›  Interview 

Jean-Philippe Médecin : « L’émission de l’obligation subordonnée verte de la CNP a rencontré un grand succès »

CNP Assurances vient de lancer avec succès sa première obligation subordonnée verte. Jean-Philippe Médecin, directeur compte propre et financement au sein de la direction des investissements de CNP Assurances, nous en dit plus.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Next-Finance : Pourquoi CNP Assurances a-t-elle émis un Green Bond ? A quoi serviront les fonds levés ?

Jean-Philippe Médecin : En ligne avec ses engagements en matière de transition énergétique et écologique (TEE), CNP Assurances a émis un Green Bond afin de financer des investissements verts dans les trois domaines suivants :

  • les immeubles à haute performance énergétique,
  • les forêts gérées de manière durable,
  • les infrastructures vertes comme des projets d’énergie renouvelable et des moyens de transport et de mobilité à faibles émissions de CO2.
Ainsi, CNP Assurances intensifie sa lutte contre le réchauffement climatique en affichant sa volonté de multiplier par deux ses encours en investissements verts pour atteindre 20 Md€ d’ici fin 2023 contre 10,4 Md€ à fin 2018.
Jean-Philippe Médecin, directeur compte propre et financement au sein de la direction des investissements de CNP Assurances

Est-ce lourd de lancer un Green Bond (par rapport à une émission classique) ? Quelles contraintes opérationnelles cela génère pour vos équipes ?

Emettre un Green Bond est un processus lourd, aussi bien en amont qu’en aval de l’opération. En effet, il est nécessaire d’établir au préalable une documentation appelée « green framework » qui explique notamment l’utilisation des capitaux levés auprès des investisseurs. Mais ce n’est pas tout : une fois l’émission réalisée, CNP Assurances publiera annuellement un rapport d’utilisation des fonds levés et, en fonction des données disponibles, des impacts environnementaux des projets financés (émissions de CO2 évitées, énergie économisée).

Quelles sont les caractéristiques de ce Green Bond ? Y’a-t-il un pick-up en termes de rendement pour les clients, ou au contraire un spread plus resserré par rapport à une obligation classique ?

Il s’agit d’une dette subordonnée Green Bond d’une maturité de 30 ans (juillet 2050) d’un montant de 750 M€, avec des options de remboursement anticipé à partir de la dixième année. Elle constitue du capital réglementaire Tier 2 conformément à la réglementation Solvabilité 2. Le coupon est fixé à 2 %, ce qui représente le plus bas coupon obtenu par CNP Assurances sur du capital Tier 2. Le pick-up par rapport à une dette subordonnée classique n’est en revanche pas significatif.

Quels types d’investisseurs ont souscrit à cette émission ? Avez-vous levé autant de fonds que souhaités ?

L’émission a rencontré un grand succès et a été largement sursouscrite avec un montant d’ordres proche de 2 Md€. En ce qui concerne nos investisseurs, ce sont principalement des européens basés en France (43%) et au Royaume-Uni (18%), la plupart d’entre eux (65 %) étant des sociétés de gestion dont une part propose des fonds « verts » à leurs clients, même si des assureurs (27%) ont également participé à l’opération.

D’autres émissions de Green Bonds sont-elles à prévoir dans un futur proche ?

Pas dans l’immédiat car nous nous engageons uniquement sur des montants d’investissements verts que nous sommes certains de réaliser. En revanche, dès que nous en réaliserons de nouveaux, il n’est pas exclu que nous émettions à nouveau de la dette subordonnée verte.

Quelle part représentera le refinancement via les Green Bonds par rapport au refinancement global annuelle de la CNP Assurances ?

Comme je vous le disais précédemment, le refinancement via des Green Bonds ne sera pas le format standard d’émission pour CNP Assurances. Et cette émission ne représente qu’une partie des 2,8 Md€ que nous avons à refinancer dans les 3 ans à venir.

Existe-t-il une politique spécifique à moyen terme de la CNP Assurances sur le sujet de la Transition énergétique ?

Oui, CNP Assurances affiche de grandes ambitions pour favoriser la transition vers une économie décarbonée. D’ailleurs, le groupe a récemment annoncé de nouveaux objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Comme évoqué, outre la multiplication par deux de ses encours en investissements verts, CNP Assurances a par exemple accéléré son désengagement du charbon thermique en abaissant notamment les seuils d’exclusion pour les investissements existants, c’est-à-dire en désinvestissant des entreprises dont 20 % du chiffre d’affaires est lié au charbon thermique au lieu de 25 % précédemment et en excluant également de ses nouveaux investissements les entreprises dont plus de 10 % du chiffre d’affaires est lié au charbon thermique.

RF , 3 décembre

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Guillaume Abel : « L’ISR devient LE mode de gestion pertinent »

Selon Guillaume ABEL, Directeur du Développement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l’ISR devient LE mode de gestion pertinent. LBPAM projette la création d’un fonds Green Bond cette année et de portefeuilles modèles ISR sur-mesure pour le suivi des mandats de certains (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés