›  News 

Traders et gérants choqués par l’interdiction de la vente à découvert !

L’association des gérants de fonds basée à Washington, la MFA, est scandalisée par les mesures d’interdiction de la vente à découvert visant 799 sociétés financières...

L’interdiction des ventes à découvert sur les valeurs financières de nouveau mise en œuvre par la Security and Exchange Commission (SEC) se terminera le 2 octobre et fait suite à des mesures similaires prises par l’Association anglaise des services financiers (FSA).

Par la voix de son président, Richard H. Baker, la MFA s’est dit profondément préoccupée par la crise dans les marchés financiers mondiaux, mais demeure tout aussi préoccupée par les actions sans précédent mises en œuvre par la SEC pour répondre à la crise.

"Nous sommes fermement opposés à des restrictions sur la vente à découvert et nous disons que la vente à découvert est un outil de gestion des risques et un élément essentiel pour assurer la stabilité du marché, pas un contributeur à la volatilité du marché."

La SEC a également contraint les gestionnaires institutionnels à publier leurs positions courtes.

Cette dernière mesure n’a pas non plus emporté l’adhésion de la MFA. Pour l’association des gérants de fonds, ce type de la divulgation n’a aucun avantage sur le marché, mais est plutôt nuisible à l’investissement des gérants institutionnels et à leur business.

L’association a déclaré être à la recherche immédiate de dérogations à ces règles et souhaite des éclaircissements sur un certain nombre de questions concernant l’application de ces mesures.

A Paris, Jérôme, trader expérimenté, ne comprend pas pourquoi l’AMF a également mis en place une mesure similaire. « C’est une mesure imbécile qui nous empêche de faire notre travail correctement », tempête t-il.

« Comment feront les desks de couverture, s’ils ne peuvent pas vendre des actions des banques sur lesquelles ils ont vendu des puts ? »

« Il semble qu’on nous interdise également de faire de la réplication synthétique, en vendant un call et en achetant un put, on peut reconstituer exactement une position vendeuse sur le sous-jacent, mais même avec ça vous pouvez être inquiété : Les autorités cèdent là à la démagogie !On risque d’accentuer les problèmes avec des mesures de ce type, prises à la va vite, pour montrer à l’opinion qu’on fait quelque chose ! »

Rolland, arbitragiste, est également concerné. Mais depuis quelques mois, il évitait de se positionner à la vente sur certaines actions. « Au moment de la livraison, il fallait parfois les racheter au prix fort. On a des rebonds techniques impressionnants. Actuellement, je me contente de vendre des futures, ça au moins, ce n’est pas interdit », s’amuse-t-il.

La semaine dernière, la Société Générale a décidé de fermer toutes les positions de stratégie « long/short » sur un panier de banques européennes. Même si les stratégistes de la Societé Générale annoncent avoir clôturé cette stratégie à cause du rachat d’HBOS par Lloyds, on peut quand même penser que l’interdiction des ventes à découvert par certains régulateurs a compté dans leur décision.

Next Finance , Septembre 2008

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés