L’assurance vie résiste bien au deuxième confinement

L’assurance vie signe sa neuvième décollecte de rang en novembre avec -30 millions d’euros. Cette dernière est néanmoins la plus faible enregistrée depuis le début de l’épidémie. Malgré le deuxième confinement, l’assurance vie revient calmement mais surement à l’équilibre. Elle fait mieux qu’en octobre qui avait été marqué par une décollecte de 200 millions d’euros.

Lors du premier confinement, les décollectes mensuelles avaient atteint plus de 2 milliards d’euros. Or, en novembre, contrairement à la période mars-mai 2020, les agences n’ont pas fermé facilitant les opérations sur les contrats. Par ailleurs, le recours à la visioconférence et au téléphone pour réaliser des arbitrages s’est généralisé expliquant la bonne tenue de l’assurance vie en novembre.

Novembre, un mois traditionnellement calme pour l’assurance vie

Sur ces dix dernières années, trois décollectes avaient été, jusqu’à maintenant, enregistrées au mois de novembre, 2011, 2012 et 2017. Les collectes positives sont durant ce mois tourne autour du milliard d’euros. En 2019, elle avait atteint 1,1 milliard d’euros. Novembre est pour l’assurance vie un mois moyen mais important, les ménages commençant traditionnellement à réaliser leurs arbitrages financiers de fin d’année.

Une collecte brute et des prestations stables

La collecte brute reste pour le deuxième mois consécutif au-dessus des 10 milliards d’euros, 10,4 milliards contre 10,9 milliards en octobre et 9,4 en septembre. La bonne tenue des marchés financiers explique certainement ce rebond de la collecte dont 34 % a été placée en unités de compte, ce qui constitue le taux moyen de ces derniers mois. A la différence des précédentes crises, la part des unités de compte n’a pas varié depuis le mois de mars. Les ménages acceptent de prendre une part de risques supplémentaires dans le cadre de leurs versements effectués sur leur contrat d’assurance

Les prestations sur le mois de novembre sont en léger retrait à 10,5 milliards d’euros, contre 11 milliards d’euros en octobre. Depuis le début de la crise, les prestations évoluent peu, preuve que les assurés restent confiants à l’égard de leur placement.

2020, une année atypique

Le cumul des cotisations en assurance vie s’est élevé, depuis le début de l’année, à 103,5 milliards d’euros, soit un recul de près de 30 milliards d’euros (132,8 milliards d’euros sur la même période en 2019). Le montant total des prestations versées est très stable à 110,8 milliards d’euros (109,5 milliards d’euros sur la même période en 2019).

Sur onze mois, la décollecte atteint 7,3 milliards d’euros quand la collecte dépassait 23,3 milliards d’euros sur la même période en 2019. Sauf surprise en décembre, l’assurance vie connaîtra sa plus mauvaise année en 2020. En 2012, la précédente année horribilis, la décollecte était de 6 milliards d’euros.

L’assurance plie sans rompre

Dans un contexte peu porteur pour les produits d’épargne de long terme, l’assurance vie résiste honorablement. Depuis le début de la crise sanitaire, les ménages privilégient la sécurité et la liquidité conduisant à une hausse sans précédent du Livret A et des comptes courants. L’assurance vie qui est, par nature, un placement de moyen et de long terme a été naturellement délaissée. En outre, la contrainte d’un versement minimal d’unités de compte peut dissuader certains épargnants. En revanche, la grande stabilité des prestations et des rachats prouve l’absence de défiance à l’encontre du premier placement des ménages dont l’encours a atteint en novembre 1785 milliards d’euros.

Les ménages français disposant d’importantes liquidités devraient dans les prochains mois réaliser des arbitrages surtout si la situation sanitaire et économique se stabilise. L’assurance vie devrait bénéficier de cette normalisation avec une progression de la collecte brute peut être en décembre et plus sûrement en 2021.

Philippe Crevel , Décembre 2020

tags
Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés