›  Interview 

Jean-Francois Valicon : « On assiste aujourd’hui à une diminution d’indexation des produits structurés simples »

Jean-François Valicon, co-fondateur du cabinet d’ingénierie financière indépendant QUANT IF nous livre son point de vue à propos des conséquences de la crise financière sur les produits complexes.

Quelles sont, selon vous, les leçons tirées de la crise financière par les investisseurs sur les produits complexes ?

Les investisseurs tirent aujourd’hui les leçons de la crise financière, notamment à travers la remise en cause de certains produits complexes. En effet, la sophistication des techniques utilisées, conjuguée à l’usage d’un effet de levier, souvent trop important, a rendu ces produits, d’une part compliqués à comprendre et d’autre part, difficiles à appréhender en terme de risque.

On assiste aujourd'hui à une diminution d'indexation des produits structurés simples, ce qui signifie pour l'investisseur, une moindre espérance de performance.
Jean-François Valicon

En conséquence, bon nombre d’investisseurs ressentent aujourd’hui le besoin d’une expertise indépendante pour établir un diagnostic complet de leurs portefeuilles de produits complexes.

Quels nouveaux besoins consécutifs à la crise financière apparaissent sur les produits complexes ?

Au sein de notre clientèle institutionnelle, nous constatons, suite à la crise financière, une émergence de nouveaux besoins. Il s’agit tout d’abord de demandes de diagnostic et de restructuration de portefeuilles existants. Nous sommes également sollicités pour des solutions de valorisations indépendantes et de double cotation de produits tels que des BMTNs et des EMTNs. Enfin, nos clients nous demandent également d’avoir un rôle d’accompagnement dans la mise en place de nouveaux produits sur mesure, notamment sur ceux de nature optionnelle par exemple.

Quant-If a développé une stratégie quantitative qui permet de transformer un sous-jacent à volatilité variable en un sous-jacent à volatilité stable présentant les mêmes caractéristiques de performance.
Jean-François Valicon

Pouvez-vous nous parler de votre concept d’enveloppe de risque « absolu » dans le cadre de produits structurés sur indices boursiers ?

Avec la crise financière, la volatilité sur les indices boursiers européens a atteint des niveaux inconnus jusqu’alors, et bien plus importants que ceux simulés par les modèles de stress tests utilisés par les banques. En conséquence, on assiste aujourd’hui à une diminution d’indexation des produits structurés simples, ce qui signifie pour l’investisseur, une moindre espérance de performance. Pour contourner ce problème, dans le cadre de son activité de recherche sur les processus de gestion d’actifs systématiques, Quant-If a développé une stratégie quantitative qui permet de transformer un sous-jacent à volatilité variable en un sous-jacent à volatilité stable présentant les mêmes caractéristiques de performance.

Ce nouveau type de sous-jacent permet d’optimiser les niveaux d’indexations sur les produits structurés dont il est le support d’investissement, quelle que soit la technologie employée (payoffs optionnels ou assurance de portefeuille). En effet, il permet de réduire considérablement le coût du « gap risk » pour le structureur.

On pourrait décrire cette tendance à développer et utiliser des algorithmes de gestion systématiques dans le cadre des produits structurés, comme un phénomène de convergence entre la gestion alternative quantitative et l’activité de montage de produits bancaires complexes.

Comment peut-on assurer la transparence au près des investisseurs sur la cotation "en fair value" de ces structures à sous-jacent à volatilité stable ? Est-ce que la liquidité de ces structures ne s’en trouve pas affectée ?

L’inconvénient à priori de tels sous-jacents, obtenus par transformation algorithmique d’indices de marché existants, est qu’ils sont plus difficiles à observer pour l’investisseur. C’est pour cette raison qu’il y a un véritable enjeu à pouvoir décliner ce nouveau type de sous-jacents sous forme d’indices investissables ou de fonds ouverts parfaitement liquides et observables. Le process développé dans ce domaine par Quant-If est très simple et très transparent : L’algorithme donne un signal de réajustement par jour sur un sous-jacent coté et extrêmement liquide. Nous pensons qu’il est très facile dans ces conditions de tracker la performance de la stratégie.

RF , Décembre 2009

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Eric Dubos : « Nous nous engageons à détenir 8% d’investissements responsables au sein de la poche obligataire dont au moins 80% en obligations vertes »

Selon Eric Dubos, Directeur Financier et membre du COMEX de MACSF, avec des taux négatifs sur une bonne partie de la courbe des taux, la recherche de rendement pousse les investisseurs à rallonger la duration des (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés