›  Interview 

Charlotte Alliot : « Nous allons continuer notre développement avec d’autres produits dérivés sur l’indice Euronext Eurozone Banks »

Charlotte Alliot, Head of Institutional Derivatives chez Euronext, nous en dit plus sur l’initiative lancée le 7 mai dernier par l’infrastructure de marché pan-européenne : un contrat à terme sur l’indice Euronext Eurozone Banks.

Next-Finance : Le secteur bancaire a été un secteur perçu comme très à risque à la suite de la pandémie du Covid-19. La BCE a d’ailleurs demandé un arrêt du versement des dividendes par les banques européennes en 2020. Pourquoi lancer un contrat « future » sur indice bancaire ?

Charlotte Alliot : Le secteur bancaire de la zone Euro a en effet connu une forte volatilité en 2020. Nous avons observé que les solutions existant sur le marché pour traiter ce secteur n’étaient pas satisfaisantes. A la suite de multiples échanges avec les participants de marché, nous avons décidé d’offrir une alternative qui soit respectueuse des clients en termes de structure de coûts mais qui facilite aussi l’accès à de nombreux investisseurs. Nous avons ainsi travaillé avec nos clients afin de mettre au point un indice représentatif du secteur, qui préserve une forte corrélation et un faible « tracking error ». Quant au contrat future, nous avons aussi écouté les différents intervenants afin de mettre en place des spécifications de contrat adaptées à leurs besoins.

Le contrat future sur l’indice Euronext Eurozone Banks a été lancé le 7 mai 2021. Depuis le deuxième jour, le future cote la majorité de la journée à un tick, ce qui signifie qu’il ne peut pas coter plus serré. Ce niveau de liquidité, disponible si rapidement, démontre le soutien des market makers engagés au succès de l’initiative à savoir, BNP Paribas, DRW, Flow Traders, Société Générale et Tower Research. De surcroît, nous avons enregistré des transactions exécutées à l’écran ainsi que via des négociations bilatérales, ce qui nous permet d’espérer des volumes grandissant dans les prochaines semaines.

Quels sont ses principaux avantages par rapport à la concurrence ?

Comme vous l’avez compris, le future sur l’indice Euronext Eurozone Banks a été construit avec et pour nos clients et présente de nombreux avantages pour les investisseurs :

  • Une structure des coûts 75% moins élevée que la concurrence, pour une efficacité sans compromis. Même si cela peut paraître drastiquement inférieur par rapport à la concurrence, il s’agit pourtant d’une grille tarifaire adaptée à la valeur nominale de l’indice. Cette tarification est d’ailleurs en ligne avec la tarification appliquée aux autres futures sur indices offerts par Euronext ;
  • Une plus grande accessibilité grâce à une taille minimum de block peu élevée. Nous avons ici voulu adresser les contraintes auxquelles doivent faire face certains gérants et ainsi, faciliter les négociations bilatérales en mettant en place une taille minimum de block à trois lots (ce qui représente à peu près 75 000€) ;
  • Une plus importante valeur nominale du contrat à terme. La valeur nominale du contrat est effectivement cinq fois plus élevée, ce qui permet de réaliser des économies d’échelle substantielles au niveau de la compensation.
  • Une forte liquidité à l’écran assurée par nos cinq market makers mentionnés ci-dessus ;
  • Une grande négociabilité du contrat hors-écran assurée par l’ensemble des contreparties existant sur les marchés d’Euronext ;
  • Des efficiences au niveau de la compensation, ce contrat étant éligible à des offsets de marge avec l’ensemble des indices de référence d’Euronext, y compris le future sur l’indice CAC 40®.

Un indice concurrent existe depuis plusieurs années et est notamment utilisé comme sous-jacent aux produits structurés. Les produits structurés sont-ils un débouché naturel pour votre indice ?

Euronext a une forte activité dont la croissance repose sur une étroite collaboration avec les émetteurs de produits structurés et d’ETF. L’indice Euronext Eurozone Banks vient compléter notre large portefeuille de produits que nous pourrons adapter si nécessaire, afin de répondre aux besoins de nombreux investisseurs.

JPEG - 109.1 ko
Charlotte Alliot, Head of Institutional Derivatives chez Euronext

Avez-vous d’autres projets/contrats en préparation ?

Nous allons continuer notre développement avec d’autres produits dérivés sur l’indice Euronext Eurozone Banks. Notre objectif est d’offrir une alternative sur tous les produits existant afin de rassembler l’ensemble de la chaîne des investisseurs. Euronext a la capacité d’offrir des solutions adaptées aux besoins des participants de marché, tout en gardant une structure de coûts qui soit juste.

C’est une stratégie que nous voulons appliquer à l’ensemble de nos initiatives. Par exemple, nous avons été les premiers l’année dernière à mettre en place des échéances trimestrielles sur nos futures sur dividendes. Nous avons ainsi permis à nos clients de faire face à un contexte particulièrement difficile avec des distributions impactées par la crise liée à la Covid-19. Ces contrats, bien qu’ayant été les seuls disponibles dans cette période chaotique, sont pourtant 50% à 75% moins chers. Ce qui nous anime est véritablement l’envie de créer avec nos clients, un environnement de marché adapté et respectueux de leurs besoins de couverture.

Nous allons continuer de nous développer et avons d’ailleurs lancé plus de 200 contrats d’options et de futures sur actions mais aussi de futures sur dividendes depuis le début de l’année. Nous ne comptons pas nous arrêter là.

En quoi l’intégration récente de Borsa Italiana renforce la franchise dérivés financiers d’Euronext ?

L’acquisition de Borsa Italiana est une opération structurante pour le groupe Euronext et nous permet de devenir un acteur incontournable en matière de dérivés financiers. Borsa Italiana dispose d’une franchise de produits dérivés étendue, soutenue par de nombreux clients institutionnels et par des investisseurs particuliers aguerris. Cette acquisition laisse donc entrevoir de nombreuses possibilités d’innovation.

RF , 7 juin

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Eric Dubos : « Nous nous engageons à détenir 8% d’investissements responsables au sein de la poche obligataire dont au moins 80% en obligations vertes »

Selon Eric Dubos, Directeur Financier et membre du COMEX de MACSF, avec des taux négatifs sur une bonne partie de la courbe des taux, la recherche de rendement pousse les investisseurs à rallonger la duration des (...)

© Next Finance 2006 - 2021 - Tous droits réservés