›  Interview 

Fiona Reynolds : « Les investisseurs n’attendent plus que les décideurs agissent »

Fiona Reynolds, directrice générale des PRI (Nations Unies) nous parle des pratiques et perspectives ISR dans le monde de l’investissement, après la tenue à Paris du Climate Finance day, le 11 décembre 2017.

Next-Finance : Quels risques liés au climat pèsent-ils sur les stratégies des principaux acteurs de la finance ?

Fiona Reynolds : Les risques liés au climat sont de plus en plus reconnus comme pertinents dans la performance financière des entreprises. D’ailleurs Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, a rappelé que ces risques menaçaient la stabilité du système financier.

Il existe trois principaux types de risques liés au climat :

  • les risques physiques du climat lui-même, tels que la perturbation des chaînes d’approvisionnement du fait d’inondations et de tempêtes, et les changements dans les régimes de précipitations qui affectent les rendements agricoles ;
  • les risques de transition découlant de mesures prises pour prévenir le changement climatique, réduisant de manière significative notre utilisation d’énergies fossiles afin d’améliorer l’efficacité énergétique et d’adopter des sources d’énergie renouvelables. Par exemple, un gouvernement peut choisir d’introduire une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre qui pourrait affecter certaines entreprises mais soutenir l’émergence de technologies d’énergie renouvelable. Ces changements liés à la politique et à la technologie pourraient avoir une incidence directe sur la valorisation du portefeuille d’un investisseur ;
  • les risques de litiges consécutifs à des pertes financières causées par le changement climatique et qui donnent lieu à une compensation versée par les acteurs jugés responsables.

Comment les régulateurs et les superviseurs financiers peuvent-ils contribuer à une transition de l’économie vers un modèle plus sobre en carbone ?

Les régulateurs du secteur financier participent désormais de plus en plus aux discussions sur le changement climatique. Nous avons également vu des organismes de réglementation dans le domaine de l’assurance faire des recommandations sur la façon dont les sociétés devraient divulguer les risques liés au climat. Les régulateurs pourraient prendre des mesures, par exemple en approuvant publiquement les recommandations du groupe de travail du Conseil de stabilité financière sur le climat : le TCFD (« Task Force on Climate-related Financial Disclosures ») qui fournira un cadre pour montrer comment les entreprises sont en train de se diriger vers un environnement à faible carbone.

Quelles sont les récentes initiatives et innovations du secteur financier pour accélérer cette transition ?

Les investisseurs n’attendent plus que les décideurs agissent. Ils font entendre leur voix et font savoir aux décideurs qu’ils veulent une action immédiate. Par exemple, la déclaration mondiale des investisseurs sur l’action climatique (« Global Investor Statement on Climate Action »), signée par plus de 400 investisseurs mondiaux, a appelé les gouvernements des pays du G7 et du G20 à renouveler leurs engagements en faveur de l’Accord de Paris. Mardi dernier, l’initiative « Climate Action 100+ » a été lancé, qui verra plus de 200 investisseurs inciter les plus importants émetteurs de CO2 à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Les préoccupations liées aux changements climatiques créent également de nouvelles demandes de la part du secteur financier, comment pouvons-nous y répondre ?

Comme mentionné ci-dessus, il existe des risques associés aux mesures politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GHG). Pour atteindre l’objectif internationalement convenu de maintenir l’élévation de la température moyenne mondiale depuis l’époque pré-industrielle en dessous de 2 ° C, l’allocation du capital devra changer considérablement. Mais cela créera de nouvelles opportunités sous la forme de flux de capitaux vers des secteurs tels que les énergies renouvelables et l’énergie propre.

Quelles sont les conclusions du Climate Finance day ? Quels engagements ont été pris ? Sous quel délai ?

Il semblait y avoir beaucoup plus d’énergie et d’élan autour du Climate Finance day que lors de la COP23. Nous avons été ravis d’apprendre que la France et la Suède ont annoncé leur intention de mettre en œuvre les recommandations du TCFD. Nous espérons que d’autres pays vont maintenant leur emboîter le pas.

RF , Décembre 2017

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Bertrand Alfandari : « La gamme BNP Paribas Easy comprend désormais 15 ETF ‘responsables’ »

Selon Bertrand Alfandari, Responsable du développement ETF chez BNP Paribas Easy, la société de gestion est toujours dans une dynamique très forte avec une collecte de 861 millions d’euros sur le premier trimestre de cette (...)

© Next Finance 2006 - 2018 - Tous droits réservés