Profiter de l’effet Yo-Yo des corporate bonds

En début de semaine, le président américain Donald Trump a totalement surpris les marchés en menaçant sur Twitter d’augmenter les tarifs punitifs sur les importations chinoises. Cette annonce a entraîné une chute significative des cours actions lundi, ainsi qu’un élargissement considérable des primes de risque pour les corporate bonds.

Cela n’a pas à être une mauvaise nouvelle pour les investisseurs. L’histoire montre que les corporate bonds peuvent souvent se redresser beaucoup plus rapidement que les autres classes d’actifs et sont donc idéales pour les investissements anticycliques. "Cette caractéristique particulière est illustrée par les corporate bonds libellées en euros. Ces obligations n’ont subi des pertes pendant deux années consécutives qu’une seule fois au cours des 15 dernières années", a déclaré Per Wehrmann, responsable High Yield pour l’Europe chez DWS.

Mais comment l’expliquer ? Il faut bien avoir en tête qu’une obligation - à condition que l’émetteur ne soit pas en défaut - est remboursée à un moment précis dans le futur. Par conséquent, à mesure que la maturité approche, l’effet « pull-to-par » s’installe : le prix se rapproche de la valeur nominale. "Contrairement aux actions, le prix des obligations ont une durée limitée, et ne peuvent différer de leur valeur nominale indéfiniment", a déclaré Wehrmann.

De plus, la reprise du marché américain des obligations high yield a tendance à s’étendre, ce qui fait que les investissements anticycliques dans ses équivalents en euros sont également rentables. Le redressement plus rapide des obligations HY aux États-Unis s’explique par le fait qu’il existe une base beaucoup plus large d’investisseurs spécialisés dans cette classe d’actifs. De l’autre côté de l’Atlantique, il y a beaucoup plus de « partisans de la valeur », qui se concentreront sur n’importe quelle catégorie d’investissement pour peu que le prix soit attractif, et qui seront également prêts à redéployer du capital dans cette direction.

En général, la baisse des prix tend à aller de pair avec la détérioration des données économiques et des données financières des entreprises. Les entreprises préfèreront donc se concentrer sur les intérêts des créanciers, en réduisant leur dette, et en assurant une bonne qualité de crédit.

Parallèlement, en temps de crise, les banques centrales se précipitent au chevet de l’économie en réduisant les taux d’intérêt. Un tel soutien de politique monétaire de la part d’une Fed ou d’une Banque centrale européenne rend tout de suite les classes d’actifs comportant des primes de risque beaucoup plus séduisantes, quoique légèrement décalées dans le temps. À un moment donné, les investisseurs sont contraints de contrebalancer les faibles rendements offerts par les obligations souveraines de grande qualité. "Et cela profite à l’ensemble du marché des corporate bonds, car les obligations HY ont souvent connu une croissance supérieure à la moyenne dans le passé", selon Wehrmann.

Per Wehrmann , 13 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés