De l’utilité des taux variables ou « floaters »… dans un environnement obligataire en pleine mutation

Du fait de l’indexation de leur coupon, les obligations à taux variable affichent une sensibilité « taux » structurellement faible. Une vertu recherchée, alors que le cycle de 35 ans de baisse des taux mondiaux semble bel et bien parvenu à son terme.

Les investisseurs font l’expérience d’un changement fondamental du régime de taux ! Après 35 ans de baisse des taux, synonyme de rallye obligataire, la remontée des taux d’intérêt observée depuis plusieurs trimestres n’est pas si anodine. « Au regard de l’évolution du Treasury Bond US à 10 ans, passé de 1,50% à près de 3,15% en vingt mois, la sensibilité au taux des portefeuilles obligataires traditionnels, investis en obligations souveraines de référence et taux longs dits « vanille », constitue un risque significatif de contreperformance financière » analyse Jean-Michel Nakache, Directeur Commercial et Marketing chez Swiss Life Asset Managers.

En Europe aussi, la remontée des taux est enclenchée, même si l’amplitude est jusqu’ici moins forte qu’outre Atlantique, en raison des écarts de politique monétaire menés par la Réserve fédérale américaine d’une part, et la BCE d’autre part. Une hausse des spreads est parallèlement constatée de façon conjoncturelle, ces dernières semaines, sous l’impulsion d’une nouvelle séquence d’incertitude sur la dette italienne.

L’agitation politique en Italie, a nourri en effet une tension des taux à 10 ans italien, espagnol et grec, qui ont cru jusqu’à 120 points de base en mai. L’obligation à 2 ans italienne a même subi une hausse éclair de 170 points de base, au cours de la matinée du 29 mai !

Autant dire que l’univers obligataire Euro Aggregate, le référentiel des marchés obligataires européens (et qui compte pour plus de 50% de l’exposition des portefeuilles obligataires des investisseurs européens), est pénalisé par la remontée des taux : il subit un recul de -0,69% depuis le début de l’année [1].

Eliminer le risque de taux !

Protéger les portefeuilles obligataires face à la hausse des taux est donc plus que jamais une nécessité. Le recours aux obligations à taux variable ou « floaters » offre certains atouts, en termes de performance et de comportement relatifs. Ces obligations affichent une sensibilité « taux » très faible, éliminant le risque de taux, du fait de l’indexation de leur coupon à une référence monétaire ou obligataire.

Les floaters, un marché de 260 milliards d’euros en Europe

La profondeur de marché des floaters représente en Europe près de 260 milliards d’euros, pour un univers qui recense environ 150 émetteurs. La maturité moyenne des titres est de 2,5 ans et leur notation est essentiellement Investment-grade. Conscients des défis imposés par ce nouvel environnement, de plus en plus d’investisseurs institutionnels considèrent ce segment, en arbitrant leurs positions obligataires (en particulier sur les maturités à 5 ans) au profit de stratégies investies en taux variables.

« Nous constatons un besoin accru des investisseurs, dans le cadre de notre fonds Swiss Life Funds (F) Bond Floating Rates. Deux ans après sa création, le fonds vient de franchir le cap de 300 millions d’euros d’encours sous gestion » illustre Jean-Michel Nakache. « Les investisseurs voient les floaters comme une classe alternative aux actifs obligataires traditionnels, avec un positionnement qui est, d’une certaine façon, intermédiaire entre le monétaire dynamique et l’obligataire » précise-t-il.

L’équipe de gestion privilégie des titres européens de maturité de 2 à 4 ans, de notation Investment-grade. La stratégie d’investissement est fondée notamment sur une gestion dynamique du passif, des risques et du cash.

« L’équipe conserve en permanence une part de cash significative, pour pouvoir profiter d’opportunités d’investissement à tout moment » conclut Jean-Michel Nakache.

Jean-Michel Nakache , 7 juin

Notes

[1] performance de l’indice Bloomberg Barclays Euro Aggregate Corporate, au 4 juin 2018

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Introduction à l’investissement responsable

Au sein de l’activité de gestion d’actifs, l’ISR consiste à appliquer les principes de développement durable aux investissements financiers. C’est une manière d’investir qui, tout en recherchant une performance financière compétitive, prend en compte les critères environnementaux, (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés