›  Opinion 

Un avertissement pour les optimistes

Nous conservons notre sous-pondération en actions mondiales. L’économie globale connait un ralentissement d’envergure. Les tensions commerciales persisteront encore longtemps. La Réserve fédérale quant à elle devrait être moins accommodante que ne l’anticipent les investisseurs.

Les actions émergentes conservent notre préférence. Les niveaux de valorisation sont historiquement bas et le momentum des révisions bénéficiaires est positif.

La situation est également plus favorable pour les actions européennes, que nous surpondérons. Notre indicateur d’activité est en hausse pour le quatrième mois consécutif. Les perspectives bénéficiaires sont également positives.

Nous restons prudents à l’égard des actions américaines, qui offrent la moins bonne combinaison entre valorisation et perspectives bénéficiaires.

Nous surpondérons les obligations émergentes en monnaies fortes. Les devises émergentes sont largement sous évaluées par rapport au dollar US et les rendements sont élevés en regard de ceux des pays développés. L’inflation y est généralement bien maitrisée et nous devrions continuer d’assister à des baisses de taux directeurs dans les pays producteurs de matières premières.

Nous sous-pondérons l’ensemble des marchés du crédit, qui semblent aujourd’hui insensibles au risque d’un ralentissement plus marqué.

Nous prenons une surpondération sur le franc suisse. Beaucoup de pays développés sont enclins à la dévaluation de leurs monnaies.

Frédéric Rollin , 27 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés