›  Opinion 

La BCE lâche ses colombes

La BCE a annoncé une réduction progressive de ses achats d’actifs lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de juin. Le président Draghi a annoncé une réduction progressive de 15 milliards d’euros par mois au quatrième trimestre 2018, la fin des achats d’actifs étant prévue en décembre...

La BCE a annoncé une réduction progressive de ses achats d’actifs lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de juin. Le président Draghi a annoncé une réduction progressive de 15 milliards d’euros par mois au quatrième trimestre 2018, la fin des achats d’actifs étant prévue en décembre. Ceci est plutôt une bonne surprise, une partie importante des investisseurs estimant jusque-là la fin des achats à septembre.

Autre bonne nouvelle pour les investisseurs, les prévisions concernant les taux d’intérêt ont été ajustées pour tenir compte des risques à la baisse plus élevés qui pèsent sur les perspectives économiques, même si la croissance sous-jacente demeure forte. En effet, les taux directeurs de la BCE devraient rester "à leurs niveaux actuels au moins jusqu’à l’été 2019 et, en tout état de cause, aussi longtemps que nécessaire pour que l’évolution de l’inflation reste alignée sur les anticipations actuelles d’une trajectoire d’ajustement soutenue".

Le président Draghi s’est abstenu d’indiquer une date précise pour la première hausse de taux en raison des risques à la baisse plus élevés qui pèsent sur les perspectives économiques.

Enfin, les prévisions de croissance du PIB ont été légèrement revues à la baisse pour cette année, passant de 2,4 % à 2,1 %, tandis qu’elles sont restées inchangées à 1,9 % en 2019 et à 1,7 % en 2020. La prévision d’inflation a été considérablement révisée à la hausse en raison de la hausse des prix du pétrole à 1,7 % en 2018 (contre 1,4 %) et à 1,7 % en 2019 (contre 1,4 %), alors qu’elle est restée inchangée pour 2020 à 1,7 %.

Frédéric Rollin , 18 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés