›  Opinion 

Semi-conducteurs, quand l’arbre cache la forêt

En cette période de vif rebond économique à travers le monde, un secteur semble particulièrement victime de son succès. Les semi-conducteurs, ces composants dont on entend régulièrement parler mais qui sont souvent invisibles dans nos produits du quotidien.

A l’image de nos organes, chacune de ces puces est pourtant indispensable. Désormais présente au cœur de l’actualité récente, la pénurie de semi-conducteurs vient en effet perturber différentes chaines de production, de l’automobile aux télécoms. Face à la forte demande, les trois géants du secteur que sont Samsung, Intel et TSMC, vont ainsi accentuer leurs investissements pour augmenter leurs capacités de production, qui devraient se chiffrer en dizaines de milliards de dollars sur les prochaines années.

En tant qu’investisseur, on peut alors s’intéresser à la partie immergée de l’iceberg pour accompagner des acteurs méconnus qui devraient bénéficier des investissements massifs dans le secteur. L’univers mondial des microcaps recèle ainsi de très nombreux exemples de PME présentes tout au long de la chaine de valeur.

Dans cette course technologique mondiale, l’un des enjeux principaux reste la miniaturisation. Cela nécessite de repousser toujours plus loin les limites de la précision : actuellement rendue à 5 nanomètres et bientôt à 3nm, c’està- dire plus de 10 000 fois plus fin qu’un cheveu. Dans ce domaine, différentes sociétés japonaises présentes dans le fonds Mandarine Global Microcap s’illustrent. A l’image de Toyo Gosei, Osaka Organic Chemical et Tri Chemical qui produisent les composants chimiques dont l’extrême pureté est de plus en plus recherchée. Nomura Micro Science et Organo, qui permettent de purifier au maximum l’eau utilisée dans tout le process de fabrication. Ou encore Yokowo et Japan Electronic Materials qui produisent les équipements de test des puces.

Aux Etats-Unis, Camtek se concentre sur l’inspection 2D et 3D des plaquettes jusqu’à la découpe, quand PhotonControl au Canada, est lui le leader mondial sur le contrôle de la température lors de la fabrication, pour assurer une qualité homogène. Enfin, même si l’Europe est à la peine, une PME allemande, Süss Microtec, se démarque avec ses machines de traitement des plaquettes et vient d’annoncer fin mars une nouvelle commande importante, sans doute en provenance de son principal client, TSMC.

Cette poignée d’exemples met en lumière l’important contraste entre la concentration de quelques grands acteurs et la diversité de ces PME à travers le monde. Au sein d’un écosystème complexe, chaque entreprise apporte sa pierre à l’édifice et participe ainsi, à son échelle, à la croissance d’un secteur toujours plus important dans notre vie quotidienne.

L’équipe Actions Microcaps de Mandarine Gestion , 14 avril

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés