›  Opinion 

Un indicateur toujours plus important

Si je me décidais enfin à remonter contre l’euro, une bouffée d’oxygène viendrait aider les entreprises européennes ! Ainsi Publicis, Zodiac, Gemalto, Pernod Ricard et bien d’autres bénéficieraient grandement de mon appréciation...

Qui suis-je ?

  • Mon nom est la dérive phonétique du mot allemand « Thaler »*
  • Ma première impression fut réalisée en 1690
  • Mon nom est également utilisé, certes moins communément, en tant qu’unité de mesure de la réactivité en physique nucléaire
  • Près de 20% des ventes des entreprises du CAC 40 sont générées au sein de l’économie dont je dépends
  • Ma faiblesse récente semble décolérée de la santé de l’économie que je représente…
  • … et a impacté les performances nombreuses sociétés européennes. Ma faiblesse a par exemple coûté 6 points de croissance (soit 16M€) au résultat opérationnel de Zodiac au 1er semestre (clôturant le 28/02/2014) !
  • Tous les stratégistes tentent de prévoir mon évolution… sans succès !
  • J’interviens dans plus de 80% des échanges internationaux
  • Si je me décidais enfin à remonter contre l’euro, une bouffée d’oxygène viendrait aider les entreprises européennes ! Ainsi Publicis, Zodiac, Gemalto, Pernod Ricard et bien d’autres bénéficieraient grandement de mon appréciation

Je suis… le DOLLAR

L’évolution récente de ma parité contre l’euro, si elle se poursuivait, serait donc une très bonne nouvelle pour toutes les entreprises européennes. En effet, avec un dollar plus fort par rapport à l’euro :
1/ Ces entreprises produisant en Europe et exportant aux Etats-Unis retrouvent de la compétitivité face à leur concurrents américains
2/ La conversion en euro des profits réalisés en zone dollar est beaucoup plus favorable
3/ La révision des perspectives de croissance bénéficiaire 2014 orientées à la baisse pourraient enfin s’inverser !

Marc Renaud , Juin 2014

Partager
Envoyer par courriel Email
Viadeo Viadeo

Focus

Opinion Conquérir les marchés haussiers : le faux duel entre investisseurs actifs et passifs

Investir aujourd’hui est souvent considéré comme étant une bataille entre des gérants de fonds traditionnels et des ETF avant-gardistes (exchange-traded funds, fonds négociés en Bourse). Cependant, ce raccourci entre la « gestion active » et la « gestion passive » n’aide pas les (...)

© Next Finance 2006 - 2019 - Tous droits réservés