›  Opinion 

La guerre commerciale est-elle un mal pour un bien pour le secteur chinois des technologies ?

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine mettent à rude épreuve les liens complexes qu’entretiennent les secteurs technologiques des deux pays. Les mesures prises par le gouvernement américain à l’encontre du géant chinois Huawei Technologies pourraient provoquer un retour de flamme...

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine mettent à rude épreuve les liens complexes qu’entretiennent les secteurs technologiques des deux pays. Les mesures prises par le gouvernement américain à l’encontre du géant chinois Huawei Technologies pourraient provoquer un retour de flamme et pousser le secteur technologique chinois à lancer une nouvelle phase de développement.

L’industrie technologique chinoise a été une cible majeure des sanctions américaines. Huawei est le parfait exemple de l’entreprise chinoise innovante qui a réussi. Alors que la Chine en fait une véritable source de fierté, les États-Unis la considèrent comme une menace pour la sécurité nationale, qui utilise ses ressources technologiques pour recueillir des informations en occident pour le compte du gouvernement chinois. Les membres du département du Trésor américain qui participent aux négociations avec la Chine précisent que Huawei est un problème de sécurité qui n’est pas lié aux discussions commerciales. Toutefois, lorsque le gouvernement américain a arrêté le directeur financier de Huawei fin 2018, de nombreux observateurs étaient convaincus que la technologie était devenue un élément essentiel de l’intensification du conflit commercial entre les deux pays.

Les mesures de représailles du gouvernement américain obligent Huawei à relocaliser sa chaîne de production

Donald Trump a intensifié les mesures de représailles à l’encontre de Huawei en 2019 en expulsant le groupe des États-Unis. Les répercussions sont nombreuses. Huawei est le premier fabricant mondial d’équipements de télécommunications, avec un chiffre d’affaires de 105 milliards de dollars en 2018, une part de marché qui avoisine les 30 % et des clients dans plus de 170 pays. C’est également le deuxième plus gros fabricant mondial de téléphones portables, derrière Samsung. En 2018, Huawei a investi 15 milliards de dollars dans la recherche et le développement. Tous ces éléments font de Huawei un acteur majeur de la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale. Jusqu’à son éviction, le groupe dépendait massivement de ses fournisseurs américains.

Lors du sommet du G20 qui a eu lieu au Japon en juin, Donald Trump s’est engagé à assouplir certaines restrictions imposées à Huawei. Dans la foulée, le PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a récemment déclaré au New York Times que son entreprise était prête à mener des négociations en toute « bonne foi » pour trouver une solution. Si l’on laisse de côté la controverse politique, nous pensons que les mesures de représailles adoptées par le gouvernement américain à l’encontre de Huawei et d’autres entreprises technologiques chinoises pourraient apporter un nouveau souffle dans l’industrie en forçant les sociétés technologiques chinoises à renforcer leurs chaînes d’approvisionnement locales.

Passer outre le désagrément immédiat

Pour Huawei et la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale, l’impact immédiat a été douloureux. L’entreprise consomme beaucoup de produits et de service de technologies de pointe. En effet, Huawei a déclaré que la perte d’accès aux systèmes d’exploitation Android de Google devrait provoquer une forte baisse de ses volumes de ventes de smartphones. Dans la mesure où Huawei est un fabricant majeur d’équipements 5G, les restrictions auxquelles le groupe est soumis pourraient le également freiner le développement mondial dans la mise à niveau des réseaux en 5G.

Cela étant, nous pensons qu’avec le temps, les entreprises chinoises intensifieront leurs efforts pour développer leur auto-approvisionnement. Même si les sanctions américaines sont assouplies ou levées, nous pensons que les événements de l’an passé pousseront les entreprises technologiques chinoises et le gouvernement à réduire leur dépendance aux fournisseurs étrangers.

Cela n’arrivera pas du jour au lendemain. Il y a toujours des écarts importants dans plusieurs secteurs de l’écosystème technologique chinois et il faudra un certain temps pour les combler. Les fournisseurs chinois opérant à l’échelle locale devront également continuer à améliorer la qualité des produits qu’ils fabriquent pour pouvoir intégrer la chaîne d’approvisionnement de Huawei.

Nous pensons qu’avec le temps, l’augmentation de la demande obligera les fournisseurs chinois à améliorer leur savoir-faire. Les études que nous avons réalisées montrent que Huawei collabore déjà étroitement avec des fabricants locaux de matériaux pour cartes de circuits imprimés et de composants optiques pour combler leur retard technologique. Les entreprises technologiques sud-coréennes et taïwanaises pourraient également bénéficier de la quête de nouveaux fournisseurs de Huawei.

Déceler les opportunités

En Chine, certaines valeurs technologiques défensives méritent une attention toute particulière.

Il s’agit des entreprises raisonnablement exposées à Huawei, relativement à l’abri des tensions sino-américaines, jouissant d’une bonne visibilité sur leurs perspectives de croissance et fabriquant des produits de qualité.

Par exemple, certaines entreprises chinoises pourraient profiter du déploiement éventuel des réseaux de télécommunications 5G à l’échelle mondiale, car nous pensons que le retard technologique qu’elles accusent sur leurs concurrents américains n’est pas trop grand.

Shengyi Technology en est un bon exemple. Il s’agit du plus gros fournisseur chinois de cuivre laminé (CCL), un matériau indispensable à la fabrication des cartes de circuits imprimés.

Nous pensons que la transition des réseaux vers la technologie 5G, qui permettra un transfert des données nettement plus rapide et réduira considérablement le temps de latence par rapport à la 4G, contribuera à augmenter la demande en matériaux CCL de pointe. En effet, Huawei a entamé une collaboration avec Shengyi après avoir vu se rompre les liens qu’elle entretenait avec un fournisseur américain.

Les fournisseurs chinois de composants optiques s’engouffrent également dans la brèche créée par les sanctions américaines, à l’instar de Accelink Technologies et Zhongji Innolight.

Les technologies que possèdent ces deux entreprises leur ont permis de saper la domination des fournisseurs américains, qui ont été éjectés de force du marché chinois.

La guerre commerciale que se livrent la Chine et les États-Unis alimente une forte volatilité sur les marchés et pourrait assombrir les perspectives de l’économie chinoise. Pour autant, nous pensons qu’il s’agit là de conditions idéales pour les investisseurs en quête d’opportunités de développement. Les investisseurs en actions se projetant sur le long terme pourraient déceler des tendances émergentes qui pourraient transformer de petites entreprises technologiques chinoises en futurs géants de l’industrie avec un potentiel de rentabilité considérable.

John Lin , 28 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés