›  Interview 

Arnaud du Plessis : « A l’heure actuelle, 50% de la population mondiale est urbaine, une proportion qui atteindra les deux tiers en 2050 »

CPR AM a lancé le 17 septembre dernier un nouveau fonds en actions internationales combinant investissement responsable et thématique, qui sélectionne les entreprises présentes dans l’écosystème urbain et compatibles avec un développement durable des villes.

Pourquoi choisir cette thématique pour enrichir votre gamme ?

Arnaud du Plessis, Gérant actions thématiques chez CPR AM : Il s’agit incontestablement d’une mégatendance ! Jugezen par ces quelques chiffres : à l’heure actuelle, 50% de la population mondiale est urbaine, une proportion qui atteindra les deux tiers en 2050 [1], principalement du fait des pays émergents. Nous serons alors 6 milliards à vivre en ville.

Or si l’urbanisation, en s’accélérant nourrit la thématique en potentiel de croissance, elle confronte les villes à un triple défi : gérer l’afflux de population, satisfaire les besoins et améliorer la qualité de vie de ces populations croissantes, et enfin réduire l’impact environnemental.

Si la tendance est indiscutable, quelles opportunités génère-t-elle ?

Une récente étude estime à 2 000 milliards de dollars par an les investissements liés aux enjeux de la ville durable [2]. Les opportunités vont des infrastructures urbaines, pierres angulaires du développement économique et de la transition énergétique, aux innovations technologiques destinées à une gestion efficace et durable des villes, en passant par l’invention de nouveaux services pour faciliter la vie du citadin au quotidien... autant de solutions à l’émergence desquelles nous souhaitons participer.

Quelle est votre philosophie d’investissement ?

Le cœur de notre philosophie d’investissement réside dans une appréhension large de la thématique, qui ne se focalise ni sur les infrastructures, ni sur les nouvelles technologies uniquement (qui sont les deux points d’entrée de l’urbanisation principalement choisis par nos concurrents), mais intègre tout l’écosystème lié à cette thématique (matériaux, biens d’équipement, immobilier, services publics…). L’autre élément-clé est notre approche responsable puisque nous investissons dans les entreprises non seulement présentes dans l’écosystème urbain, mais contribuant aussi à un développement durable des villes.

Comment avez-vous construit votre univers d’investissement ?

L’univers d’investissement est structuré autour des cinq piliers de l’écosystème urbain : Construction, Mobilité, Connectivité, Ressources et Services. Composé d’environ 500 valeurs, il présente une belle amplitude sectorielle et une couverture mondiale qui nous offrent de larges marges de manœuvre pour construire un portefeuille adapté aux diverses phases du marché.

La ville intelligente est un thème à la mode ; pourquoi ne pas vous focaliser dessus ?

Il est certain que le Big Data, l’Intelligence Artificielle ou les objets connectés, mis au service du fonctionnement et de l’efficience des villes, peuvent aider ces dernières à relever les défi s de l’urbanisation. La technologie fait donc partie intégrante de notre univers d’investissement. Cependant, l’une de nos convictions initiales consiste à envisager l’urbanisation comme un écosystème. C’est ainsi qu’est conçu notre univers, qui incorpore la matière physique de la ville (les infrastructures et le bâti), ainsi que ses éléments immatériels (on retrouve ici la sous thématique de la Smart City, ainsi que les divers services aux urbains tels que l’immobilier dont l’hôtellerie). Est également présent tout ce dont cet écosystème matériel et immatériel a besoin pour fonctionner : l’énergie (électricité et renouvelables), les télécommunications, la gestion de l’eau, ainsi que les services de traitement des déchets.

En quoi est-ce un investissement responsable ?

Pour intégrer les enjeux extra-financiers au cœur de la thématique, nous prenons en compte des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG), afin d’exclure les entreprises jugées peu compatibles avec un développement urbain harmonieux et celles faisant l’objet de controverses ou impliquées dans des scandales publics. Nous nous appuyons spécifiquement sur des critères jugés pertinents au regard de la thématique, tels que la consommation d’énergie, la construction durable, ou encore la sécurité des données et la protection de la vie privée. Nous travaillons par ailleurs à l’identification d’indicateurs en lien avec la thématique pour évaluer l’impact du portefeuille sur l’écosystème urbain et son développement durable.

Comment est géré le fonds ?

Il s’agit véritablement d’une gestion de convictions. Au sein de l’univers, un double filtre quantitatif permet de sélectionner environ 250 valeurs sur lesquelles une analyse plus fondamentale est effectuée pour enfin construire le portefeuille composé d’environ 70 valeurs. L’indice MSCI World All Countries est utilisé à titre de comparaison a posteriori, sans contraindre la gestion du fonds. Cela se manifeste par une tracking error d’environ 3% et une active share proche de 90%. La volatilité est comparable à celle de l’indice. Quel est le positionnement du portefeuille au lancement ?

Nous avons opté pour un positionnement équilibré, prenant en considération la structure de notre univers et celle du marché global. Dans un contexte macroéconomique et fi nancier très incertain, marqué par les craintes d’un ralentissement brutal de l’économie mondiale, nous avons construit un portefeuille suivant une approche dite « barbell », associant des valeurs aux caractéristiques de croissance d’une part, et de faible volatilité / valorisation d’autre part. Cela se traduit par un équilibre entre valeurs défensives (immobilier, utilities, télécommunications) et valeurs plus sensibles (industrielles, matériaux, technologie).

Quelques mots sur des valeurs phares de votre top 10 ?

Je mentionnerai d’abord Verizon Communication Inc., premier opérateur téléphonique aux États-Unis avec près de 120 millions de clients et un réseau 4G couvrant presque 98% de la population – soit le plus grand réseau du pays. Verizon se distingue également par son programme d’investissements proche de 17 milliards de dollars, pour améliorer son réseau mobile et être prêt pour la 5G. Je citerai aussi Capitaland ltd, une compagnie immobilière singapourienne qui développe, gère et investit dans plus de 100 villes en Asie Pacifique, au Moyen-Orient et en Europe. Elle a récemment acquis Ascendas-Singbridge (Vietnam – Inde), augmentant son portefeuille de 25% et diversifiant son exposition en dehors de la Chine et de Singapour.

Next Finance , 17 octobre

Notes

[1] Source : Division de la Population des Nations Unies

[2] Source : Citi GPS, United Nations Sustainable Development Goals, Juin 2018

Lire aussi

17 octobre

Opinion Demain, tous citadins : Un véritable défi environnemental

Les villes portent en germe les défis les plus graves auxquels l’humanité va devoir faire face dans les années à venir : la raréfaction des ressources en eau, en carburants fossiles, la vulnérabilité face au changement climatique, ou encore les conséquences d’une « bidonvillisation (...)

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Interview Guillaume Abel : « L’ISR devient LE mode de gestion pertinent »

Selon Guillaume ABEL, Directeur du Développement de La Banque Postale Asset Management (LBPAM), l’ISR devient LE mode de gestion pertinent. LBPAM projette la création d’un fonds Green Bond cette année et de portefeuilles modèles ISR sur-mesure pour le suivi des mandats de certains (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés