›  Opinion 

A chaque nouvelle vague de COVID, les classes d’actifs semblent être de plus en plus résilientes

Le 3 janvier 2022, environ 1,5 millions d’Américains ont été testé positifs au COVID-19, trois fois plus que les 500 000 enregistrés quelques jours plus tôt. Et pourtant, les marchés actions ont totalement ignoré cet écart important, l’indice S&P 500 ayant même atteint de nouveaux records ces dernières semaines.

Seema Shah, Stratégiste en chef chez Principal Global Investors, commente le sentiment de marché, positif, à l’épreuve de l’épisode Omicron.

Le 3 janvier 2022, environ 1,5 millions d’Américains ont été testé positifs au COVID-19, trois fois plus que les 500 000 enregistrés quelques jours plus tôt. Et pourtant, les marchés actions ont totalement ignoré cet écart important, l’indice S&P 500 ayant même atteint de nouveaux records ces dernières semaines.

Le variant Omicron n’a pas entamé le sentiment enthousiaste des marchés, cela pour 3 raisons :

1- Malgré une forte augmentation du nombre de cas, il y a moins d’infections graves entraînant hospitalisations et décès.

2- La plus faible virulence d’Omicron justifie des restrictions de mobilités moins strictes : il est donc peu probable que l’activité des services aux Etats-Unis ralentisse de manière aussi significative que lors des vaques précédentes. Alors que l’indice ISM américain des services a chuté de 67 à 62 points en décembre, il continue d’afficher une force impressionnante.

3- La progression des vaccinations devrait permettre d’éviter une intensification des goulots d’étranglement sur la chaîne d’approvisionnement. Par conséquent, les pressions haussières les plus aiguës sur les prix devraient s’atténuer en 2022.

Les marchés sont de plus en plus rassurés par la bonne tenue de l’économie. La croissance des bénéfices sera robuste cette année et avec des pressions inflationnistes qui devraient s’atténuer, il est peu probable que la Réserve fédérale resserre sa politique monétaire de façon agressive au-delà de ce qui est déjà prévu. Bien que les prochains mois puissent s’avérer difficiles et les marchés financiers volatils, nous observons qu’à chaque nouvelle vague de COVID, les classes d’actifs refuges comme celles plus risquées semblent être de plus en plus résilientes.

Next Finance , 11 janvier

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés