Investir sur des fonds datés permet de concilier à la fois rendement et visibilité

Les fonds datés, ou fonds à échéance, ne sont pas des fonds obligataires comme les autres. Leur but est de contenir une sélection d’obligations arrivant à échéance à des dates semblables, offrant aux investisseurs un horizon d’investissement prédéterminé pour un rendement globalement prévisible.

Depuis le début de l’année 2019, la problématique des taux négatifs est réapparue sur les marchés obligataires.

Les fonds datés, ou fonds à échéance, ne sont pas des fonds obligataires comme les autres. Leur but est de contenir une sélection d’obligations arrivant à échéance à des dates semblables, offrant aux investisseurs un horizon d’investissement prédéterminé pour un rendement globalement prévisible.

Une stratégie de « portage » jusqu’à l’échéance des titres

La stratégie d’un fonds daté consiste à acheter des obligations d’entreprises en les conservant jusqu’à leur échéance : il s’agit donc d’une stratégie de « portage » ou « buy and hold ». Pour autant, il reste possible de faire évoluer la sélection de titres au sein du portefeuille, notamment pour retirer un émetteur en difficultés ou prendre des bénéfices sur certains titres.

Lorsqu’il arrive à échéance, le fonds est débouclé et l’actif du fonds est alors redistribué aux investisseurs. Le fonds peut aussi être prolongé pour les investisseurs souhaitant conserver la même stratégie d’investissement : la date d’échéance du fonds est alors modifiée et le portefeuille entièrement réinvesti sur des titres d’échéance plus lointaine.

Une bonne façon d’investir sur les segments « High Yield » et « Investment Grade »

Les fonds à échéance peuvent être des fonds investis en obligations d’émetteurs « Investment Grade » ou « High Yield ». Les fonds datés sont souvent des fonds « High Yield » : le gérant sélectionne des émetteurs ayant pour caractéristique d’émettre des titres à haut rendement en contrepartie d’un risque de crédit également plus élevé. Les fonds datés « High Yield » sont particulièrement pertinents dans les périodes de taux bas comme celle que nous connaissons. Dans un contexte où les titres obligataires les plus sûrs (obligations souveraines, obligations de grandes entreprises) offrent des rendements négatifs ou proches de 0 %, les titres « High Yield » deviennent l’un des seuls moyens de dégager des rendements encore consistants sur le segment obligataire.

Qu’il s’agisse de fonds datés « High Yield » ou « Investment Grade », l’intérêt pour les investisseurs est qu’ils peuvent apprécier le rendement espéré du portefeuille, principal moteur de performance à l’échéance du fonds.

Cette visibilité sur le niveau du portage du fonds couplée à une stratégie reposant principalement sur un « buy and hold » des positions, font que les investisseurs de long terme peuvent ainsi se considérer moins sensibles aux évolutions ultérieures des marchés obligataires : que les taux du marché montent ou baissent, un fonds daté offrira le même rendement à terme.

Néanmoins, la volatilité des marchés pourra engendrer des ajustements de valorisation importants pendant la période de détention. Par exemple, un fonds daté « High Yield » à horizon 5 ans offrant un rendement d’environ 2 % par an, pourrait permettre à l’investisseur de réaliser un gain total de plus de 10 % si le fonds est conservé jusqu’à l’échéance. Ceci quel que soit le comporte- ment global du marché obligataire pendant ces 5 ans et en l’absence d’événement de crédit au sein du portefeuille.

Maud Bert , Yannick Lopez , 23 mai

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés