Focus sur les titres de qualité et value

De manière générale, le ratio croissance/value, qui atteint les niveaux de la fin des années 90, semble excessif. Par conséquent, le risque de correction augmente. Selon nous, la meilleure façon de traverser cette période consiste à mettre l’accent sur les titres de qualité raisonnablement valorisés qui visent une croissance bénéficiaire durable.

Évaluation globale

À moyen terme, le marché américain reste bien orienté, mais avec les différends commerciaux et les élections de mi-mandat qui approchent, une certaine volatilité pourrait émerger dans les semaines à venir. Dans la mesure où les actions européennes enregistrent un record d’impopularité avec une décollecte de 40 milliards d’euros cette année, la moindre bonne nouvelle sur les inconnues « connues » (Italie, Brexit, guerre commerciale) peut entraîner un rebond de la classe d’actifs. Les risques sont aujourd’hui symétriques, dans la mesure où les marchés s’y sont déjà adaptés. De manière générale, le ratio croissance/value, qui atteint les niveaux de la fin des années 90, semble excessif. Par conséquent, le risque de correction augmente. Selon nous, la meilleure façon de traverser cette période consiste à mettre l’accent sur les titres de qualité raisonnablement valorisés qui visent une croissance bénéficiaire durable.

Europe

La croissance des bénéfices au 2e trimestre s’est stabilisée aux environs de 9 %. L’embellie sur le front des devises a été neutralisée par la hausse des coûts de production et le ralentissement de la dynamique économique. Concernant les bénéfices, les secteurs de l’énergie et de l’immobilier ont le plus progressé tandis que la consommation discrétionnaire, les télécommunications et la santé étaient à la peine. En Europe, privilégions la value avec un fort biais qualité, en équilibrant les expositions cycliques et défensives afin de continuer de bénéficier du contexte économique toujours positif. Nous recherchons des modèles économiques durables capables d’une croissance bénéficiaire solide. Les valeurs industrielles présentent ainsi quelques opportunités de fin de cycle intéressantes, notamment dans les biens d’équipement en recherchant des valorisations attrayantes.

Les actions européennes pourraient rebondir à court terme, dans la mesure où la plupart des mauvaises nouvelles semblent déjà intégrées dans les cours.

Performance des marchés regionaux

États-Unis

À court terme, le renforcement des tensions commerciales et les élections américaines prochaines alimentent l’incertitude à court terme. Les perspectives à moyen terme restent cependant positives, soutenues par une forte rotation sectorielle et thématique durant l’été. La domination des FAANG au premier semestre (+30,4 % NYSE FANG+ Index au premier semestre 2018 contre +1,6 % pour le S&P500) s’inverse (-4,7 % NYSE FANG Index depuis le début du trimestre contre +6,4 % pour le S&P500). Une autre rotation, cette fois-ci en faveur de la value, pourrait s’amorcer. La valorisation n’a pas été un facteur positif ces 12 derniers mois et sa performance médiocre est allée de pair avec d’autres points d’inflexion notables sur le marché depuis 2010 : bulle tech, bulle immobilière, crise de l’euro / de la dette grecque, fortes tensions commerciales générées par Donald Trump.

Dans chacun de ces cas, la performance du facteur valorisation s’est inversée. Les biens d’équipement, la rénovation immobilière, les banques et les télécommunications nous semblent offrir le plus de valeur, tandis que nous restons prudents sur la technologie et les FANG.

Nos craintes concernent les représailles éventuelles dans le cadre des différends commerciaux et la vigueur du dollar américain, qui pourraient impacter les biens d’équipement et le transport. L’aplatissement de la courbe de taux est également à surveiller : s’il devait persister, il pourrait affecter défavorablement les banques et déclencher un réexamen du secteur.

Marchés émergents

Les actions émergentes ont baissé récemment, à quelques exceptions près comme l’Inde qui affiche une performance solide depuis le début du trimestre. Les prévisions de bénéfice par action se détériorent en raison de difficultés (différends commerciaux, contagion du marché des changes) et d’événements locaux spécifiques dans un contexte de ralentissement économique mondial modéré. Toutefois, cette correction a été plus importante que la détérioration de la tendance bénéficiaire. Cela pourrait générer un rebond tactique dans un environnement général impliquant un positionnement prudent.

Sur le plan des thématiques, nous restons favorables au pétrole en raison des perturbations de la production pour des motifs politiques (Iran, Venezuela) et des problèmes logistiques du schiste américain.

ALEXANDRE DRABOWIC , KENNETH J. TAUBES , YERLAN SYZDYKOV , 18 octobre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés