Diversifier ses expositions

Selon Martin Currie, filiale de Legg Mason, les actions des marchés émergents disposent d’un potentiel d’amélioration, en dépit des heurts causés par les inquiétudes liées aux droits de douane à court terme.

Les perspectives de Martin Currie, filiale de Legg Mason, pour le second semestre 2019

Les actions des marchés émergents disposent d’un potentiel d’amélioration, en dépit des heurts causés par les inquiétudes liées aux droits de douane à court terme.

Le risque géopolitique constituera sans aucun doute un sujet d’intérêt important et récurrent pour le marché dans les mois à venir. Selon nous, la situation se concentrera sur deux principaux thèmes : d’abord, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, et ensuite, la visibilité liée au Brexit (et l’incertitude persistante quant à son issue). La guerre commerciale contribuera à la dynamique économique chinoise et américaine sur le long-terme et, par conséquent, aux moteurs de la croissance économique mondiale. Bien que les autorités chinoises aient continué de prendre des mesures pour éviter un atterrissage difficile de leur économie cette année, le risque d’affaiblissement de la dynamique persiste à ce stade.

Il s’ensuivra une focalisation secondaire du marché sur le plan macroéconomique, à savoir la nécessité d’évaluer les mesures de politique monétaire dans l’ensemble des régions. La Réserve fédérale américaine, tout comme la Banque centrale européenne, se sont montrées plus fermes quant à la nécessité éventuelle de baisser les taux d’intérêt. Une politique monétaire plus accommodante devrait donc être un thème récurrent durant le reste de l’année et au-delà.

Concernant la croissance économique, les indicateurs principaux sont faibles dans toutes les régions, ce qui souligne le risque de dégradation des estimations du PIB et des prévisions de bénéfices. À notre avis, les valorisations des actions sont relativement plus favorables en Asie et en Europe qu’aux États-Unis. Cependant, dans un contexte d’affaiblissement de la dynamique économique, la politique monétaire est devenue un aspect important à intégrer dans l’évaluation de l’orientation et du style du marché.

Répercussions des droits de douane

L’impasse actuelle sur les tarifs douaniers ne devrait avoir que des répercussions minimales sur les perspectives à long terme des marchés actions. Notre vision à long terme reste inchangée : nous continuons de percevoir une absence de pressions inflationnistes et, en réalité, nous observons de forts courants déflationnistes sous-jacents, engendrés par des bouleversements technologiques. Dans ce contexte, nous continuons d’axer nos travaux de recherche fondamentale sur les sociétés sous-évaluées offrant des rendements attrayants et durables, de bons profils de croissance et des bilans solides, ainsi que sur celles qui offrent de bonnes caractéristiques à long terme.

L’opportunité des marchés émergents (ME)

Sur une période de 10 ans, si l’on compare la valeur actuelle du ratio cours/valeur comptable (price-to-book, ou P/B) de base par rapport à l’historique, l’ensemble des marchés émergents (tel que mesuré par l’indice MSCI EM) affiche une importante décote par rapport aux actions mondiales dans leur ensemble (tel que mesuré par l’indice MSCI World) et ce, bien que les actions émergentes offrent une rentabilité très similaire et un meilleur potentiel de croissance globale des bénéfices. Selon nous, c’est une opportunité intéressante pour les investisseurs à long terme. En outre, l’opportunité offerte par les ME (tel que mesuré par l’indice des ME) a également subi un vaste changement de nature, car elle est devenue sensiblement moins pondérée par les ressources et plus pondérée par les secteurs des technologies de l’information et de la consommation au cours des 10 dernières années.

Ratio P/B du MSCI EM par rapport au MSCI World du 30 juin 2009 au 30 juin 2019

JPEG - 51.7 ko
Source : Bloomberg, au 30/06/19. Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs. Les indices ne sont pas gérés et ne sont pas disponibles pour un investissement direct. Les rendements des indices ne comprennent pas les frais d’acquisition. Ces informations sont fournies à titre d’exemple uniquement et ne reflètent pas les rendements réels des placements.

Un accent sur l’Asie

Sur le plan régional, il y a lieu d’être positif à l’égard de la Chine. Les valorisations reflètent une grande partie de l’incertitude sur la situation commerciale et les opportunités de croissance séculaire à long terme sont maintenant mal évaluées. L’Indonésie devrait bénéficier d’une politique monétaire plus accommodante à l’échelle mondiale, les secteurs de la consommation s’accommodant d’un environnement de croissance difficile et les perspectives s’améliorant.

Du côté de Hong Kong, alors que l’économie locale est plus sensible que la plupart aux problèmes de l’environnement commercial en général, nous pensons que le marché boursier intègre des sociétés présentant des caractéristiques de croissance séculaires à long terme très attrayantes. Outre les répercussions évidentes des flux monétaires qui seront nécessaires pour éviter les écarts indésirables par rapport aux indices de référence, l’inclusion des actions de catégorie A dans les principaux indices devrait faire progresser le marché actions chinois en termes de gouvernance d’entreprise et d’ESG. Nous pensons également que la meilleure intégration de ces éléments pourrait conduire à une réforme et à une libéralisation plus poussées des marchés des capitaux.

Next Finance , 27 août

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés