›  Opinion 

Actifs d’infrastructures cotés - Perspectives 2020

En 2020, Rebecca Myatt, Portfolio Manager en charge des infrastructures cotés au sein de First State Investments s’attend à ce que la catégorie d’actifs d’infrastructure cotés en bourse continue de bien performer en raison des barrières élevées à l’entrée, de son fort pouvoir de fixation des prix et de sa croissance durable.

En 2020, nous nous attendons à ce que la catégorie d’actifs d’infrastructure cotés en bourse continue de bien performer en raison des barrières élevées à l’entrée, de son fort pouvoir de fixation des prix et de sa croissance durable. Toutefois, nous ne prévoyons pas que les taux d’intérêt de l’an dernier se répercuteront de la même façon cette année. Voici quelques-unes des principales tendances qui méritent d’être soulignées :

1. Poursuite du développement des énergies renouvelables

La dimension économique des nouvelles énergies renouvelables est déjà devenue beaucoup plus attrayante que celle de la production d’électricité à partir du charbon, ce qui nous amène à prévoir de nouvelles fermetures de centrales au charbon en 2020. Depuis 2010, 102 gigawatts (GW) de capacité de production de charbon ont été mis hors service aux États-Unis. On prévoit que ce chiffre passe à 119 GW d’ici la fin de 2025. L’énergie renouvelable s’impose avec le solaire et les batteries qui devraient être à l’honneur en 2020. Maintenant que le solaire est devenu la solution la moins chère dans certaines régions (ensoleillées) du monde, nous prévoyons que les taux de croissance du déploiement du solaire soient supérieurs à ceux de l’énergie éolienne. Au fur et à mesure que les batteries poursuivront leurs baisses de coûts déjà impressionnantes, elles permettront de réduire l’intermittence de la production en énergies renouvelables, renforçant ainsi le cercle vertueux de la baisse des coûts des énergies renouvelables.

2. L’attention se tourne vers le secteur des transports

La décarbonisation du secteur de l’électricité étant bien engagée, l’attention se déplace vers le secteur des transports, qui est désormais la principale source d’émissions de carbone. Les gouvernements du monde entier commencent à encourager la mise en place d’une infrastructure de recharge des véhicules électriques (VE) afin de permettre l’adoption des VE par le public et d’atteindre les objectifs en matière de réduction nette de carbone. Les services publics réglementés devraient bénéficier de ce volet. Une plus grande électrification entraînera une croissance accrue des charges. De plus, ils obtiendront généralement un rendement sur les dépenses d’investissement nécessaires pour l’infrastructure de charge des VE et pour les réseaux plus intelligents qui devront être construits pour gérer efficacement cette charge.

3. Les objectifs de développement durable rehaussent l’image de marque

Le marché financier américain, autrefois ambivalent, commence maintenant à reconnaître que les objectifs des Nations Unies en matière de développement durable (et, plus largement, l’ESG) sont importants pour les investisseurs. En 2020, nous continuerons de collaborer avec les entreprises dans lesquelles nous investissons et que nous couvrons, afin d’encourager une meilleure divulgation des objectifs de développement durable et une plus grande responsabilisation à leur égard. Nous prévoyons que cela différenciera davantage les entreprises qui prennent leur permis social d’exploitation au sérieux de celles qui ne font que commencer à réfléchir à ces questions.

4. Les investissements du secteur privé dans les infrastructures se poursuivent

A mesure que la dette publique continue d’augmenter, nous constatons que le secteur privé joue un rôle de plus en plus important dans le financement des infrastructures. Nous prévoyons un solide portefeuille de nouvelles opportunités d’investissement grâce (1) à l’émission d’actions par des sociétés cherchant à financer de nouveaux investissements en capital (2) à des restructurations d’entreprises conduisant à la vente d’actifs non essentiels et (3) à la privatisation des services d’électricité et de gaz, des routes à péage, des aéroports et des services des eaux et eaux usées.

5. L’environnement politique reste incertain - dans une certaine mesure

Si les risques politiques et juridiques restent les risques les plus importants pour le secteur des infrastructures, les autorités de tous bords s’accordent sur la nécessité de remplacer les infrastructures vieillissantes. Des infrastructures décentes sont nécessaires au bon fonctionnement des villes et à la prospérité des collectivités. Et si le changement climatique semble devoir rester une question politique qui divise, les arguments économiques en faveur du remplacement des anciennes centrales à charbon inefficaces par des centrales à énergie renouvelable sont tout à fait valables à eux seuls.

Alors que nous avançons vers l’année 2020, nous prévoyons une perspective positive pour le secteur des infrastructures cotées durables en raison de :

  1. la croissance continue de la production d’énergie renouvelable au détriment de la production d’électricité au charbon ;
  2. les opportunités pour le secteur privé de contribuer au financement des besoins non satisfaits en matière d’infrastructures, et ;
  3. les investissements dans des infrastructures vieillissantes afin d’assurer la sécurité et la fiabilité des clients.

Nous poursuivrons nos efforts d’engagement au nom de nos clients pour veiller à ce que la communauté des investisseurs reçoive une information plus cohérente et à ce que les entreprises soient tenues responsables de l’exécution de leurs obligations d’une manière durable.

Rebecca Myatt , 3 décembre

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés