Les raisons d’être positif sur la dette des marchés émergents

Alejandro Arevalo et Reza Karim, gestionnaires au sein de l’équipe dette émergente de Jupiter, expliquent pourquoi ils pensent que le marché est prêt à bénéficier de la réouverture de la Chine et de l’amélioration des fondamentaux.

Selon nous les perspectives pour la dette émergente se sont fortement améliorées à la suite de la réouverture de la Chine.

Le taux de croissance en Chine sera soutenu par les 4 800 milliards de dollars d’économies accumulées par les consommateurs chinois pendant la crise du Covid et devrait augmenter de manière significative au cours des prochains trimestres. Si le risque de récession aux États-Unis est préoccupant, la confiance dans la croissance chinoise est élevée, ce qui signifie que la Chine devrait redevenir le moteur de la croissance mondiale. La dette émergente (EMD) est la classe d’actifs la plus évidente pour en bénéficier. Cette classe d’actifs devrait encore être soutenue par les rendements limités des bons du Trésor américain. Cette situation a créé un fort appétit pour les EMD, comme en témoignent les importants flux entrants de ce début d’année. Par conséquent, nous sommes optimistes quant à la classe d’actifs cette année.

Si l’on considère les obligations d’entreprises des pays émergents, à l’exception des cas particuliers de la Russie, de l’Ukraine et de la Chine, le reste de l’univers affiche un taux de risques d’environ 1,2 % (sur une base mobile de 12 mois, source JPMorgan). L’effet de levier net semble assez faible, à 1,2x (source JPM, fin 2021), ce qui est proche du niveau le plus bas de l’histoire, et constitue un contexte fondamental solide. La liquidité est également favorable avec un ratio de couverture des intérêts de 10,5x (source JPM, fin 2021). De nombreux émetteurs souverains à haut rendement (HY) voient aujourd’hui leur dette se négocier à des prix bien inférieurs à un taux de recouvrement potentiel en cas de défaut, tout en restant solvables.

Au niveau régional, nous trouvons actuellement les meilleures opportunités en Amérique latine et en Afrique, tandis que nous avons récemment ramené notre positionnement au Moyen-Orient en territoire plus neutre après avoir surpondéré la région pendant la majeure partie de 2022.

Croissance en Amérique latine

Notre stratégie sur l’Amérique latine a bien fonctionné. La croissance a surpris à la hausse et les banques centrales de la région se sont battues pour garder leur réputation intacte. Le Mexique et le Brésil ont commencé à relever leurs taux bien avant les banques centrales des pays développés (DM). Seuls quelques pays d’Amérique latine affichent aujourd’hui des taux réels positifs. Les banques centrales sont donc sur le point d’achever leur cycle de resserrement monétaire, l’inflation atteint un pic et les balances commerciales semblent solides dans de nombreux pays. Pour nous, ce sont des signes prometteurs pour 2023. La politique a été la principale préoccupation de ces derniers temps en Amérique latine. Toutefois, malgré l’arrivée au pouvoir de gouvernements moins favorables au marché, les dégâts en termes d’expansion fiscale ont été jusqu’à présent assez limités. En 2023, le surplomb politique semble beaucoup plus modeste étant donné l’agenda électoral relativement léger. Cependant, les événements récents au Pérou et au Brésil montrent que la prudence est toujours de mise.

Nous pensons également que les émissions souveraines à haut rendement des pays d’Afrique offrent des opportunités intéressantes, surtout si l’environnement devient plus positif pour les EM. Toutefois, selon nous, il est crucial d’éviter les situations plus complexes (par exemple, le Ghana).

Les fondamentaux du Moyen-Orient

Au Moyen-Orient, les prix du pétrole ont profité à des pays comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Oman, où nous avons constaté une amélioration significative des soldes budgétaires. À lui seul, le Koweït a vu son déficit budgétaire s’améliorer d’environ 19 % au cours de l’année. Les compagnies pétrolières produisent d’énormes flux de trésorerie, et la Coupe du monde de football a également donné un élan aux investissements. Nous pensons que les fondamentaux reflètent déjà cette évolution et que les valorisations actuelles sont en grande partie liées à ces améliorations. Bien que nous ayons ramené notre allocation globale à un niveau neutre, nous pensons qu’il existe encore des secteurs intéressants pour les investisseurs. Des secteurs tels que l’immobilier et les finances, ou peut-être les exportateurs d’énergie à haut rendement, pourraient bénéficier d’effets de second ordre et offrir des spreads intéressants.

Si l’on considère l’ensemble de la classe d’actifs de la dette émergente, nous pensons toujours que les obligations d’entreprise sont les plus intéressantes. Le rendement à l’échéance disponible est encore assez élevé, tandis que la duration de la classe d’actifs reste contenue. Nous pensons que les obligations d’entreprises des marchés émergents à duration courte compensent bien les investisseurs prêts à attendre que les développements futurs se produisent. Bien sûr, il y a aussi des risques. Les perspectives de croissance mondiale incitent à la prudence, car les spreads pourraient clairement s’élargir dans un environnement de récession ; toutefois, les points d’entrée nous semblent attrayants, notamment pour les investisseurs disposant d’un horizon temporel plus long. Le risque de refinancement pour les émetteurs plus faibles et la géopolitique (notamment à Taïwan) sont deux autres aspects que nous continuons à surveiller de très près. En tant qu’investisseurs actifs, nous sommes en mesure de transformer rapidement notre positionnement, notamment en ayant la possibilité de couvrir certains de ces risques lorsqu’ils se présentent.

Alejandro Arevalo , Reza Karim , 17 février

P.-S.

Risques liés à la stratégie

Il existe un risque accru de volatilité pour la stratégie investit dans des zones géographiques en développement dû aux changements politiques et économiques ; les frais et dépenses ont tendance à être plus élevés que sur les marchés occidentaux. Ces marchés sont généralement moins liquides, avec des systèmes de négociation et de règlement généralement moins fiables que sur les marchés développés, ce qui peut entraîner des mouvements de prix importants ou des pertes pour l’investissement. La stratégie investit principalement dans des obligations qui ont une faible notation ou qui ne sont pas notées par une agence de notation, y compris les obligations à haut rendement et les obligations en difficulté (c’est-à-dire les obligations émises par des sociétés et/ou des gouvernements qui connaissent des problèmes financiers ou opérationnels ou qui peuvent être en faillite). Bien que ces obligations puissent offrir un revenu plus élevé, les intérêts versés sur celles-ci et leur valeur en capital présentent un risque plus élevé, en particulier pendant les périodes de changement des conditions du marché. La stratégie peut utiliser des produits dérivés à des fins d’investissement, pour prendre des positions longues et courtes en fonction de son opinion sur l’orientation du marché, de sorte qu’il est peu probable que la performance de la stratégie suive celle des marchés obligataires et d’actions plus larges. La prise de positions sur le court terme permet de dégager des rendements positifs sur des marchés en baisse, mais signifie également que la stratégie pourrait dégager des rendements négatifs sur des marchés en hausse. La perte potentielle sur une position courte est illimitée, car le prix de l’investissement sous-jacent peut continuer à augmenter. L’investissement dans des instruments financiers dérivés peut introduire des risques d’effet de levier qui peuvent amplifier les gains ou les pertes. Il existe également un risque que les contreparties aux produits dérivés deviennent insolvables, ce qui peut entraîner des pertes. Dans des conditions de marché difficiles, la réduction de la liquidité des marchés obligataires peut rendre plus difficile pour le gestionnaire de portefeuille la vente d’actifs au prix coté. Cela pourrait avoir un impact négatif sur la valeur de l’investissement. Dans des conditions de marché extrêmes, certains actifs peuvent devenir difficiles à vendre en temps opportun ou à un juste prix.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Révolution indicielle dans les Hedge funds

Une critique courante des modèles factoriels repose sur le fait qu’ils ne "répliquent que le bêta" - pas l’alpha pur que recherchent les allocataires. Cette critique est antérieure à l’appréciation des rotations factorielles. L’analyse d’Andrew Beer, dirigeant et co-fondateur de (...)

© Next Finance 2006 - 2023 - Tous droits réservés