›  News 

L’inexorable croissance du marché des « futures » sur dividendes

Les futures sur dividendes suscitent un intérêt croissant chez les professionnels de marché, y compris chez les sociétés de gestion basées en France, comme en témoigne le lancement récent de stratégies dédiées spécifiquement à ce segment de marché, notamment chez Melanion Capital ou Laffitte Capital Management par exemple...

Article aussi disponible en : English EN | français FR

D’ailleurs, les principaux marchés organisés ont bien compris cet engouement, en multipliant ces dernières années, le nombre d’instruments financiers disponibles sur cette thématique.
C’est la Bourse allemande des produits dérivés - Eurex - qui a initié le mouvement ; étant la première à avoir lancé un tel produit, dès le mois de juin 2008. Basé sur l’indice Euro Stoxx 50, c’est aujourd’hui l’un des instruments phares de sa gamme de produits dérivés disponibles sur sa plate-forme électronique. En effet, en moyenne, près de 15 000 contrats s’y échangent quotidiennement depuis le début de l’année.

La position ouverte (c’est-à-dire le nombre de contrats à terme non dénoués) globale dépasse les 700 000 contrats à la fin du mois de septembre dernier, correspondant à une valeur nominale de 8 milliards d’euros (voir graphe ci-dessus).

JPEG - 105.7 ko

Fort de ce succès, Eurex n’a cessé de lancer de nouveaux instruments sur le même concept ces dernières années, avec notamment la création de futures sur dividendes portant sur des actions individuelles ou des secteurs d’activité mais aussi des options ayant comme sous-jacent des futures sur dividendes.

Là encore, pour tous ces nouveaux produits, l’enthousiasme des intervenants est au rendez-vous. Ainsi, le volume moyen quotidien des transactions enregistré en 2013 et le niveau actuel de la position ouverte, s’établit respectivement à 10 000 et 1 600 000 millions de contrats pour les futures sur actions individuelles

JPEG - 67.6 ko

et 5 000 et 1 150 000 millions de contrats pour les options sur le future sur dividendes de l’indice Euro Stoxx 50 par exemple

JPEG - 69.4 ko

.

Preuve de l’intérêt croissant des intervenants pour ces produits, le nombre de sous-jacents disponibles sur les futures sur dividendes d’actions individuelles s’élargit d’année en année. Aujourd’hui, des futures sur dividendes portant sur les principales actions suisses et britanniques sont désormais négociables et pas seulement les seuls constituants de l’indice Euro Stoxx 50, comme initialement.

Il est donc désormais possible d’intervenir sur les plus importantes capitalisations boursières européennes, bien que la majorité des contrats traités portent actuellement sur des titres comme Banco Santander, Vodafone, Telefonica, Banco Bilbao Vizcaya Argentaria (BBVA) ou encore Axa, d’après les récentes statistiques communiquées par Eurex.

JPEG - 49.9 ko

Bref, autant de nouveaux produits qui devraient séduire les opérateurs et continuer ainsi à faire croître le nombre de transactions enregistrées sur ce type de produits dans les années à venir ; la liquidité attirant bien souvent de nouveaux intervenants sur le marché.

RF , Novembre 2013

Article aussi disponible en : English EN | français FR

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

News Les flux du marché des ETF européens Smart Beta sont restés soutenus au troisième trimestre 2016

Les Nouveaux Actifs Nets (NAN) ont atteint 6,5 milliards d’euros depuis le début de l’année. L’encours total sous gestion est en hausse de 39% par rapport à la fin de l’année 2015 et se monte à 25,3 milliards EUR, avec un effet marché significatif (...)

© Next Finance 2006 - 2016 - Tous droits réservés