›  Interview 

Olivier Plaisant : « Avec Ecofi Enjeux Futurs, nous souhaitons investir dans la croissance des prochaines décennies »

“Répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins”, c’est selon Ecofi Investissements, l’enjeu du développement durable, et la vocation que la société a voulu donner à son placement à sa création…

Article aussi disponible en : English EN | français FR

4 questions à Olivier Plaisant, directeur de la Gestion de Ecofi Investissements et gérant du fonds Ecofi Enjeux Futurs

Quelle est la philosophie du fonds ?

Olivier Plaisant : Avec Ecofi Enjeux Futurs, nous souhaitons investir dans la croissance des prochaines décennies.
Les grands défis du XXIème siècle sont liés à la relation entre l’Homme et son environnement. Les changements démographiques, leurs conséquences sur le développement de nos sociétés, les implications en termes de gestion des ressources de la planète sont autant d’enjeux forts. Ces enjeux sont générateurs de croissance visible et structurelle.

Quels sont les moteurs de croissance ?

“Répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins”, c’est l’enjeu du développement durable, et la vocation que nous avons voulu donner à notre placement à sa création.

Dès lors, il était évident que nous parlions de croissance. Une croissance générée par les dynamiques démographiques - différentes au Nord et au Sud - une croissance générée par la demande en termes de développement et d’éducation, et enfin une croissance générée par la nécessité de préserver les ressources de notre planète et de rendre nos processus industriels sobres et robustes.

Quelles sont les grandes thématiques du fonds ?

Nous avons opté pour un fonds international, et segmenté notre univers d’investissement en deux catégories.

Les véhicules de croissance « industrielle » avec les valeurs liées :

  • à l’efficience énergétique, à travers le rail, l’éco-construction, l’isolation, l’éclairage faible consommation et le « smart grid * » ;
  • au traitement des eaux et des déchets ;
  • aux énergies renouvelables : énergie solaire, éolienne et hydroélectricité. Les véhicules de croissance « défensives » avec les valeurs :
  • de la santé telles que les laboratoires pharmaceutiques, les distributeurs de médicaments, les sociétés liées à l’assurance santé et la prévoyance ;
  • du vieillissement de la population et de l’éducation, avec les maisons de retraite, les services à la personne, les écoles privées, les maisons d’édition et les logiciels ;
  • du “testing” et de la conformité, en investissant dans des sociétés actives dans la gestion et le contrôle sanitaire, la conformité et la vérification.

Et pour la gestion du risque ?

L’allocation géographique et l’allocation thématique permettent ainsi de piloter le risque. En période d’appétit pour le risque, nous favorisons les valeurs à profil industriel comme levier de performance. En période d’aversion pour le risque nous favorisons les stabilisateurs de performance que sont les valeurs à profil défensif. Le curseur géographique est aussi utilisé, les marchés nord-américains étant préférés dans les périodes de prudence et les marchés européens permettant d’augmenter le bêta du portefeuille.
Dans un univers en perpétuelle recherche de croissance, les investissements liés aux moteurs de développement des prochaines décennies restent un bon moyen de capter une croissance visible.

3 raisons d’investir

  • Investir dans des entreprises de croissance qui agissent concrètement pour demain…
  • Une gestion de portefeuille dynamique et de conviction
  • Une gestion reconnue et récompensée

3 points à retenir

  • Un fonds actions internationales
  • 6 thématiques autour de l’Homme et son environnement
  • Une gestion active au profil cyclique et/ou défensif selon l’environnement de marché

Next Finance , Juin 2015

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Guillaume Abel : « L’ISR devient LE mode de gestion pertinent »

Selon Guillaume ABEL, Directeur du Développement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l’ISR devient LE mode de gestion pertinent. LBPAM projette la création d’un fonds Green Bond cette année et de portefeuilles modèles ISR sur-mesure pour le suivi des mandats de certains (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés