Chercher de la valeur dans les divergences

La croissance solide et l’inflation sous contrôle justifient notre vision légèrement positive des actifs risqués, en particulier des actions. Nous sommes plus prudents concernant nos prévisions à court terme, compte tenu du ralentissement de la dynamique économique dans certaines régions...

La croissance solide et l’inflation sous contrôle justifient notre vision légèrement positive des actifs risqués, en particulier des actions. Nous sommes plus prudents concernant nos prévisions à court terme, compte tenu du ralentissement de la dynamique économique dans certaines régions, des tensions commerciales croissantes et des risques géopolitiques se profilant. De manière générale, le scénario d’investissement dans les actions reste inchangé tant que le cycle mondial est intact. L’hétérogénéité peut être une source de performance : les économies mondiales se situent à de multiples stades du cycle mondial comme en témoignent les différentes phases du cycle des BPA, de la reprise de l’investissement et enfin de la capacité d’absorption de la hausse des taux par les actifs risqués. Cette hétérogénéité offre des opportunités de valeur relative dans les secteurs et régions, sur fond de faible directionnalité.

Nos convictions

Compte tenu de la maturité croissante du cycle financier, nous préconisons une allocation en actions régionales défensive et bien diversifiée. Nous sommes désormais neutres sur les actions européennes.

Aux États-Unis, nous sommes optimistes en ce qui concerne le secteur énergétique par rapport à l’indice S&P500 car il devrait bénéficier de la hausse des prix du pétrole.

Des opportunités peuvent se présenter dans le secteur des matériaux en Europe par rapport à l’indice MSCI Europe ; la solidité des fondamentaux et le momentum vont dans ce sens si le risque lié à la croissance chinoise et la menace d’aggravation de la guerre commerciale restent sous contrôle. Nous sommes plus prudents concernant les banques japonaises en raison de la dégradation d’un certain nombre de moteurs (bénéfices, raffermissement du yen et résurgence de l’instabilité politique). En ce qui concerne les actions des ME, notre position est passée de positive à neutre pour la Russie, en raison de la forte hausse du risque politique et de la détérioration du profil rendement/risque du pays. Sur le crédit des MD, nous privilégions toujours l’Itraxx Europe car la BCE a opposé un démenti ferme aux anticipations de diminution prématurée de ses achats d’obligations d’entreprises. Du côté de la dette souveraine, la hausse des points morts d’inflation à 10 ans (en Europe, aux ÉtatsUnis et au Japon) demeure notre hypothèse principale car nos prévisions économiques annoncent la poursuite de la hausse graduelle de l’inflation tout au long de l’année.

Les mauvais chiffres publiés le mois dernier nous ont conduits à réviser à la baisse nos prévisions de croissance pour le Royaume-Uni ; ce contexte, ajouté à la sensibilité des taux nominaux en cas de dégagement brutal, est encore favorable à une hausse des taux réels britanniques. La faiblesse de la GBP (par rapport à l’EUR et l’USD) peut être une couverture naturelle contre le risque élevé d’actualité lié au Brexit.

En ce qui concerne les courbes, nous anticipons une pentification du segment 2 ans -10 ans de la courbe des taux aux États-Unis, car le marché devrait anticiper la hausse des primes de risque d’inflation.

Nous identifions une possibilité d’aplatissement de la courbe des rendements de la Suède sous l’effet des perspectives croissantes de resserrement progressif de la politique monétaire. En ce qui concerne les devises des ME, nous privilégions toujours le renminbi (RMB) par rapport à l’USD ou l’EUR. Le RMB semble résister malgré le récent rebond du dollar, soutenu par la résilience de l’économie. Nous observons également quelques améliorations du sentiment, en particulier au niveau local. Les risques sont davantage axés sur un raffermissement modéré du RMB à long terme même si les conséquences de l’inclusion des obligations peuvent mettre du temps à se manifester.

Risques et couverture

Nous maintenons notre recommandation de couverture dynamique afin d’atténuer les risques. Les options de vente sur le SPX et un positionnement long sur le JPY par rapport à l’AUD représentent des couvertures naturelles en cas d’aversion pour le risque sur le marché. Une exposition à l’or peut contribuer à protéger les investisseurs contre les risques géopolitiques. Ces couvertures devraient également fonctionner en cas de détérioration rapide et inattendue des perspectives économiques.

Sur les marchés du crédit, nous sommes conscients que la classe d’actifs affiche des valorisations très élevées et que d’autres pics de volatilité et de taux nominaux pourraient être néfastes.

La protection procurée par des options peut donc contribuer à bénéficier du potentiel haussier du crédit tout en limitant le risque de perte.

Matteo Germano , 14 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Stratégie Actions américaines : comment investir à ce stade du cycle ?

Avec une collecte record de 15 milliards d’euros à fin août, soit plus de 60% de la collecte totale du marché européen des ETF actions, les actions américaines dominent largement les flux ETF depuis le début de l’année, témoignant de l’intérêt d’investisseurs avides du moindre de (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés