Gestion monétaire et obligataire court terme : un positionnement prudent, favorable au maintien d’une liquidité élevée !

Dans un contexte de sortie de crise encore fragile, Swiss Life Asset Managers continue globalement de privilégier liquidité et maîtrise de la volatilité, au sein de ses portefeuilles monétaires et obligataires court terme.

Les récents indicateurs macroéconomiques témoignent d’une sortie de crise fragile, marquée par une amélioration conjoncturelle progressive tant dans les pays développés qu’émergents… Mais avec des niveaux d’activité encore éloignés de ceux qui prévalaient avant la crise ! « Des premiers signes de rebond sont perceptibles, surtout dans le secteur des services. En zone euro les indicateurs PMI se redressent peu à peu et la confiance des consommateurs se raffermit. Aux Etats-Unis, une envolée conjoncturelle a été constatée en mai dernier, soutenue par l’embellie du marché du travail qui a stimulé la confiance des consommateurs » explique Eric Bourguignon, Membre du Directoire de Swiss Life Asset Managers France. Néanmoins, les perspectives macroéconomiques restent soumises à l’évolution de l’épidémie, laquelle peut prendre la forme d’une seconde vague avec de nouveaux foyers. De son côté, l’économie chinoise est en voie de normalisation et compte un temps d’avance sur les autres pays : en effet, la Chine est le seul grand pays qui n’enregistrera pas de recul du PIB en 2020 malgré les déflagrations de la crise sanitaire.

Le comportement des ménages jugé déterminant dans la sortie de crise

Cette amélioration conjoncturelle plus ou moins marquée d’une région à l’autre ne résulte pas seulement du processus de déconfinement, elle doit beaucoup aux mesures inouïes des politiques économiques mises en place par les gouvernements et les banques centrales. « Les économies demeurent sous perfusion monétaire. Très réactives face à la crise sanitaire, la Fed et la BCE ont respectivement élargi leur bilan d’environ 4 000 à plus de 7 000 milliards de dollars et de 4 700 à 5 700 milliards d’euros en 2020 » précise Eric Bourguignon.

L’équipe de Swiss Life Asset Managers anticipe un recul de la croissance en 2020, de -6,2% en zone euro et -3,4% aux Etats-Unis, puis un rebond puis un rebond respectif de +5,9% et +3,7% en 2021. La croissance de l’économie chinoise est attendue à +1,2% en 2020 et +8,4% en 2021. « Le comportement des ménages sera déterminant dans la sortie de crise. Ils ont accumulé un montant d’encaisses considérable pendant la période de confinement. De l’usage qu’ils feront de cette manne pourrait fortement dépendre le profil de la reprise » analyse Eric Bourguignon.

Des marchés primaires dynamiques

L’orientation des marchés monétaires et des produits de taux courts européens a été influencée par les mesures exceptionnelles de la BCE. « Ces dernières ont eu un impact notable sur les volumes d’émissions » résume Julien Russo, Gérant Investment Grade. En détails, la BCE a musclé non seulement ses mesures d’achats d’actifs, entre autres avec le lancement du PEPP puis son augmentation à 1 350 milliards d’euros pour des achats nets jusqu’en 2021, mais aussi ses opérations de refinancement, avec notamment des conditions d’emprunt plus avantageuses dans le cadre du TLTRO 3 ou encore l’annonce du PELTRO [1]

Dans le même temps, les volumes d’émissions sur le marché des titres négociables à court terme (NEUCPs) ont augmenté significativement aux mois d’avril et mai, avec des niveaux de taux affichés moins bas qu’en 2019 et qu’au premier trimestre. « Les volumes de nouvelles émissions ont pu retrouver leur rythme d’avant crise à 40 milliards sur 1 mois glissant, contre 10 milliards à la fin du mois de mars. Depuis le mois d’avril, les niveaux d’émission des NEUCPs à 3 mois, 6 mois et 12 mois oscillent globalement entre -0,25% et + 0,10% (émetteurs financiers et non financiers), contre -0,40% et -0,20% précédemment » constate Julien Russo. Le marché primaire des obligations d’entreprises Investment Grade de maturité inférieure à 3 ans s’est lui aussi révélé particulièrement dynamique au mois d’avril, avec près de 30 milliards d’euros de nouvelles émissions.

Quelle stratégie d’investissement adopter ?

Dans le cadre de sa gestion monétaire, Swiss Life Asset Managers conserve un positionnement prudent, favorable au maintien d’une liquidité élevée. « Dans nos fonds Swiss Life Funds (F) Cash Euro (horizon de placement recommandé à 1 semaine), Swiss Life Funds (F) Short Term Euro (horizon de placement recommandé jusqu’à 3 mois) et Swiss Life Funds (F) Money Market Euro (horizon de placement recommandé de 3 à 6 mois), nous maintenons une exposition relativement réduite aux obligations. Au plus fort de la crise, entre février et avril, nous avons privilégié la liquidité en portefeuille, par exemple en exerçant l’option de nos titres ‘puttables’ » précise Mathilde Lacoste, Responsable de la gestion Investment Grade.

L’allocation sectorielle et géographique a elle aussi évolué en ligne avec une exposition au « risque crédit » pilotée et maîtrisée, en fonction de l’horizon de placement : à titre d’exemple l’exposition aux papiers courts des émetteurs du secteur automobile, cyclique, a été réduite au cours du premier trimestre. Depuis, un retour graduel et soumis à une haute sélectivité a été opéré sur les titres du secteur, tout particulièrement dans le cadre du fonds Swiss Life (F) Bond 6M dont l’horizon de placement à 6 mois est plus adapté au profil rendementrisque de ces émetteurs. « Nous avons opéré un mouvement comparable en termes d’orientation géographique concernant les titres issus des pays périphériques, Italie et Espagne » ajoute Mathilde Lacoste.

La recherche de liquidité et la faible volatilité demeurent les pierres angulaires des solutions monétaires et obligataires court terme de Swiss Life Asset Managers. Dans la phase de sortie de crise qui s’ouvre, l’enjeu est de continuer à proposer des alternatives court-terme aux investisseurs qui souhaitent optimiser leur trésorerie ou placer temporairement leurs liquidités, en attendant de revenir opportunément sur les marchés obligataires et actions.

Next Finance , 22 juillet

Notes

[1] PEPP : Programme d’achats d’actifs (dettes publiques et privées) d’urgence contre la pandémie
TLTRO 3 : “Targeted long term refinancing operations 3” ou troisième programme ciblé de refinancement à long terme accordé par la BCE aux banques européennes
PELTRO : programme de refinancement à long terme non ciblé, d’urgence pandémique.

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie La thématique des infrastructures à la lumière de l’investissement responsable

Investir dans le domaine des infrastructures en adoptant une approche sélective fondée sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), c’est financer les entreprises qui ont une démarche ESG vertueuse, qui permettent par exemple de (...)

© Next Finance 2006 - 2020 - Tous droits réservés