›  News 

Y a-t-il des quants chez AIG ?

Un audit externe a révélé que les dépréciations d’actifs liées à la revalorisation d’un portefeuille de dérivés de crédit seraient trois fois plus importantes qu’annoncées (5 milliards de dollars au lieu de 1,6 milliards)...

PricewaterhouseCoopers, cabinet d’audit, a indiqué que les dépréciations liées à un portefeuille de dérivés de crédit, géré par AIG Financial Products (AIGFP), filiale du groupe AIG, avaient été largement sous-évaluées.

Estimées par AIG à 1,6 milliards de dollars en novembre 2007, elles avoisinent en fait 5,2 milliards de dollars selon PWC à cette date.

Le cabinet d’audit a ainsi entièrement remis en cause le contrôle interne de la banque et a mis en lumière la faiblesse des outils utilisés pour l’évaluation du portefeuille par AIG.

Il est étonnant que le numéro un mondial de l’assurance ne soit pas en mesure de détacher une équipe d’analystes capables d’évaluer un portefeuille de CDS (credit default swaps)

L’assureur n’a pas encore pu déterminer de combien le portefeuille de CDS s’était déprécié au 31 décembre 2007.

“AIG est en train d’accumuler des données de marchés dans le but de réévaluer son portefeuille de super senior credit default swap », a indiqué le groupe d’assurances.

Ces erreurs d’évaluation mettent en lumière la difficulté que rencontre le marché pour évaluer correctement le montant des pertes dues à la crise des subprimes à travers des titres de créances adossés.

Goldman Sachs table sur une dépréciation d’actifs de l’ordre de 10 milliards de dollars au quatrième trimestre pour l’assureur.

Le groupe AIG bénéficie actuellement d’une des meilleures notes possibles chez Fitch, AA pour sa dette senior.

L’agence de notation Fitch a placé la note du groupe sous surveillance en vue d’un possible abaissement, qui ne devrait toutefois pas, selon elle, être supérieur à un cran.

Mais le groupe d’assurances affirme que les pertes du portefeuille de dérivés de crédit n’auraient pas d’impact significatif. Selon AIG, le « mark-to-market » et les moins values latentes ne sont pas une indication des pertes liées au portefeuille de dérivés de crédit géré par AIG Financial Products (AIGFP). La société estime que les pertes impliquées par les amortissements seront récupérées au fil du temps en l’absence de défaut sur le portefeuille sous-jacent.

AIG a confirmé à la S.E.C (Securities and Exchange Commission) qu’il disposait des procédures adaptées pour déterminer de façon appropriée la juste valeur du portefeuille.

C’est exactement ce que le groupe affirmait il y a six mois...

Yann Olivier , Février 2008

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News Le Secours Catholique lance le contrat d’assurance-vie Kaori.vie ainsi qu’une association d’épargnants

Le Secours Catholique-Caritas France annonce le lancement de Kaori, première association d’épargnants responsables et solidaires créée à l’initiative d’une association d’intérêt général, et de son contrat d’assurance-vie engagé (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés