’une surévaluation. De fait, l’amélioration de la solidité financière des émetteurs va continuer de réduire significativement les taux de défaut (taux de défaut attendu à 3,3% en 2010, contre 12 % fin 2009), dans un environnement macroéconomique plus porteur pour les entreprises. Dans leurs opérations de refinancement, les sociétés remplacent leur dette bancaire par l’émission de titres obligataires.

L’appréciation des obligations High Yield, voire Investment Grade, recèle encore de la valeur. Le couple rendement/risque reste attractif : les rendements vont continuer de surpasser très significativement la rémunération des emprunts d’Etat. D’autre part, les écarts de rendement devraient continuer de se rétrécir au fur et à mesure que la situation économique et financière des entreprises va se renforcer, source de plus-value pour les émissions détenues en portefeuille.

Allocation : surpondérer le crédit Investment Grade et le High Yield. Neutre sur la duration du portefeuille

Marc Olivier , Avril 2010

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés