›  News 

Pricing Partners donne du muscle à son module sur matières premières

Pricing Partners annonce aujourd’hui des progrès significatifs sur son module matière première avec l’ajout du modèle de Gabillon ainsi que celui de Gibson et Schwartz...

Avec cette nouvelle version sur les matières premières, Pricing Partners cherche à renforcer sa légitimité et son avance sur la concurrence en termes d’expertise sur les modèles de valorisation.

Pour Pricing partners, les enseignements de la crise ont été majeurs sur le marché des matières premières avec un niveau sans précédent de volatilité, un passage de la courbe à terme très rapide du déport au report ainsi que l’attention accrue donnée aux valorisations. Ceci a conduit Pricing Partners à investir beaucoup d’énergie et d’effort afin d’optimiser le module matières premières. Avec cette nouvelle version, Pricing Partners tend à affiner la qualité de ses modèles de valorisation en fournissant des modèles capables d’améliorer la calibration.

Deux modèles ont été ainsi rajoutés au module : le modèle de Gabillon et celui de Gibson et Schwartz. Ces 2 modèles sont considérés comme des standards de marché. Il s’agit de modèles à 2 facteurs spécifiques au marché des matières premières. Ils permettent de capturer les mouvements futurs de la courbe à terme. Car ils considèrent que le « convenience yield » est stochastique et corrélé au processus spot. Cette caractéristique fournit une évolution dynamique du « convenience yield » bien meilleure que le modèle de Black Scholes, celui à volatilité locale de Dupire et plus généralement, tout modèle avec un « convenience yield » déterministe. Ainsi, ils prennent en compte le risque de changement de la courbe à terme passant du déport au report et vice versa.

Pour ces deux modèles, Pricing Partners a mis en place non seulement des formules analytiques pour les futures et options, donnant une calibration rapide et analytique, mais a aussi connecté ces 2 modèles au son moteur Monte Carlo et EDP générique. Les principales différences entre ces 2 modèles résident dans la façon de rendre le « convenience yield » stochastique. Le modèle de Gibson Schwartz, largement utilisé dans le marché, suppose un « convenience yield » stochastique alors que celui de Gabillon suppose un "prix à long terme" stochastique et induit ainsi indirectement un « convenience yield » stochastique. Cette approche par un concept de "prix à long terme" est très naturelle sur certains marchés de matières premières et permet une lecture plus facile du modèle.

Zaizhi M. Wang, ingénieur financier chez Pricing Partners, commente : "L’amélioration du module à travers l’ajout des modèles de Gibson et Schwartz et Gabillon permet une meilleure modélisation de la dynamique de la courbe à terme sur les matières premières. Nous avons vu des niveaux sans précédent de changement violent de la courbe à terme avec par exemple un prix du baril passant brutalement plus de 140 dollars à 70 dollars tandis que les futures longs termes variaient dans des proportions moindres, entraînant un passage du mode déport au report. Il était donc important pour nous d’avoir des modèles qui tiennent compte des changements de la courbe à terme. Ce point est sensible sur des produits aussi simples que les options sur futures et doit être correctement adressé. "

M. Eric Benhamou, PDG de Pricing Partners et ancien quant chez Goldman Sachs ajoute : « Le marché des matières premières a pris une importance accrue avec l’explosion en prix (que ce soit sur le pétrole, les métaux ou les produits agricoles) qui s’est reflété par des volatilité très fortes sur les options. Maintenant que nous avons atteint un certain niveau de maturité avec la plus large couverture au monde en termes de classe d’actifs, nous nous concentrons désormais sur une plus grande précision sur des sujets d’actualité. Les matières premières sont l’un de nos centres d’attention."

Next Finance , Juin 2009

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News Le Secours Catholique lance le contrat d’assurance-vie Kaori.vie ainsi qu’une association d’épargnants

Le Secours Catholique-Caritas France annonce le lancement de Kaori, première association d’épargnants responsables et solidaires créée à l’initiative d’une association d’intérêt général, et de son contrat d’assurance-vie engagé (...)

© Next Finance 2006 - 2022 - Tous droits réservés