›  Interview 

Françoise Neige et Aurélie Jaclot : « un changement culturel majeur incite les femmes à gérer personnellement leur patrimoine »

Faire de Pictet la banque qui s’engage auprès des femmes, c’est l’objectif que se fixe la banque suisse qui lance une offre de gestion privée dédiée aux femmes.

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Françoise Neige et et Aurélie Jaclot, respectivement Directeur gérance privée et Gérant privé chez Pictet & Cie ont répondu à nos questions..

Next-finance : Pouvez-vous présenter Pictet ainsi que votre activité de gestion privée ?

Françoise Neige et Aurélie Jaclot : Fondée à Genève, en 1805, la banque Pictet est aujourd’hui l’une des plus importantes banques privées indépendante mondiale, avec environ 300 milliards d’euros d’avoirs sous gestion et administration, à fin septembre 2011. La Banque revêt la forme juridique d’une société de personnes, comptant actuellement huit associés indéfiniment et solidairement responsables des engagements du groupe. Aujourd’hui, nous comptons plus de 3000 collaborateurs, à travers plus de vingt bureaux dans le monde, notamment au sein des principaux centres financiers mondiaux.

Pourquoi lancez-vous une offre entièrement destinée aux femmes ? Y a-t-il des besoins et aspirations propres aux femmes en matière de Banque privée ou est-ce juste un positionnement marketing de votre part ?

JPEG - 12.7 ko
Françoise Neige

Il ne s’agit en aucun cas d’un positionnement marketing. Le lancement de notre offre consiste à répondre aux valeurs et attentes des femmes, en matière de Banque privée, que ce soit à travers la planification financière (ingénierie patrimoniale et gestion financière) et nos services complémentaires (immobilier, art, assurance de personnes, déclarations d’impôts, secrétariat privé, etc…..). Il faut également noter que notre offre intègre la situation familiale de nos clientes et en particulier leurs enfants, essentielle à toutes nos réflexions patrimoniales. Mais, au-delà de cette gamme de services, la Banque Pictet s’est engagée auprès des femmes, par l’établissement d’un contrat relationnel, et par la mise en place de formations, tout au long de l’année.

Les femmes disposant d’un important patrimoine ont souvent forgé leur identité autour de valeurs dites « traditionnelles » où les postes budgétaires lourds (loyers, remboursements d’emprunts, investissements et épargne retraite) sont davantage à la charge des hommes de la famille. Ne faudrait-il pas au préalable un changement culturel majeur pour que ces femmes s’occupent personnellement de la gestion de leur propre patrimoine ?

Nous pensons qu’un changement culturel majeur pousse désormais ces femmes à s’occuper personnellement de la gestion de leur propre patrimoine.

Les clientes ciblées par notre offre attendent de leur Banque privée une prise en compte globale, sur mesure et indépendante, de leurs préoccupations patrimoniales, sachant que la plupart d’entre elles sont responsables de la gestion au quotidien de leur budget et s’occupent personnellement de la gestion de leur patrimoine propre. Même si leur projet central de vie est axé sur l’essentiel (enfant, famille, maison, travail), leur souhait est également de faire fructifier leur patrimoine avec une philosophie alliant la recherche de sécurité à long terme et la possibilité de se faire plaisir à court terme.

Dans les pays développés, les femmes vivent en moyenne 6 ans de plus que les hommes. Qu’est-ce que cela implique dans la construction de leurs revenus complémentaires ?

JPEG - 13.1 ko
Aurélie Jaclot

Effectivement, nous tenons compte de cet élément dans notre offre. C’est la raison pour laquelle, nous mettons en œuvre une planification financière qui assure à nos clientes la pérennité de leur autonomie financière, en tenant compte de leur fiscalité, de leur train de vie, de leurs contraintes à court terme mais surtout de la préparation du long terme. D’ailleurs sur ce dernier point, nous proposons une allocation d’actifs qui tienne compte de leur profil de risque sur mesure, tenant notamment compte de l’espérance de vie et pas seulement des espérances de rendement.

Le monde de la finance évolue rapidement, avec des produits de placements toujours plus complexes et des stratégies de plus en plus variées, comment orienter ces femmes vers des investissements qu’elles comprennent ?

Pour répondre à cette question, il est indispensable de dire à nouveau que le contrat relationnel constitue le cœur de la relation de confiance que Pictet souhaite créer avec ses clientes. D’ailleurs, lors de toute ouverture de compte, nous nous engageons à la remise d’un « agenda relationnel », planifiant les différents contacts que nous entretiendrons régulièrement avec nos clientes, à travers des appels téléphoniques et entretiens réguliers, et à travers l’accès à notre programme de formation sur des thèmes liés au patrimoine. Ces réunions sont notamment l’occasion d’informer et de former nos clientes sur les placements financiers.

Notre équipe basée à Paris est composée de plusieurs professionnels de la gestion de fortune (banquiers privés, gérants de portefeuille et conseillers en ingénierie patrimoniale). Nous donnons la priorité à la régularité des performances.
Françoise Neige et Aurélie Jaclot

Lors d’une étude récente de HSBC, « Future of Retirement – L’avenir de retraites », 59% des femmes françaises se déclaraient « prudentes » dans leurs comportements d’investissement, quitte à y sacrifier la performance contre seulement 40% des hommes. Que proposez-vous en matière de construction de portefeuilles et d’allocation d’actifs pour des femmes prudentes ? Quel est votre historique de performances selon les profils des investisseurs ?

Le modèle d’affaires de la Banque préconise la préservation et la valorisation du capital de ses clients. Nous appliquons le même principe pour notre offre faite aux femmes. Le processus d’investissement proposé est ainsi basé sur la détermination d’un couple rendement/risque sur mesure, adapté à chacun de nos clientes. Notre équipe basée à Paris est composée de plusieurs professionnels de la gestion de fortune (banquiers privés, gérants de portefeuille et conseillers en ingénierie patrimoniale). Nous donnons la priorité à la régularité des performances.

Peut-on finalement parler de votre offre, comme un positionnement socialement responsable ?

Il ne s’agit pas d’un positionnement socialement responsable, bien que nous pouvons prendre en compte cette dimension dans les choix d’investissement de nos clientes.

RF , Décembre 2011

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Lire aussi

Novembre 2011

News Index 2011 des PME de croissance dirigées par des femmes en France

Women Equity for Growth dévoile, en partenariat avec BNP Paribas Wealth Management, l’édition 2011 de son Index des PME de croissance. Il constitue la première base documentant statistiquement les PME dirigées par des femmes en France (au sens strict, PDG, (...)

Mars 2011

News Financi’Elles, fédération de réseaux de femmes cadres du secteur de la banque, de la finance et de l’assurance

Placé sous le parrainage de Christine Lagarde, Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Financi’Elles, fédération de réseaux de femmes cadres du secteur de la banque, de la finance et de l’assurance vient officiellement d’être (...)

Novembre 2009

Stories Les wonderwomen de la City

Alors que le débat sur les inégalités hommes-femmes au sein des entreprises britanniques n’a jamais été aussi franc, quelques ladies occupent des fonctions de premier plan. Qui sont ces pionnières ?

Juin 2010

Opinion Hedge funds : les femmes sont-elles meilleures que les hommes ?

Ces derniers mois, deux études aboutissant aux mêmes conclusions ont beaucoup fait jaser dans le milieu des hedge funds : les femmes gérantes de hedge funds obtiennent de meilleures performances que les hommes...

Mars 2010

Interview Barbara Rupf Bee : « L’argument du manque de femmes à Lehman Brothers ne tient pas ! »

Selon Barbara Rupf Bee, classée dans le Top 50 des femmes les plus puissantes de l’industrie des hedge funds, la crise n’aurait pas été évitée avec un ratio hommes/femmes différent...

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Guillaume Abel : « L’ISR devient LE mode de gestion pertinent »

Selon Guillaume ABEL, Directeur du Développement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l’ISR devient LE mode de gestion pertinent. LBPAM projette la création d’un fonds Green Bond cette année et de portefeuilles modèles ISR sur-mesure pour le suivi des mandats de certains (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés