›  Interview 

Simon Bond : « Notre European Social Bond Fund propose une variété d’échéances destinées à garantir une liquidité quotidienne »

En sélectionnant activement des obligations spécifiques qui concourent au progrès social plutôt qu’en excluant des obligations par le biais de filtres négatifs traditionnels, Simon Bond, gérant du fonds Threadneedle (Lux) European Social Bond Fund vise à combiner impact social et rendements financiers.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Next-Finance : Vous investissez sur le compartiment des obligations Investment Grade, tout en associant une dimension sociale liée directement aux titres sélectionnés en portefeuille. Pouvez-vous nous rappeler le principe d’un social bond (versus green bond) ?

Simon Bond : Un social bond est une obligation émise pour financer des projets sociaux ayant un impact positif concret sur les individus, les communautés et la société. L’argent collecté peut par exemple faciliter l’accès à un logement abordable ou encore soutenir la santé, l’éducation ou l’emploi. Ces produits sont donc différents des Green bonds qui visent à financer notamment la transition énergétique. A noter qu’il ne s’agit pas de faire de la philanthropie. Notre objectif est d’investir à des fins sociales tout en générant un rendement financier. Le fonds vise à équilibrer trois éléments clés, à savoir l’impact social, la liquidité et le rendement financier, et entend offrir le profil risque/rendement des obligations Investment Grade d’entreprises européennes ainsi qu’un alpha social clairement identifiable.

Votre univers d’investissement est-il suffisamment large et diversifié ? Avez-vous un indice de référence ?

Oui, il est suffisamment large et diversifié même si j’aimerais qu’il le soit davantage. C’est la raison pour laquelle, je passe beaucoup de temps à essayer de convaincre des émetteurs de se lancer sur ce marché.

Au cours des dernières années, nous avons encouragé les gouvernements, les organismes supranationaux, les agences et les entreprises à proposer un éventail plus large de titres répondant d’une manière plus globale aux besoins de la société.

Parmi les 4 286 obligations d’entreprises européennes disponibles sur le marché, nous en avons identifié environ 43% qui sont de nature sociale, dans différents secteurs et pays. En sélectionnant activement des obligations spécifiques qui concourent au progrès social plutôt qu’en excluant des obligations par le biais de filtres négatifs traditionnels, nous visons à combiner impact social et rendements financiers.

En ce qui concerne, notre indice de référence, il s’agit d’un indice composite : 50 % Bank of America Merrill Lynch Euro Non Sovereign Index + 50 % Bank of America Merrill Lynch Euro Corp Euroland Issuers Index.

Selon vous l’heure est venue d’évoquer comment les Etats peuvent également avoir recours aux obligations sociales, en ligne avec les objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD)…Peut-on voir se développer un marché de social bonds souverains ? Que faut-il pour que ce marché décolle ?

Oui tout à fait, même si ce n’est pas encore le cas aujourd’hui. L’efficacité du secteur privé peut bénéficier aux investisseurs publics comme privés. Un financement stable et de long terme est crucial pour les organismes évoluant dans le domaine social. Néanmoins, depuis la crise financière mondiale, les sources traditionnelles de financement sont moins attrayantes et moins abondantes. Certains souffrent de plusieurs années de sous-investissement chronique. Les obligations sociales peuvent combler ce fossé en orientant le capital des investisseurs vers des projets ayant un impact social positif défini.

D’ailleurs, nous en avons fait part à l’ICMA (International Capital Market Association) ce qui a permis la publication en juin 2017 des Principes applicables aux obligations sociales et aux obligations durables, un cadre de bonnes pratiques d’application volontaire axé sur des lignes directrices, notamment en matière de transparence et d’information, similaire aux Green bonds.

Depuis le lancement du fonds, deux faits marquants ont illustré à nos yeux la croissance du marché :

1) Le 14 novembre 2017 a fait date dans l’évolution du marché, avec l’émission en Europe d’un nombre sans précédent d’obligations placées en vue du financement de projets spécifiques, journée que nous avons baptisée « Social Tuesday » à la veille du Black Friday et du Cyber Monday.

2) Le marché des obligations sociales a connu un développement majeur en mars 2018 avec le lancement de la première obligation sociale d’entreprise par Danone. L’emprunt est principalement destiné à financer des projets de recherche et développement dans le cadre de l’activité de nutrition médicale avancée.

A propos des objectifs de développement durable des Nations Unies, je tiens à ajouter que chacun de nos investissements a été réalisé dans le cadre des ODD comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le partenariat conclu avec INCO ?

INCO est une société d’investissement spécialisée dans les entreprises à fort impact social et environnemental. De par son expertise et son indépendance, son rôle consiste à nous conseiller dans le cadre de l’évaluation de l’impact social des obligations souscrites dans le portefeuille du fonds Threadneedle (Lux) European Social Bond Fund. INCO publie par ailleurs un rapport annuel de l’impact social du fonds.

Le fonds a été lancé en 2017, quels sont vos encours actuellement ? Quelle est la capacité maximale du fonds ?

Les encours de la stratégie sont environ de 408 millions de dollars, en tenant compte notamment des mandats de gestion, avec une capacité de 2 milliards de dollars à l’heure où je vous parle. Mais si le marché des Social Bonds est amené à grossir, cette limite sera bien évidemment revue à la hausse.

Quid de la performance depuis son lancement ? Au-delà de la performance, faites-vous un reporting annuel sur l’impact social de votre fonds ?

Nous avons démontré notre capacité sur les cinq dernières années à gérer des stratégies d’obligations d’impact social axées sur les résultats tout en obtenant de très bons rendements ajustés aux risques. Depuis la création du fonds européen, le rendement annualisé est de 1,8 %, avec un niveau de volatilité très faible puisque notre ratio de Sharpe tourne autour de 1 sur la période.

En ce qui concerne l’impact social, INCO analyse l’impact et publie un rapport annuel de l’impact social du fonds. A cela s’ajoute notre analyse de l’intensité sociale de chaque obligation selon notre méthodologie et les critères alignés aux ODD.

En outre, le fonds a reçu le label ESG de la part de l’agence Luxembourg Finance Labeling Agency (LuxFLAG).

Quelle typologie d’investisseurs a été intéressée par votre fonds ?

De plus en plus de clients cherchent à investir leur épargne de manière à favoriser le progrès social et à obtenir des résultats positifs durables. Dans le même temps, nous sommes convaincus que les investisseurs n’ont pas besoin de sacrifier la performance pour parvenir à un impact social.

Par conséquent, tous les types d’investisseurs sont intéressés par notre produit : cela va des particuliers aux investisseurs de premier plan comme les fonds de pension, en passant par les compagnies d’assurance.

Le fonds propose une variété d’échéances destinées à garantir une liquidité quotidienne. Souvent, les investissements et autres véhicules d’impact social doivent verrouiller les fonds pendant de longues périodes. Leur profil de risque peut en outre s’avérer difficile à comprendre. Notre fonds propose au contraire un risque semblable à celui des stratégies sur obligations d’entreprises et vise un rendement équivalent à celui des obligations d’entreprises, ce qui la rend accessible et facile à comprendre pour un large éventail d’investisseurs.

Paul Monthe , RF , 28 mai

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Guillaume Abel : « L’ISR devient LE mode de gestion pertinent »

Selon Guillaume ABEL, Directeur du Développement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l’ISR devient LE mode de gestion pertinent. LBPAM projette la création d’un fonds Green Bond cette année et de portefeuilles modèles ISR sur-mesure pour le suivi des mandats de certains (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés