›  Opinion 

Les perspectives macroéconomiques incertaines renforcent l’attrait du crédit alternatif

Des taux d’intérêt bas et un contexte macroéconomique incertain renforcent l’attrait de la dette privée. Le crédit alternatif peut offrir des rendements attrayants, des flux de trésorerie stables et une protection contre les risques à la baisse. La dette privée est particulièrement bien adaptée à la prise en compte croissante des considérations ESG.

La quête de rendement incite de plus en plus d’investisseurs à regarder au-delà des marchés publics pour explorer les classes d’actifs illiquides. Le contexte de taux bas et l’incertitude quant à leur évolution renforcent l’attrait du crédit alternatif, qui peut offrir des rendements supérieurs à ceux des marchés publics traditionnels.

Niels Bodenheim, responsable du crédit alternatif chez NN Investment Partners, explique : « Les perspectives actuelles sont brouillées par un ensemble de facteurs difficilement déchiffrables : la reprise inégale des économies, les goulets d’étranglement des chaînes d’approvisionnement, la flambée des prix de l’énergie, et les inquiétudes concernant l’inflation, voire la stagflation. Face à la volatilité croissante des marchés, le souvenir des turbulences causées par le Covid l’année dernière orientent les investisseurs la dette privée et sa stabilité, un univers largement découplé des marchés traditionnels. »

« Dans le même temps, le durcissement de la réglementation bancaire a conduit les prêteurs traditionnels à se retirer de certains secteurs, créant ainsi un vide financier qui doit être comblé. Par conséquent, davantage d’opportunités font surface dans le crédit alternatif, couvrant le spectre des différents risques et durées de crédit, allant du financement d’infrastructures ou de projets à l’immobilier commercial, ou aux prêts hypothécaires résidentiels, en passant par les prêts aux entreprises ou encore par le trade finance. »

Opportunités dans le trade finance, la dette d’infrastructure et les prêts hypothécaires résidentiels néerlandais

Les opportunités sont de plus en plus nombreuses dans le domaine du crédit alternatif, tant à court terme qu’à long terme. Comme nous l’avons constaté l’année dernière lors des turbulences du marché dues à la pandémie, les investisseurs recherchent un refuge contre la volatilité, même à titre temporaire. Certains secteurs, tels que la logistique ou le logement résidentiel, en ont bénéficié, ainsi que des solutions structurelles telles que le financement de créances adossé à l’assurance. Dans un scénario de reprise, les investisseurs recherchent également des solutions offrant un rendement plus élevé.

Les projets d’infrastructure sont de plus longue durée et peuvent aider à faire face aux engagements à long terme. Ce sous-secteur devrait être très actif à l’avenir, les États-Unis étant sur le point de débloquer des milliers de milliards de dollars de dépenses d’infrastructure. Cela créera des besoins de financement non seulement directement liés aux fonds gouvernementaux, mais aussi tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Environ 80 % [1] des contrats d’infrastructure privés sont assortis d’un taux variable, une option attrayante pour les investisseurs inquiets de la hausse de l’inflation.

Le trade finance offre un cycle de remboursement plus naturellement récurrent pour générer des liquidités à court terme. Le trade finance est encore considéré comme une niche, mais il s’agit à la fois d’une opportunité mondiale importante. En raison de l’évolution de la réglementation bancaire, on estime à 1,5 milliard de dollars [2] le déficit de couverture du trade finance par les banques traditionnelles. L’engagement et la négociation avec les contreparties créent une stabilité dans les transactions, même si elles sont à court terme. Le trade finance stimule l’économie réelle, en finançant le commerce, le redéveloppement et l’expansion des entreprises.

Le marché néerlandais des prêts hypothécaires résidentiels est une autre catégorie de sous-actifs intéressante. Il y a une pénurie générale de logements aux Pays-Bas, ce qui alimente la hausse des prix des maisons dans le contexte de taux bas actuel. Même avec la pandémie, les prix des logements ont augmenté de 8.3% [3] l’année dernière, grâce aux faibles taux d’intérêt hypothécaires, et de nouvelles augmentations des prix sont prévues pour cette année et l’année prochaine.

Une opportunité ESG croissante dans le crédit alternatif

À l’heure actuelle, les prêts qui intègrent vraiment des objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont encore rares, mais l’offre va augmenter à l’avenir. Le renforcement de la réglementation, tel que le règlement de l’UE sur la publication des informations relatives au financement durable (SFDR), devrait se traduire par une plus grande transparence et moins de greenwashing. La forte orientation environnementale actuelle du règlement européen sur la taxonomie sera modifiée pour inclure davantage d’éléments sociaux, tels que l’inclusion, la diversité et la santé. Au fur et à mesure que les différentes couches de la législation entreront en vigueur au cours des deux à quatre prochaines années, les pratiques du marché se développeront également. L’émission de prêts liés à la durabilité devrait continuer à gagner du terrain, et l’intégration croissante de l’ESG dans la documentation des prêts influencera davantage ce segment.

Niels Bodenheim poursuit : « Le dialogue actif entre les parties prenantes de la dette privée signifie que la sensibilité croissante aux facteurs ESG s’accorde bien avec le crédit alternatif. La présélection des investissements potentiels en fonction des considérations ESG peut permettre de découvrir à la fois des risques et des opportunités, et de lancer un processus d’engagement avec les entreprises concernées qui peut profiter à toutes les parties prenantes. L’ESG continue d’être un point de mire pour le marché des prêts aux entreprises en général et environ 60 % des nouveaux investissements NN IP cette année ont été étiquetés verts ou contenaient des caractéristiques liées à la durabilité. »

« Les investisseurs devraient s’intéresser à la stabilité du marché du crédit alternatif et envisager un ajustement de leurs portefeuilles en s’éloignant des classes d’actifs traditionnelles, tout en étant attentifs aux capacités de sourcing et de déploiement, car cela restera un facteur crucial pour investir avec succès dans le crédit alternatif. Dans la dette privée, les investisseurs peuvent constater les avantages non seulement du rendement, mais aussi de la stabilité. Cela sera sans doute un facteur rassurant lors des prochaines turbulences des marchés. »

Next Finance , 27 octobre

Notes

[1] Source : NN IP, sur la base de données collectées par Inframation Group

[2] Source : Asian Development Bank, Trade Finance Gaps, Growth (2019) and Jobs Survey

[3] 8.3% en glissement annuel pour 2020. Source : Kadaster, Vastgoeddashboard

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Chine : le pays le plus radical dans la lutte contre le changement climatique ?

Avec plus d’efforts à déployer et moins de temps à sa disposition, la Chine pourrait s’imposer comme l’un des leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique. L’analyse d’Anastasia Petraki, Responsable de la recherche en politiques chez (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés