Zoom sur : investir dans l’éducation - Pourquoi de plus en plus d’étudiants américains de classe moyenne optent pour les campus virtuels

La pandémie de coronavirus a frappé de plein fouet les universités américaines. Selon la dernière enquête de l’Institute of International Education (IIE), les inscriptions d’étudiants étrangers dans les universités américaines ont diminué de 43 % par rapport à l’année précédente.

La pandémie de coronavirus a frappé de plein fouet les universités américaines. Selon la dernière enquête de l’Institute of International Education (IIE), les inscriptions d’étudiants étrangers dans les universités américaines ont diminué de 43 % par rapport à l’année précédente. Cependant, de nombreuses universités ont continué à générer des revenus grâce aux frais de scolarité et aux droits d’inscription des étudiants étrangers en proposant des cours en ligne. En effet, l’enquête de l’IIE a révélé que 51 % des étudiants non américains de première année ont suivi des cours en ligne depuis leur pays d’origine.

Les universités américaines, qui sont en concurrence intense les unes avec les autres, ont commencé à se moderniser numériquement il y a de nombreuses années. Aujourd’hui, la technologie, la méthodologie et la didactique de ces établissements sont suffisantes pour enseigner à distance à plus de la moitié des étudiants nouvellement inscrits.

Remises complémentaires

Le développement économique des États-Unis au cours des années qui ont suivi la grande crise financière de 2008 a créé de nombreux défis pour les étudiants. Depuis la récession, déclenchée par l’éclatement de la bulle des subprimes, la plus grande économie du monde a connu une croissance régulière, mais le rythme a été plus lent que la normale. "Pratiquement aucun secteur aux États-Unis n’a connu une hausse des prix aussi importante que le secteur de l’éducation. Pour les enfants d’une classe moyenne de plus en plus défavorisée financièrement, la vie sur le campus est donc devenue de plus en plus inabordable, ce qui a entraîné une baisse du nombre d’étudiants dans de nombreuses universités", explique Paul Buchwitz, gérant de portefeuille du fonds DWS Invest SDG Global Equities. C’est pourquoi de nombreuses universités ont fait équipe avec des entreprises du secteur des technologies de l’éducation qui proposent des offres en ligne complémentaires à l’enseignement en classe. Ces technologies dites éducatives (EdTechs) ne se contentent pas de concevoir le programme d’études en coopération avec les universités, mais prennent également en charge le marketing, le processus d’inscription et le soutien des parties concernées. "Grâce à ces initiatives, le nombre d’étudiants n’a pas diminué davantage. Les revenus supplémentaires ainsi générés sont généralement partagés entre les universités et les EdTechs", explique M. Buchwitz.

Un enseignement et un apprentissage plus personnalisés

Les offres numériques gratuites stimulent non seulement l’activité des universités, mais elles peuvent également favoriser les possibilités d’enseignement et d’apprentissage personnalisés. Dans le concept de la "classe inversée" - une méthode d’enseignement de l’apprentissage intégré - les étudiants acquièrent leurs connaissances par le biais de cours en ligne. Des tests ultérieurs sont ensuite organisés pour déterminer ce qu’ils ont appris, ce qui permet de constituer des groupes ayant des niveaux de connaissances comparables. Cela permet aux étudiants de se concentrer sur un contenu plus approfondi lorsqu’ils se rendent à l’université. À l’inverse, les enseignants, qui ne sont plus obligés d’enregistrer leurs cours qu’une seule fois avant de pouvoir y accéder plusieurs fois, disposent d’une plus grande marge de manœuvre pour répondre aux besoins et au niveau de performance de chaque étudiant. "Cela permet non seulement de transformer le concept d’enseignement traditionnel, à savoir l’acquisition de connaissances dans l’établissement d’enseignement et l’approfondissement et l’application du contenu à la maison, de la tête aux pieds, mais aussi de le rendre beaucoup plus personnel et donc plus efficace", déclare le gérant du portefeuille.

Next Finance , 12 janvier

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Les thématiques ESG à l’honneur

Les investisseurs professionnels (banques, compagnies d’assurance, caisses de retraite, …) analysent traditionnellement les entreprises via des critères financiers (bilan, bénéfices, perspectives de chiffre d’affaires, ...). Ils prennent en outre de plus en plus conscience que (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés