Retour de la volatilité, une piqure de rappel pour les marchés

Les marchés ont subi une légère correction ces derniers jours et particulièrement hier. Soyons clairs : sur toute l’histoire des marchés financiers, cela n’a rien d’exceptionnel et cela est même tout à fait normal.

Les marchés ont subi une légère correction ces derniers jours et particulièrement hier. Soyons clairs : sur toute l’histoire des marchés financiers, cela n’a rien d’exceptionnel et cela est même tout à fait normal. Cependant, dans un monde où le concept même de correction semble avoir été oublié et alors que la hausse des marchés actions se voulait irrépressible, la normalité peut se révéler surprenante, voire douloureuse.

Toutefois, nous assistons peut-être au signe le plus manifeste de la bonne santé des marchés financiers depuis longtemps. En effet, le rally boursier américain alimenté par les valeurs technologiques a tiré les valorisations à des niveaux hors de toute commune mesure. De plus, dans ce contexte économique favorable, particulièrement outre-Atlantique, l’anticipation d’une inflation durablement faible n’était plus tenable. Finalement, ce qui serait inquiétant, c’est de n’avoir eu aucune réaction de la part des marchés, alors même que le nouveau patron de la FED va devoir faire ses preuves.

En effet, en dépit de l’évolution récente des cours de bourse, les actions américaines affichent toujours un rebond de près de 50 % depuis le début 2016. Le repli actuel des marchés semble inhabituel car nous sommes devenus accrocs au faible niveau de la volatilité et aux bonnes statistiques économiques qui ont été positives tout au long de l’année 2017 à l’échelle mondiale.

A quoi devons-nous nous attendre ?

Alan Greenspan, ancien président de la Fed, a déclaré la semaine dernière que les marchés actions et obligataires étaient entrés dans une phase de bulle. Rien de vraiment nouveau dans tout cela ! Il n’est pas nécessaire d’être un ancien président de la Fed pour voir que les marchés obligataires sont dans une situation de bulle quand le Bund allemand à deux ans est inférieur au taux des dépôts de la BCE, ou que les actions sont susceptibles de connaître un repli alors qu’elles n’ont cessé de battre des records vieux de plusieurs décennies lors des derniers mois.

Les bulles peuvent durer un long moment, et alors que nous pourrions assister à une reprise de la précédente tendance haussière alimentée par les valeurs technologiques, il est plus probable que le répit actuel incitera les investisseurs à reconsidérer le leadership des marchés.

Mais quel évènement pourrait conduire à un incident plus grave ? Le nouveau président de la Fed, Jerome Powell, n’est pas à l’abri d’un faux-pas. Le rôle traditionnel du responsable d’une banque centrale est de manipuler délicatement la prudence et le sentiment des marchés. Un resserrement excessif de la politique monétaire ou un report de ce resserrement - qui serait synonyme d’une perte de confiance tant il est anticipé - pourrait faire paniquer les investisseurs et à nouveau faire chuter les marchés.

Cependant, les investisseurs se rendront bien vite compte que Jerome Powell a été choisi précisément en raison de la prudence habituelle qu’il affiche en matière de taux d’intérêt. Il est donc peu probable que ses déclarations soient jugées excessivement accommodantes.

Jerome Powell a d’autres moyens que ses propos publics jugés conciliants pour convaincre les investisseurs qu’il n’est pas sur le point de relever sensiblement les taux d’intérêt. Le salaire horaire moyen a beau avoir été supérieur aux attentes aux ÉtatsUnis, rien ne permet encore de dire qu’il s’agit des prémices d’une véritable tendance haussière. La moyenne mobile sur 12 mois du salaire horaire moyen est plus contenue et d’autres indicateurs de la croissance des salaires, comme l’indice du coût de l’emploi, semblent également en berne. Cette tendance donnera une marge de manœuvre à ceux qui, comme Jerome Powell, plaideront en faveur d’une hausse très progressive des taux, au détriment d’un durcissement brutal.

Plusieurs secteurs du marché actions présentent des fragilités, mais pas au point d’entraîner le marché dans une tendance baissière généralisée.

Nous restons positionnés sur les actions tout en privilégiant et en achetant sur repli les segments « value » du marché. Nous évitons également les titres dont le dividende n’est pas garanti par des flux de trésorerie soutenus et un bilan robuste.

En effet, la quête de rendement n’a pas seulement tiré à la hausse les actions versant des dividendes élevés, elle a complètement remis en cause les business models de certaines entreprises. Cette situation justifie la mise en place d’une gestion active lors des dernières phases du cycle. Maintenir ce cap alors dans un contexte de volatilité accrue ne sera pas une tâche aisée, mais au stade actuel du cycle, c’est en gardant son sang-froid que l’on peut générer des gains.

JAMES BATEMAN , 8 février

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés