›  Opinion 

10 tendances qui pourraient définitivement transformer les économies et les marchés post Covid-19

A quoi ressemblera le monde de demain, suite à l’épidémie de Covid-19 et ses conséquences économiques et sociales ? Quels seront les entreprises et les secteurs qui s’en sortiront le mieux ?

A quoi ressemblera le monde de demain, suite à l’épidémie de Covid-19 et ses conséquences économiques et sociales ? Quels seront les entreprises et les secteurs qui s’en sortiront le mieux ? Ce sont les questions que s’est posées Pauline Grange, gérante de portefeuilles en actions mondiales, chez Columbia Threadneedle Investments. Ci-dessous les 10 tendances qui pourraient bien transformer les économies et les marchés post Covid-19. Voici également une infographie illustrant ces 10 tendances.

10 TENDANCES QUI POURRAIENT DEFINITIVEMENT TRANSFORMER LES ECONOMIES ET LES MARCHES

La crise du Covid-19 éprouve les citoyens, les familles, les entreprises, les gouvernements et les marchés de capitaux du monde entier. Cette épreuve pourrait transformer en profondeur le comportement des consommateur et des entreprises, mais aussi le fonctionnement des marchés financiers. Dans cette perspective, voici les dix tendances qui résulteront de la pandémie de Covid-19 et qui, selon moi, changeront à jamais les économies et les marchés.

REVIREMENT DE LA MONDIALISATION

Qu’il s’agisse de consommation ou de chaînes d’approvisionnement, les pays commenceront à accorder davantage d’attention à la provenance des produits, ainsi qu’à leur dépendance excessive à l’égard de certaines économies. Cela va clairement inciter les entreprises à diversifier les chaînes d’approvisionnement. Les petites structures locales pourraient également bénéficier d’une vague de soutien dans la mesure où les consommateurs se détourneront des marques « historiques » qu’ils avaient l’habitude d’acheter.

ACCÉLÉRATION DE LA TRANSITION DE L’ARGENT LIQUIDE AUX PAIEMENTS PAR CARTE

Un plus grand nombre de personnes étant contraintes d’abandonner les magasins traditionnels au profit du commerce en ligne, et alors que les magasins « en dur » de nombreuses régions n’acceptent plus les paiements en espèces pour des raisons d’hygiène, la transition des paiements en espèces aux paiements par carte pourrait s’accélérer.

SANTÉ ET HYGIÈNE

Les règles et réglementations vont se durcir, en particulier en Chine où les pressions en faveur d’une formalisation de l’industrie agroalimentaire du pays vont s’intensifier, compte tenu de l’origine de l’épidémie.

AVANCÉES DANS LE DOMAINE MÉDICAL

La population sera surprise par les progrès rapides, obtenus grâce à la communauté génétique, en termes d’enrayement de la maladie et de conclusions des essais cliniques. Le génome de la maladie a été cartographié à la mi-janvier, le mécanisme de liaison aux protéines a été identifié il y a deux semaines, le virus a été reproduit dans un laboratoire canadien il y a une semaine et Moderna, une entreprise américaine de biotechnologie, teste un vaccin depuis quinze jours. C’est prodigieusement rapide par rapport à « l’ancien temps », où les tests auraient pris des années et non des semaines. Il est possible que les populations sous-estiment l’évolution de la science et ses conséquences. En cas d’espoir prochain d’un enrayement de la maladie plus tôt que prévu, une bonne surprise est à prévoir.

UNE MEILLEURE ACCEPTATION DU TRAVAIL INTELLIGENT

Les entreprises étant obligées de permettre le travail à domicile, le télétravail pourrait devenir une pratique plus acceptable. Une telle transition aura des répercussions sur les investissements dans le cloud, avec un abandon accéléré des infrastructures informatiques existantes.

LES GÉANTS TECHNOLOGIQUES, DÉSORMAIS CONSIDÉRÉS COMME UN SERVICE PUBLIC, SONT MOINS ATTAQUÉS

Cette période de confinement met clairement en lumière le soutien indispensable qu’apportent les plateformes technologiques, y compris les médias sociaux. Si des plateformes en ligne telles que Google Search, YouTube et Facebook/Instagram pourraient voir leurs revenus publicitaires plonger à court terme, elles bénéficieront à plus long terme d’une croissance plus robuste de leurs utilisateurs et d’un engagement accru. Les personnes qui avaient quitté les plateformes par souci de protection de la vie privée pourraient bien revenir, tandis que les attaques des gouvernements pourraient perdre en virulence compte tenu du rôle clé que les sociétés technologiques ont joué dans cette crise en soutenant les communautés.

CROISSANCE DE LA CONSOMMATION EN LIGNE

Qu’il s’agisse de produits d’alimentation, d’éducation ou de commerce de détail au sens plus large, la consommation en ligne a augmenté, avec une base élargie d’utilisateurs désormais plus à l’aise avec ce mode de consommation. Il est possible que ce qui a débuté par nécessité pour beaucoup puisse devenir la norme. Une nouvelle accélération des investissements en ligne de la part des détaillants et des services traditionnels sera également observée.

ACCÉLÉRATION DES PRINCIPALES TENDANCES TECHNOLOGIQUES

Les usines d’intelligence artificielle (IA) ont déjà connu une croissance rapide. Ces dernières utilisent des algorithmes basés sur les données pour la prise de décision automatisée plutôt que des processus à forte intensité de main-d’œuvre reposant sur la communication en face à face. Elles sont bien adaptées à un monde où les interactions humaines sont moins nombreuses, ce qui, comme indiqué plus haut, pourrait accélérer encore les investissements dans les « clouds » publics.

L’ESSOR DES PRIORITÉS « VERTES »

Alors que les pays constatent les avantages d’un air et de voies d’eau plus propres (à Venise, l’eau des canaux est bien plus claire et des bancs de poissons sont maintenant visibles), pourraient-ils avoir envie de conserver ces bienfaits ? Sous l’impulsion des mesures de relance budgétaire, nous pourrions assister à un renforcement de l’agenda vert et à une augmentation des investissements dans les énergies renouvelables, les infrastructures relatives aux véhicules électriques, etc..

LE DÉVELOPPEMENT DU CAPITALISME MORAL

Les entreprises connaissent-elles une « crise » existentielle, qui les conduit à se concentrer davantage sur leur finalité, à savoir leur impact sur l’environnement et leurs clients, la communauté, les employés et la chaîne d’approvisionnement ? Dans un contexte d’inégalité sociale croissante dans les marchés occidentaux, le recours par les entreprises à des opérations de rachat pour gonfler le cours des actions au détriment des investissements et des bilans fait déjà l’objet d’une attention croissante. Mais une fois la crise du Covid-19 dépassée, est-il possible que cette attention se renforce encore ? S’agissant des consommateurs, il est possible que l’ordre des valeurs auxquelles nous sommes attachés soit modifié en profondeur, puisque nous avons été privés dans les faits de notre liberté. Soudain, les possessions perdent de leur intérêt tandis que les expériences, la santé/forme physique et l’engagement social « remontent » dans les priorités des consommateurs.

Pauline Grange , 25 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés