›  Opinion 

Absence excessive de volatilité sur les marchés financiers

Malgré l’absence d’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, le Brexit et le ralentissement de la croissance mondiale, la nervosité reste extrêmement faible sur les marchés financiers. Complaisance ?

Le président américain n’a cessé de marteler l’imminence d’un accord commercial avec la Chine tout au long de l’année et pourtant rien n’est encore signé. L’accord « phase 1 », pourtant annoncé début octobre et qui a entraîné les principaux indices boursiers américains sur de nouveau records historiques, n’est toujours pas signé. La promulgation de la loi soutenant les manifestations prodémocratie à Hong Kong par Donald Trump semble avoir un peu plus éloigné la perspective d’un accord. Et pourtant la volatilité sur les marchés financiers américains et européens continue de s’écraser.

On constate déjà une forte divergence avec les marchés chinois. L’indice actions Shanghai Composite a touché la semaine dernière son plus bas niveau en trois mois, même constat pour une autre indice chinois, le CSI300, alors que le SP500 naviguait au-même moment sur ses plus hauts historiques. Il est clair que l’avancée des négociations commerciales mise en avant par le président américain n’est pas interprétée de la même manière sur les marchés financiers des deux puissances économiques.

Comportement de prudence également sur le marché des changes. Alors que le yuan s’était renforcé dans les semaines qui avaient suivi l’annonce d’un accord commercial par le président américain début octobre, le mouvement s’est interrompu en novembre. Le yuan offshore a rendu presque la moitié de son avance face au dollar, en signe de défiance. Mais là encore, défiance totalement absente sur les marchés actions américains.

Le VIX, qui mesure la volatilité sur le SP500, est tombé à 11.4 la semaine dernière, c’est-à-dire son deuxième plus bas niveau de l’année. Un VIX proche de 10 traduit un très faible niveau de nervosité.

Pour mémoire, lors de la phase de stress du quatrième trimestre 2018 sur les marchés, le VIX était monté à 36 et même à plus de 50 lors de l’épisode de tension de février 2018. Absence de stress d’autant plus frappante que les échanges commerciaux au niveau mondial continuent de reculer.

Alexandre Baradez , 3 décembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés