›  News 

Le club de Manchester United et l’université de Cambridge se tournent vers les bonds !

Le boom des marchés obligataires attire de nouveaux acteurs, à la recherche d’une alternative à leurs sources traditionnelles de financement...

Les managers des grandes équipes de premier league, Arsène Wenger, Alex Ferguson et autres Carlo Ancelotti vont-ils devoir se reconvertir en golden boy de la city, spécialiste en origination ?

Selon le Times, le triple champion d’Angleterre, Manchester United et ses propriétaires, la famille Glazer, épaulés par JP Morgan et Deutsche Bank cherchent à émettre une obligation d’un montant de 600 millions £ (690 millions €).

Selon plusieurs spécialistes du marché de la dette, Manchester United doit plus de 700 millions £ (805 millions €) à plusieurs hedge funds, banques et autres institutions financières. Une grande partie de ce montant est due à la prise de contrôle opérée en 2005 par la famille Glazer, principalement grâce à de la dette.

Le club est en proie à des rumeurs faisant état d’un risque de reprise en main par les fonds Perry Capital et Citadel.

Manchester United et la famille Glazer, ont tenu à rassurer les fans en expliquant que la dette du club n’était pas un problème et que les bénéfices d’exploitation couvraient les paiements d’intérêt annuel sur les divers prêts contractés.

Le club a également indiqué que le manager Sir Alex Ferguson disposait d’assez de fonds pour assurer le développement sportif du club en réponse aux préoccupations des fans de savoir si les sommes récoltées (90 millions €) après le transfert de Cristiano Ronaldo seront réinvestis dans le club.

Manchester United n’est pas le seul club à avoir des problèmes de dette. La semaine dernière, Roman Abramovich, propriétaire de Chelsea à rembourser 340 millions £ de dettes en prêtant sans intérêt au club 340 millions £ (390 millions €) des ses fonds personnels.

Bientôt le tour des clubs espagnols ?

Le Real de Madrid, réputé très endetté, devra bientôt devoir se plier aux nouvelles règles comptables préconisées par Michel Platini, président de la FIFA. Verra-t-on alors des émissions structurées, indexées sur le merchandising des produits à l’effigie des Ronaldo, Kaka et autres Karim benzema ?

En Grande-Bretagne, les clubs de football ne sont pas les seuls nouveaux acteurs tentés par les marchés obligataires.

L’université de Cambridge solide et vieille de plus de 800 ans, envisage elle aussi d’y recourir. Indépendante et riche, elle n’avait jusqu’ici, jamais recouru à d’importants emprunts.

Aujourd’hui, elle envisage de lever jusqu’à 400 millions £ (460 millions €) pour sa première émission obligataire.

Andrew Reid, directeur des finances de l’université, a admis qu’il était préoccupé par ce relatif saut dans l’inconnu, mais a précisé que c’était la meilleure façon de sécuriser les colossales sommes d’argent nécessaires pour deux projets d’envergure : Un développement dans le nord-ouest de Cambridge et le réaménagement de deux sites du centre ville - le site du nouveau musée sur Downing Street et le site du Vieux-Presse près de Silver Street.
« Nous obtenons généralement de l’argent grâce à des bienfaiteurs, mais cette fois nous avons besoin d’une somme importante et nous devons nous tourner vers d’autres méthodes, a-t-il déclaré. »

L’université a étudié plusieurs options pour réunir des fonds pour les projets. « Nous restons ouverts à un financement bancaire, un placement privé ou des obligations publiques, mais la valeur des fonds que nous prévoyons de lever, et la maturité de l’opération -30 à 40 ans- suggère qu’une émission obligataire est susceptible d’être la meilleure voie à suivre », a déclaré Andrew Reid au Times.

L’université est en pourparlers avec un certain nombre de banques sur le sujet depuis deux ans et envisage d’émettre son obligation d’ici 6 à 12 mois. Cambridge s’attend à obtenir une note AAA de la part des agences de notation.

Le recours de l’université aux marchés obligataires pourrait donner à penser qu’elle se retrouve dans la difficulté, ce n’est pas le cas -ses actifs sont évalués actuellement à 4,6 milliards €-, il s’agit surtout d’une ouverture à une nouvelle forme de financement de la part d’une institution qui a toujours compté sur des subventions publiques et de subventions de recherche.

Pour autant, Cambridge n’est pas la première université britannique à se tourner ainsi vers les marchés obligataires, Lancaster University avait lancé une obligation de 35 millions de livres en 1995. L’université a fait savoir que cette opération a été un immense succès et a annoncé l’année dernière un refinancement de 80 millions £ (92 millions €) de la dette.

Steve Tui , Janvier 2010

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

  • <p>ce n’est pas une attirance vers le marché obligataire mais un besoin car ils sont tellement endettés&nbsp;! Harvard a fait de meme&nbsp;! c’est le signe que la crise est bien plus grave&nbsp;!!! 2012-2013 va etre très très dur&nbsp;!</p>

    Répondre à ce message | Voir les réponses (1)

  • <p>Faut pas s’émouvoir outre mesure pcq qu’un club de foot (une entreprise comme une autre en angleterre) se tourne vers les marchés obligataires&nbsp;! C’est un moyen de lever de façon efficace de l’argent (On s’évite parfois les covenants rigides des prêts classiques).</p> <p>Pour les écoles et universités je serai bcp plus réservée&nbsp;! Aux usa, elles agissent comme des sociétés de gestion, c’est trop risqué&nbsp;!</p>

    Répondre à ce message

  • <p>Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a d’inquiétant là-dedans&nbsp;??? Comme pour la plupart des entreprises, la crise a entrainé plus de pression sur leurs dettes, d’où parfois une nécessité de refinancement... Mais dans ce genre de situation, les plus solides tiennent, seul les canards boiteux se cassent la gueule... Mais au délà de ça je ne vois pas ce que ça révèle de plus de ce que l’on sait déjà depuis des mois&nbsp;: "La dette des entreprises est sous pression&nbsp;!!" Waouuuu quel scoop&nbsp;!!! Le foot est un business risqué donc forcement cette pression s’en ressent d’avantage&nbsp;!!! Maintenant je pense que des clubs tels que Manchester, Arsenal ou Chelsea, qui sont gérés comme de vrais entreprises depuis des années déjà, ça ne devrait pas poser problème, pour des clubs "protégés" comme Madrid c’est une autre affaire... Le risque pour le Real vient, selon moi, plus du durcissement de la réglementation financière de l’UEFA...</p> <p>Pour ce qui est de Cambridge, je ne vois vraiment pas le problème&nbsp;??? Ils ont un projet important à financer DONC ils empruntent, c’est assez courant il me semble, non&nbsp;??? Et vu leur situation ils peuvent largement se le permettrent&nbsp;!!!</p> <p>Pour les facs US, comme l’a dit Olivia, elles se comportent presque comme des fonds d’investissements, donc comme ces-derniers, pendant la crise il y a eu des fortunes diverses... Mais là encore rien de nouveau ni d’alarmant&nbsp;!!!</p>

    Répondre à ce message

Focus

News CAMEO Energy et Eiffel Investment Group lancent un nouveau « White Bond »

CAMEO Energy lève 4,5M€ auprès d’Eiffel Investment Group, pour créer un « White Bond ». Par analogie aux Green Bonds dédiées au financement de la transition écologique, ce « White Bond » a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques du financement des projets d’efficacité (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés