›  Opinion 

Quelle place la gestion passive laisse-t-elle à la gestion active ?

Créée en 2015, la Lyxor Dauphine Research Academy, est une initiative conjointe entre la House of Finance de l’Université Paris-Dauphine et Lyxor Asset Management afin de mandater les plus grands chercheurs internationaux pour rédiger des articles universitaires sur des sujets d’investissement qui préoccupent les investisseurs.

  • Des études menées par la Lyxor Dauphine Research Academy démontrent que la gestion active bénéficie du développement de la gestion passive.
  • Le rôle accru de la gestion passive représente davantage une opportunité qu’une menace pour les gérants actifs. Cela crée un meilleur équilibre entre les styles de gestion qui ont chacun un rôle distinct à jouer.
  • Les résultats de ces nouvelles études confirment que la combinaison de gestion active et passive est essentielle pour générer une performance sur le long terme.

En 2018, l’académie s’est concentrée sur la relation entre les styles de gestion passive et active, et plus particulièrement sur l’impact du segment passif, en pleine croissance, sur la performance de la gestion active. Les recherches ont mené à plusieurs conclusions intéressantes :

  • Les recherches menées par Cao, Hsu, Xiao et Zhan prouvent que l’arrivée des fonds passifs est bénéfique pour les investisseurs en renforçant la concurrence au sein de la gestion d’actifs. Le développement de fonds de smart beta contraint notamment les gérants actifs à démontrer qu’ils peuvent générer un véritable alpha afin de continuer à générer des flux.
  • L’article de Breugem et Buss montre qu’à un moment donné, le recours croissant à des fonds passifs pourrait créer des opportunités supplémentaires pour les gérants actifs. Cela pourrait les aider à améliorer leurs performances et accroître les flux .
  • Ces deux recherches, promues par l’édition 2018 de la Lyxor Dauphine Research Academy, démontrent qu’un point d’équilibre devrait être atteint sur le marché de la gestion d’actifs entre la part détenue par les investissements passifs et actifs.

Marlene Hassine Konqui, Responsable Recherche ETF pour Lyxor Asset Management, commente les conclusions de la recherche : « Il ne fait aucun doute que la gestion passive a énormément progressé ces dix dernières années. Pour autant, les fonds passifs ne représentent toujours qu’une faible partie de l’industrie de la gestion d’actifs. Néanmoins, leur utilisation rend les investisseurs plus sensibles aux mesures complexes des compétences des gérants actifs.
Si les ETF contribuent à un marché de la gestion d’actifs plus concurrentiel, ils ne remplaceront pas les gérants actifs les plus performants. Ainsi, ces deux styles de gestion trouveront chacun leur place sur le marché car ils ont tous deux un rôle différent à jouer dans la construction de portefeuille. »

Benjamin Bruder, Responsable de la Recherche quantitative chez Lyxor Asset Management, ajoute : « Nous sommes convaincus depuis longtemps qu’une combinaison de gestion active et passive permet de générer une performance optimale, et les conclusions des articles promus par la Lyxor Dauphine Research Academy assoient encore cette conviction. À cet égard, l’idée d’une gestion active par opposition à une gestion passive est trompeuse, dès lors qu’une exposition aux deux peut générer une valeur ajoutée aux portefeuilles ».

La Lyxor Dauphine Research Academy a sponsorisé les articles suivants :
« Smart Beta, Smarter Flows » ; Cao, Hsu, Xiao, Zhan ; février 2018
« Institutional Investors and Information Acquistion : Implications for Asset Prices and Informational Efficiency » ; Breugem, Buss ; avril 2018

Next Finance , Décembre 2018

P.-S.

Étude Lyxor : « Analysing active & passive fund performance : What 2017 results tell us about portfolio construction » ; avril 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés