›  News 

Trop gros pour faire faillite, pas assez pour aller en Prison !

C’est par cette phrase hostile inscrite sur une pancarte qu’ont été accueillis les dirigeants de la prestigieuse banque d’affaires américaine à leur entrée au sénat. Egalement auditionné, « Fabulous Fab » s’est défendu avec aplomb...

Pendant plus de 5 heures, les sénateurs ont cuisiné Daniel Sparks - ancien responsable des activités hypothécaires - et trois de ses subordonnés, parmi lesquels le Français Fabrice Tourre, visé par la plainte de la SEC.

Celui-ci s’est montré le plus pugnace et le plus combatif. Il a nié catégoriquement les accusations de la SEC et a réitéré que les 2 seuls investisseurs des CDO Abacus disposaient des ressources nécessaires pour intervenir sur ce marché. Selon lui, Goldman Sachs n’avait strictement aucun intérêt à faire perdre de l’argent à ses clients. « La banque a d’ailleurs perdu 83 millions de dollars dans cette affaire », précisa t-il aux sénateurs.

Répondant à une question de la sénatrice républicaine, Susan Collins, lui demandant s’il servait l’intérêt de ses clients, ou celui de sa firme, Fabrice Tourre a présenté la banque comme un simple intermédiaire - un « market maker » - organisant ce marché de produits devenus toxiques. « Nous avions l’obligation de servir nos clients, mais nous n’étions pas leur conseiller en investissements : nous agissions comme « market makers » en leur dévoilant les prix des transactions qu’ils requerraient. »

L’échange entre le président de la commission, le sénateur démocrate Carl Levin et Daniel Sparks s’est résumé à un dialogue de sourds ! Morceaux choisis...

Carl Levin : « Vous avez conçu un produit de 300 millions de dollars, sur lequel vous représentiez la moitié des « shorts » [paris sur la faillite]... étiez-vous à l’aise de le vendre à vos clients ? Pourquoi ne pas les avoir informés de ces paris ? »

Daniel Sparks : « Les clients qui n’ont pas voulu participer à ce deal ne l’ont pas fait »

Carl Levin : « Combien Goldman Sachs a gagné en pariant sur le déclin de ces produits, vendus à vos clients ? »

Daniel Sparks : « Il semble que ces clients aient pris leur décision librement en y investissant. »

Carl Levin : « Vous rappelez-vous dans quelles proportions vous avez parié contre un autre produit appelé Timber wolf, dont vous avez vendu 600 millions de dollars ? »

Daniel Sparks : « Nous avons fourni un certain nombre de paris baissiers... »

Carl Levin : « Savez-vous ce que votre équipe disait à propos de Timberwolf dans un courriel ? ‘Mec, c’était vraiment une affaire merdique’ ! »

Daniel Sparks : « Il m’est utile de savoir dans quel contexte ces mots ont été prononcés... »

Carl Levin : « Combien de ces affaires merdiques avez-vous vendues ? »

Daniel Sparks : « Leur prix reflétait le niveau de risque dans lequel les clients voulaient investir... »

Carl Levin : « Goldman Sachs devait-elle vendre des affaires merdiques ? »

Daniel Sparks : « Je n’ai pas utilisé ces mots. »

Carl Levin : « Ne disiez-vous pas alors que vendre ces produits était la « top priorité » ? »

Daniel Sparks : ...Silence

Steve Tui , Avril 2010

Lire aussi

Avril 2010

News Goldman Sachs contre-attaque !

La banque la plus prolifique de Wall Street n’a pas l’intention de se laisser impressionner par les accusations de la SEC et les plaintes à venir de l’allemand IKB...

Avril 2010

News Goldman Sachs, Fabrice Tourre et les CDO sur RMBS

Goldman Sachs et Fabrice Tourre sont poursuivis par la SEC pour avoir « trompé » leurs clients lors de la vente des CDO ABACUS...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés