Qui achète dans les grandes stations ?

Nationalités, profils, stratégies… Benjamin Berger, directeur général de Cimalpes, dresse le portrait de ceux qui aujourd’hui investissent à titre personnel dans les grandes stations alpines.

Nationalités : les Français toujours les plus nombreux ?

Oui, ils représentent toujours les premiers acheteurs du marché mais une moitié environ des investisseurs est constituée d’acheteurs étrangers. La part des Français oscille ainsi entre 45 % dans une station comme Courchevel, et 60 % comme à Megève. Ensuite, on trouve les Britanniques, suivis d’autre nationalités, comme les Russes, les Suisses ou les Néerlandais. Selon la station, la répartition pourra toutefois varier : les Britanniques, par exemple, sont plus nombreux que les Français à Val d’Isère, et les Russes sont surtout présents à Courchevel et Méribel.

Profils : comment évoluent-ils ?

Sans faire de généralité, on peut dresser quelques nouvelles tendances. Aujourd’hui, les acheteurs sont plus jeunes : 86 % sont des actifs. Leur profil sociologique aussi a considérablement évolué. La génération précédente était composée d’acheteurs qui avaient fait carrière dans de grands groupes industriels ; depuis cinq ans, ceux qui achètent viennent aussi du web ou de la finance.

Stratégies : que veulent les acheteurs ?

La génération précédente cherchait d’abord à optimiser ou à défiscaliser. La nouvelle génération, elle, est sportive et séduite par un art de vivre propre aux destinations alpines. Elle s’entretient. Elle court, pratique le ski, le VTT. Mais elle vient elle aussi pour la qualité de service de nos stations. Elle est en quête de mieux-être et d’art de vivre. Les nouveaux acheteurs veulent pouvoir associer le placement business et l’investissement plaisir. Ils n’hésitent pas à bousculer les anciens codes et à bouder les produits trop traditionnels pour des produits plus contemporains.

Benjamin Berger , 3 décembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés